Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Inscrivez-vous àla Lettre des Bibliothécaires.

Bibliothécaires,partagez vos découvertes.

Clubs de lecture,envoyez vos choix.

Editeurs,valorisez vos livres.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

.. Sortir de la société de consommation

Couverture du livre Sortir de la société de consommation

Auteur : Serge Latouche

Date de saisie : 06/09/2010

Genre : Documents Essais d'actualité

Editeur : les Liens qui libèrent, Paris, France

Prix : 18.00 €

ISBN : 9782918597209

GENCOD : 9782918597209

Sorti le : 08/09/2010

  • Les présentations des éditeurs : 10/09/2010

La voie de la décroissance repose sur un postulat partagé par la plupart des sociétés non occidentales : pour mystérieuse qu'elle soit, la vie est un don merveilleux. Il est vrai que l'homme a la faculté de la transformer en un cadeau empoisonné, depuis l'avènement du capitalisme, il ne s'en est pas privé. Toutefois, arrivé au fond de l'impasse, il n'est pas trop tard pour faire demi-tour et chercher un chemin praticable, guidé par d'autres voix que celles de la pensée unique et des discours progressistes de l'économie et de la technique. Dans ces conditions la décroissance qui passe par une sortie de la société de consommation est un défi et un pari. Un défi aux croyances les mieux installées, parce que ce slogan constitue une insupportable provocation pour les adorateurs du progrès et du développement. Un pari, parce que, pour nécessaire qu'elle soit, rien n'est moins sûr que la réalisation du projet d'une société autonome de sobriété. Toutefois, le défi mérite d'être relevé et le pari tenté. La voie de la décroissance est celle de la résistance face au rouleau compresseur de l'occidentalisation du monde, mais aussi celle de la dissidence à l'égard du totalitarisme rampant de la société de consommation mondialisée.

Ce livre explore la construction d'une civilisation de sobriété choisie et d'autolimitation alternative à l'impasse de la société de croissance. Par petites touches, comme dans un tableau impressionniste, il s'en dégage un dessein d'ensemble, une tonalité commune, un éthos.

Serge Latouche, professeur émérite d'économie à l'université d'Orsay, est l'auteur de nombreux livres parmi lesquels, La mégamachine, Le pari de la décroissance, Petit traité de la décroissance sereine.


  • Les courts extraits de livres : 10/09/2010

Extrait de l'avant-propos

«Pourquoi prendrais-je soin de la postérité ? disait Marx (non pas Karl, mais Groucho). Est-ce que la postérité s'est préoccupée de moi ?» Effectivement, on peut penser que l'avenir ne vaut pas de se tracasser pour s'assurer qu'il advient et qu'il vaut mieux en finir au plus vite avec le pétrole et les ressources naturelles plutôt que de s'empoisonner l'existence en se rationnant. Ce point de vue est assez répandu chez les élites, et on le comprend, mais on le trouve aussi implicitement chez un grand nombre de nos contemporains. Ou bien, comme l'écrit Nicholas Georgescu-Roegen, «peut-être le destin de l'homme est-il d'avoir une vie brève mais fiévreuse, excitante et extravagante, plutôt qu'une existence longue, végétative et monotone». Certes. Encore faudrait-il que la vie des modernes surconsommateurs soit vraiment excitante et que, a contrario, la sobriété soit incompatible avec le bonheur, voire avec une certaine exubérance joyeuse. Et puis même... Comme le dit très bien Richard Heinberg : «Ce fut une fête formidable. La plupart d'entre nous, du moins ceux ayant vécu dans les pays industrialisés, n'ont pas connu la faim, ont apprécié l'eau chaude et froide au robinet, les machines à portée de main permettant de nous déplacer rapidement et pratiquement sans effort d'un endroit à l'autre, ou encore d'autres machines pour laver nos vêtements, nous divertir et nous informer, ainsi de suite.» Et après ? Aujourd'hui que nous avons épuisé la dot patrimoniale, «devons-nous continuer à nous complaire jusqu'à la triste fin, et entraîner l'essentiel du reste du monde dans la chute ? Ou alors faut-il reconnaître que la fête est finie, nettoyer après nous et préparer les lieux pour ceux qui viendront ensuite ?»
On peut aussi justifier l'incurie du futur par toutes sortes de raisons pas forcément égoïstes. Si l'on pense, comme le philosophe Arthur Schopenhauer (1788-1860), et plus encore comme notre pessimiste contemporain, Emil Cioran (1911-1995), que la vie est une affaire qui ne couvre pas ses frais, c'est presque une forme d'altruisme que d'épargner à nos petits-enfants le mal de vivre. En ce cas, il est inutile de poursuivre la lecture de ce livre. La fin prévisible de la société de consommation sera la fin de l'histoire et de l'aventure humaines. Inutile de chercher des voies pour sortir de l'impasse où nous sommes coincés ou d'écouter les voix de l'espérance pour construire un après de la croissance, du développement, de la modernité et de l'Occident. Continuons à nous goinfrer dans la grande bouffe du consumérisme jusqu'à en crever et rejoignons ainsi ceux qui crèvent déjà d'inanition, victimes de notre démesure.


Copyright : lechoixdesbibliothecaires.com 2006-2019 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia