Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Inscrivez-vous àla Lettre des Bibliothécaires.

Bibliothécaires,partagez vos découvertes.

Clubs de lecture,envoyez vos choix.

Editeurs,valorisez vos livres.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

.. Suzie la rebelle : les années de guerre

Couverture du livre Suzie la rebelle : les années de guerre

Auteur : Sophie Marvaud

Date de saisie : 13/03/2008

Genre : Jeunesse à partir de 9 ans

Editeur : Nouveau Monde éditions, Paris, France

Collection : Toute une histoire

Prix : 14.00 €

ISBN : 978-2-84736-261-9

GENCOD : 9782847362619

Sorti le : 13/03/2008

  • Les présentations des éditeurs : 19/03/2008

Août 1914. Suzie a 16 ans lorsque éclate la Première Guerre mondiale. Alors même que les hommes partent pour le front, l'univers de Suzie bascule : elle découvre de sombres réalités, la souffrance des hommes, l'horreur des tranchées mais aussi la difficulté d'être libre quand on est une femme.
Très vite, elle mène alors sa propre guerre : indifférente à l'idée de déplaire aux jeunes gens élégants qui demanderont sa main, elle décide de participer aux travaux agricoles auprès de sa famille en Charente. Soucieuse de se tenir au courant du conflit, elle s'octroie le droit de lire les journaux. Et, sensible au sort des blessés, elle apporte des soins quotidiens à un tirailleur sénégalais...
Rentrée quelque temps à Paris, elle remarque un jeune homme qui vole des chaussures à l'étal pour les offrir aux unijambistes revenus du front. Contre toute attente, Suzie retrouve sa trace et tombe amoureuse de cet adolescent généreux, drôle et pourtant si mystérieux...

Sophie Marvaud a novélisé la célèbre série Winx chez Hachette. Passionnée d'histoire - qu'elle a enseignée avant de se consacrer à l'écriture -, elle a publié Le Secret des cartographes (Plon, 2008).


  • Les courts extraits de livres : 19/03/2008

Une folle journée

Tournée vers la fenêtre, je veillais à garder un visage impassible. Il ne fallait surtout pas que ma mère devine mes sentiments !
Lèvres pincées, yeux fixes, je goûtais pourtant le paysage avec intensité : les coquelicots au milieu des blés mûrs, les robes écarlates des paysannes, le teint brique des paysans qui relevaient la tête au passage du train. La campagne charentaise m'invitait aux plus beaux bonheurs que je connaissais, d'autant plus chers que j'allais les vivre pour la dernière fois : la pêche avec Louison dans les bras endormis de la Charente, la conduite des vaches au pré, les retours des champs au sommet d'une montagne de foin, dans une charrette tirée par un cheval.
J'allais bientôt avoir seize ans. Aux yeux de Maman, ces distractions d'enfant n'étaient pas tolérables pour une jeune fille promise à un beau mariage.
Fils aîné de fermiers et, à ce titre, destiné à la vie agricole, mon père, Alfred Valour, avait été repéré par son instituteur et poussé à entreprendre des études ; il était devenu pharmacien dans un quartier populaire de Paris ! Ma mère, Lucie Vindelle, aujourd'hui épouse de pharmacien, était la fille de commerçants modestes d'Angoulême, eux-mêmes enfants de paysans. Elle avait décidé que ma soeur et moi poursuivrions l'ascension sociale des deux branches familiales. Nous devions épouser un médecin, un industriel ou un préfet, ou bien, au pire, un pharmacien installé en face de l'Elysée !
Avec ma bouche d'un rouge carmin, mes cheveux noirs brillants et souples, ma peau blanche, et ma silhouette élancée, il paraît que j'étais assez jolie pour prétendre au meilleur.
Sauf si une mauvaise éducation ruinait toutes mes chances !
De justesse, Maman avait accepté que, cette année encore, je passe le mois d'août chez nos grands-parents paternels, dans le petit village de Nouérac. Le sort de mes vacances avait donné lieu à un débat passionné entre mes parents. Papa croyait dur comme fer aux vertus fortifiantes du «bon air de la campagne». Elles étaient aussi nécessaires, une fois par an, à la santé de ses filles parisiennes que l'infecte cuillerée d'huile de foie de morue que nous avalions avec peine chaque matin. Maman avait fini par s'incliner devant les connaissances incontestables de ce professionnel de la santé.
Du coup, elle m'avait assommée de recommandations : «Ne sors jamais sans ton chapeau !», «Dehors, reste bien à l'ombre !», «Ne va pas abîmer tes mains à éplucher les légumes ! Cela noircirait tes paumes et déformerait tes jolis doigts.» Dans un petit nécessaire à couture, elle avait rassemblé pour moi assez de broderies pour m'occuper du matin au soir. Quelle horreur ! J'avais bien l'intention de n'en réaliser aucune, bien que je les eusse examinées avec un intérêt feint. Si elle avait eu le moindre soupçon que j'étais décidée à n'en faire qu'à ma tête, elle m'aurait ramenée illico avec elle à Paris.
Bien sûr, à mon retour, devant les broderies intouchées, elle découvrirait la vérité. Il me serait impossible de renouveler cet exploit l'été suivant ! Mais de toute façon, l'été de mes dix-sept ans me semblait d'avance bien compromis. Alors, autant vivre à ma guise un mois de bonheurs tous azimuts, malgré le chagrin de savoir qu'il serait le dernier.
Dans le compartiment, Marguerite ne tenait pas en place, en dépit de son âge de raison et des réprimandes de Maman, agacée d'être sans cesse interrompue dans son tricot. Notre grand-mère maternelle, Emma, bavardait gaiement.
- Une journée à la campagne ! Ah... Voilà qui va me sortir un peu de la compagnie de saint Crépin !


Copyright : lechoixdesbibliothecaires.com 2006-2019 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia