Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Inscrivez-vous àla Lettre des Bibliothécaires.

Bibliothécaires,partagez vos découvertes.

Clubs de lecture,envoyez vos choix.

Editeurs,valorisez vos livres.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

.. Le passage du col

Couverture du livre Le passage du col

Auteur : Alain Nadaud

Date de saisie : 02/04/2009

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Albin Michel, Paris, France

Collection : Romans français

Prix : 19.00 €

ISBN : 978-2-226-19070-3

GENCOD : 9782226190703

Sorti le : 04/02/2009

Le livre s'ouvre entre ciel et terre, sur un poste-frontière entre le Tibet et la Chine. C'est là qu'un écrivain en mal de mots a choisi de reprendre souffle. Mais dans ce bout du monde, au-delà du col, la Nature est violente et souveraine, on y parle une autre langue, on ne pense pas "aujourd'hui, mais "au-delà", on se débarrasse de soi pour mieux grandir, on lit Lumière, là où les autres lisent Nuit... et on réunit dans un même présent, un petit pêcheur de la Grèce antique, un légionnaire romain, un moine copiste, un archéologue solitaire...


  • Les présentations des éditeurs : 25/01/2009

À son entrée au Tibet, un écrivain rencontre deux lamas qui lui offrent l'hospitalité. Lors d'une marche éprouvante à travers la montagne, l'un d'eux lui révèle que les rêves qui l'assaillent sont le lointain souvenir de ses vies antérieures. Durant son séjour au monastère, le narrateur s'initie à l'art d'en remonter le cours. Or, quelle n'est pas sa surprise d'y croiser certains personnages qu'il avait mis en scène dans ses romans !
Fuyant la sévère campagne de rééducation menée par les autorités chinoises, il tente de repasser la frontière. Mais est-il encore capable de démêler si ce qui lui arrive appartient à la réalité, au domaine du rêve ou à l'ultime de ses vies antérieures ?

Depuis Archéologie du zéro, Alain Nadaud excelle à écrire des romans en trompe-l'oeil, dont les vertiges sont autant dus ici à la mise en abyme du récit qu'aux mystères du bouddhisme et à l'altitude des sommets himalayens.



  • La revue de presse Jean-Claude Lebrun - L'Humanité du 19 mars 2009

Sur les hauteurs himalayennes à l'oxygène raréfié, dans cet absolu dénuement qui interdit le divertissement, le romancier semble jouir d'une vue en profondeur sur ce qui, depuis un quart de siècle, l'a requis. Il en résulte ce récit d'apparence double, en fait d'une cohérence extrême : il arpente en même temps ces territoires escarpés et les «paysages étranges» qu'il a lui-même créés. Le mouvement est identique. Il arrive même que les deux plans se confondent.Alain Nadaud réussit en l'espèce le pari d'un livre d'aventures qui met également l'oeuvre en perspective et propose une réflexion sur la singularité du travail d'écriture littéraire. Le plus probant des démentis à ceux qui voudraient l'enfermer dans les limites du récit intellectuel et spéculatif.


  • La revue de presse Nils C. Ahl - Le Monde du 6 février 2009

Entre ciel et terre, le roman d'Alain Nadaud l'est à la façon des peintres de la Renaissance. Entre le paradis et l'enfer, entre la beauté révélée de la nature et le travail des hommes. D'un côté, les vertiges de la montagne tibétaine ; de l'autre, la mécanique des rêves, la méditation et les vertiges intérieurs. La narration s'apaise et se tend dans un même mouvement en apparence minuscule mais dont on se rend compte à la fin qu'il est une chute. Ce mouvement, Alain Nadaud le peint à petites touches, comme des miniatures, comme une série de détails jetés ça et là. Il en résulte une impression très forte qu'il faudrait qualifier de "natures mortes vivantes" pour rendre compte de la confusion entre les réincarnations du narrateur et les mises en abyme du texte. Les vies antérieures deviennent les perles d'un chapelet qu'on égraine, et le roman, une allégorie de lui-même, à la manière des peintres de la Renaissance. C'est sans doute ce qu'on appelle le mal des montagnes - mais la montagne, ici, c'est le roman.


  • Les courts extraits de livres : 25/01/2009

Dans son uniforme impeccable et pour mieux arriver à ma hauteur, le policier chinois monta sur une courte estrade de bois, calée juste contre le rebord en ciment du trottoir. Me regardant droit dans les yeux, il tendit le bras à l'horizontale et, de son arme, me mit en joue. Avec appréhension, je me laissai appliquer, en plein milieu du front, le canon du pistolet qu'il tenait dans son poing ganté de blanc. Sans ciller ni trembler, il appuya sur la gâchette.
Heureusement, ce n'était qu'un pistolet en plastique, qui servait à prendre la température de tous ceux qui pénétraient sur le territoire chinois. Le résultat était ensuite enregistré à l'intérieur du poste de garde, par un ordinateur posé sur un bureau ; j'en apercevais l'écran luminescent par la fenêtre qui faisait aussi office de guichet. La jeune fille en uniforme, qui était assise devant, et dont la masse de cheveux noirs débordait de sous la cas­quette, ayant senti que je l'observais, s'en détourna un instant pour me fixer d'un regard dur, et presque haineux, qui m'étonna. Ainsi ce grand pays se préservait-il des maladies que l'Occident risquait de propager à l'intérieur de ses frontières. Ces miasmes étaient d'autant plus contagieux qu'ils.provenaient de pays capitalistes dégénérés. Mais, pendant que le policier suivant feuilletait mon passeport page à page à la recherche du visa d'entrée, je ne pus m'empêcher de penser que c'était là aussi une habile mise en condition : une sorte d'avertissement sans frais, une invitation sous-tendue de menaces à ne pas se mêler des affaires intérieures du pays et, en particulier, de la souveraineté historique et non négociable de la République populaire de Chine sur toute la province du Tibet.


Copyright : lechoixdesbibliothecaires.com 2006-2019 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia