Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Inscrivez-vous àla Lettre des Bibliothécaires.

Bibliothécaires,partagez vos découvertes.

Clubs de lecture,envoyez vos choix.

Editeurs,valorisez vos livres.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

.. Mandela, une vie

Couverture du livre Mandela, une vie

Auteur : Adrian Hadland

Préface : Jack Lang

Traducteur : Colette Joyeux

Date de saisie : 31/10/2010

Genre : Biographies, mémoires, correspondances...

Editeur : Archipel, Paris, France

Prix : 19.00 €

ISBN : 9782809803587

GENCOD : 9782809803587

Sorti le : 13/10/2010

  • Les présentations des éditeurs : 04/11/2010

Libéré après 27 années de bagne, le premier président noir d'Afrique du Sud aura incarné les valeurs universelles de liberté et de paix. Mieux : il aura su transformer, sans rancoeur, son pays déchiré en une démocratie stable et multiraciale.

Le succès de la transition, négociée avec le président Frederik de Klerk, vaudra aux deux hommes le prix Nobel de la Paix en 1993. Triomphalement élu le 27 avril 1994, Nelson Mandela affiche dès son discours d'investiture sa volonté de bâtir une «nation arc-en-ciel en paix avec elle-même et le monde».

De sa naissance en 1918 dans la région du Transkeï à ses débuts d'avocat au sein du Congrès national africain (ANC), de son procès pour complot contre l'État à sa libération, le 11 février 1990, des moments forts de sa présidence aux ultimes années du vieux sage, Adrian Hadland, professeur à l'université du Cap et journaliste, fait revivre le parcours de l'ancien «détenu 46664», devenu l'«icône mondiale de la réconciliation», pour reprendre la formule de l'archevêque Desmond Tutu.

Adrian Hadland est professeur à l'université du Cap. Journaliste depuis plus de 15 ans, il a écrit de nombreux ouvrages tel Pouvoir, politique et identité en Afrique du Sud et une biographie du président Thabo Mbeki.


  • Les courts extraits de livres : 04/11/2010

Nelson Mandela

Portrait en mots et en images

Mandela, à l'instar d'autres personnalités historiques, voit le jour dans un environnement des plus humbles. Au moment de sa naissance - le 18 juillet 1918 -, sa famille vit à Mvezo, village situé dans la région d'Afrique du Sud aujourd'hui connue sous le nom de Cap-Oriental. L'horizon du petit Mandela se limite à trois modestes cases en terre : l'une pour dormir, l'une pour préparer les repas, et la dernière pour entreposer les vivres. Sa mère, Nosekeni Fanny, les a construites de ses propres mains à partir de briquettes de terre séchée. Dans la case d'habitation, que Mandela partage avec ses deux soeurs, sièges et placards ont été façonnés à même la glaise. Il n'y a ni lits ni tables, et la famille dort sur des nattes. Le toit est constitué de touffes d'herbes sèches reliées les unes aux autres par des cordes.
Le père de Mandela, Gadla Henry Mphakanyiswa, a quatre épouses, Nosekeni étant la troisième. Cet homme strict et têtu ne sait ni lire ni écrire, mais il affiche une fierté et une dignité inaltérables, probablement héritées du sang noble thembu qui coule dans ses veines. Un an après la naissance de Mandela, Henry est déchu de son titre de chef de village, à la suite d'une querelle - à propos d'un boeuf - avec le magistrat blanc en charge de la localité. Henry refusant de céder, il perd une grande partie de son troupeau, de ses terres et de ses revenus. Désormais dans l'incapacité de subvenir aux besoins de ses quatre femmes et de ses treize enfants, il est contraint de disperser la famille. Il envoie Nosekeni dans le village de Qunu. C'est là que Mandela, dont le prénom d'origine est Rolihlahla (qui désigne le geste de «tirer sur la branche de l'arbre» et, familièrement, le fauteur de troubles), passe la majeure partie de son enfance.
C'est avec nostalgie que Mandela évoque les années passées à Qunu. Les creux de rivière où- l'on va nager, le lait que l'on boit tiède, tout frais jailli de la mamelle, les traditionnels duels au bâton avec ses camarades et la beauté à couper le souffle des douces collines de cette campagne verdoyante du Transkei sont autant de souvenirs qui le feront tenir dans les heures les plus sombres. Pour Mandela, «chez lui» sera toujours Qunu. C'est à l'école de Qunu que Mandela se voit attribuer le prénom de Nelson. À l'époque, il est de coutume de donner un nom anglais aux enfants fréquentant les écoles missionnaires, souvent celui d'un héros de l'Empire britannique.
À la mort prématurée de son père, Mandela, alors âgé de 9 ans, est adopté par son oncle, Jongintaba Dalindyebo, régent de la tribu des thembu. Jongintaba occupe cette fonction grâce à l'appui de Henry Mandela, conseiller royal, et il évolue dans une ambiance de faste relative au siège de la famille royale thembu - la «Grande Demeure» -, dans la localité de Mqhekezweni. C'est dans ce contexte aisé que Mandela vit un grand nombre d'expériences dont l'impact sur lui va se révéler décisif. À Mqhekezweni, Mandela entend conter, de la bouche même des anciens réunis autour du feu, l'histoire des rois illustres et des puissants guerriers africains. Plus tard, il réfléchira souvent à l'influence de ces histoires, apprises au temps de sa prime jeunesse, sur son caractère. «Il y a bien des années, quand je n'étais encore qu'un petit garçon, dans mon village du Transkei, j'écoutais les anciens de la tribu raconter des histoires du bon vieux temps, avant l'arrivée de l'homme blanc. Notre peuple vivait alors en paix sous la gouvernance démocratique de leurs rois et de leurs amapakati (des sages qui les conseillent), et l'on se déplaçait en toute confiance et en toute liberté, sans aucune restriction et sans avoir besoin d'une quelconque autorisation. Le pays, alors, nous appartenait, de droit comme de nom. Nous occupions les terres, les forêts, les rivières. Nous tirions du sous-sol des trésors minéraux et de la terre même toutes les richesses de ce beau pays.»


Copyright : lechoixdesbibliothecaires.com 2006-2019 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia