Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Inscrivez-vous àla Lettre des Bibliothécaires.

Bibliothécaires,partagez vos découvertes.

Clubs de lecture,envoyez vos choix.

Editeurs,valorisez vos livres.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

.. Le Londres-Louxor

Couverture du livre Le Londres-Louxor

Auteur : Jakuta Alikavazovic

Date de saisie : 16/03/2010

Genre : Romans et nouvelles - étranger

Editeur : Ed. de l'Olivier, Paris, France

Collection : Litterature Etrangere Olivier

Prix : 16.50 €

ISBN : 9782879296760

GENCOD : 9782879296760

Sorti le : 07/01/2010

  • Les présentations des éditeurs : 09/02/2010

Une jeune femme, blonde depuis peu, entre au Londres-Louxor. Dans cet ancien cinéma des années 20 se retrouve la diaspora bosniaque de Paris. On y parle peu de la guerre, davantage d'affaires, et beaucoup des soeurs Vitch : Ariana et Esme. En 1992, sur l'injonction parentale, elles ont rejoint un oncle installé à Paris depuis plusieurs années. Quinze ans plus tard, Ariana est comptable, Esme est écrivain. L'une séduit les hommes, l'autre les comprend. Elles font partie des habitués du Londres-Louxor, mais, ces derniers temps, on y croise surtout Esme, à la recherche de son aînée partie sans explications. Cette disparition émeut la communauté entière et pousse chacun à abattre ses cartes dans un jeu déroutant : l'évocation d'un pays d'origine dont l'histoire s'est éparpillée au fil de versions multiples ou dégradées, de fragments et de mythes.

Jakuta Alikavazovic est née en 1979 à Paris.
Lauréate de la bourse " écrivain " de la Fondation Lagardère en 2007 et du prix Goncourt du premier roman en 2008, elle a publié aux éditions de l'Olivier Histoires contre nature (2006) et Corps volatils (2007 ; Points, 2010).



  • La revue de presse Pascal Jourdana - L'Humanité du 4 février 2010

Si ce nouveau roman de Jakuta Alikavazovic offre au lecteur le plaisir de renouer avec son travail singulier sur la matière romanesque, son humour, son goût pour l'art (qui mériterait un article à part), sa vision fractionnée des individus, des couples et des espaces dans lesquels ils évoluent..., il s'ouvre sur des horizons inédits. Il est en effet question ici de l'origine, du sentiment d'éloignement, de la guerre (et de la paix, qui «n'est pas l'absence de guerre»), de la langue et de l'identité.


  • La revue de presse Eric Loret - Libération du 21 janvier 2010

Le Londres-Louxor est ainsi un roman (le second de l'auteur) en forme de reflet, dédale, que le cerveau du lecteur étreint sans jamais parvenir à l'embrasser. C'est aussi une architecture imaginaire, que Jakuta Alikavazovic a déplacé du Louxor - le cinéma parisien des années 20 abandonné - et du New York Délire de Rem Koolhaas. Le prologue du livre (morceau de bravoure) retrace l'histoire de ce lieu mystérieux, propre aux disparitions, hantises, échappé de peu à la démolition pour devenir en 1994 «un point de ralliement pour la diaspora yougoslave». On se doit de préciser qu'Alikavazovic n'est pas issue de cette diaspora, mais comme l'indique sa notice biographique, «née en 1979 à Paris d'une mère bosniaque et d'un père monténégrin»...
L'étrange apesanteur du Londres-Louxor tient à cette situation hors-frontière, atopographique et dans «le temps de la fin des temps». Mais Jakuta Alikavazovic atteint plus encore une envoûtante légèreté par sa voix originale : dans une certaine façon de meuler ses phrases, sans un poil de cliché...


  • La revue de presse Nils C. Ahl - Le Monde du 8 janvier 2010

On connaît pourtant les théâtres d'ombres et les lanternes magiques. En littérature, les personnages sont des êtres de papier et de pensée. Au cinéma, de lumière et d'ombre. L'illusion est sans illusion, rien ne saurait nous surprendre - à l'exception du second roman de Jakuta Alikavazovic, long poème romanesque aux formes et aux couleurs indécises, et pourtant précises. On le lit comme on joue à ne pas attraper la fumée qui se dérobe à notre main tendue. Au beau milieu d'une colonie de spectres, en équilibre sur le fil frontière du visible et de l'invisible...
Car l'une des grandes beautés de ce livre tient à son incertitude. Celle de ses personnages qui naviguent à vue, en deux dimensions, sans réelle consistance, points de passage et de confusion entre le visible et l'invisible. L'intime est au coeur du texte mais à la façon d'une scène, d'un espace. Ce n'est pas un roman psychologique, ou alors sans psychologie, et ses personnages ne sont que des ombres projetées sur la surface lisse d'une langue a priori impeccable. Dans un cinéma, rien de bien surprenant finalement, mais, quand même, il faut un sacré talent pour faire croire à la danse de ces ombres-là...
Les origines littéraires de Jakuta Alikavazovic sont ailleurs, certainement en partie de l'autre côté de l'Atlantique. Sa langue en revanche est surchargée de références et de modèles français. On la croirait complice, légère, ironique, elle est tout le contraire - heureusement. Elle n'est pas qu'une langue, elle est un livre, elle est Le Londres-Louxor.


  • La revue de presse Marine Landrot - Télérama du 6 janvier 2009

Aux antipodes de la littérature d'exil, Jakuta Alikavazovic n'aime rien tant que le présent, absurde, étanche, enivrant. Comme dans son premier livre, Corps ­volatils, où s'ébrouait une jeunesse experte en médecine autodestructrice, elle éblouit par la précision, tour à tour loufoque et baroque, de son style. Au Londres-Louxor, lieu du renoncement de soi par excellence, la perte devient un art de ­vivre pratiqué à huis clos pour ne plus être source d'angoisse.


Copyright : lechoixdesbibliothecaires.com 2006-2019 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia