Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Inscrivez-vous àla Lettre des Bibliothécaires.

Bibliothécaires,partagez vos découvertes.

Clubs de lecture,envoyez vos choix.

Editeurs,valorisez vos livres.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

.. Le théâtre des rêves

Couverture du livre Le théâtre des rêves

Auteur : Bernard Foglino

Date de saisie : 06/03/2008

Genre : Policiers

Editeur : 10-18, Paris, France

Collection : 10-18. Domaine français, n° 4129

Prix : 7.40 €

ISBN : 978-2-264-04566-9

GENCOD : 9782264045669

Sorti le : 06/03/2008

  • Les présentations des éditeurs : 25/02/2008

La routine a du bon, même si elle prend les traits d'une concierge acariâtre et d'un colocataire manchot en mal d'amour. Baptiste Flamini, touriste de la vie, se contenterait bien de ce quotidien paisible qui lui laisse tout loisir de collectionner les collectionneurs. Mais tout bascule avec la rencontre d'un mystérieux mage africain. Le voilà parti malgré lui à la recherche d'un album qui le mène au Théâtre des Rêves : pub étrange, hors du temps, où l'on commente les matches d'avant 1975. La bière et la bonne humeur sont au rendez-vous et pourtant... Quels secrets se cachent derrière une simple collection de vignettes ? Entre deux verres, Flamini sombre dans de vieilles histoires. De celles qu'il vaut mieux ignorer si l'on tient à la vie, car les tueurs ne badinent pas. Le passé dort d'un sommeil léger. Gare à celui qui le réveille.

Bernard Foglino est né à Bordeaux en 1958 et travaille dans la Finance. Il est l'auteur de deux romans : Le Théâtre des rêves et La Mécanique du monde, qui a paru chez Buchet-Chastel en 2008. Bernard Foglino vit aujourd'hui à Paris.

«Le Théâtre des rêves est un vrai faux polar où l'on tremble pour rire et l'on rit pour de vrai. Les premiers chapitres sont entraînants, la fin du roman emmène le lecteur sur des chemins où il ne croyait jamais devoir s'égarer.»

Sébastien Lapaque, Le Figaro littéraire


  • Les courts extraits de livres : 25/02/2008

Méfiez-vous des collectionneurs.
Les collectionneurs sont des pervers, des gens secrets qui filent le long des murs. Ils se cachent. Ils ne viennent jamais à bout de leur passion. Il leur manque toujours telle ou telle pièce qu'ils caressent en pensée. Ils vendraient leurs enfants pour se l'accaparer. Lorsqu'ils découvrent l'objet de leur fantasme, ils l'enferment dans des commodes à serrures, derrière des vitrines recouvertes de feutre. C'est de cela qu'ils tirent leur plaisir. De la possession, de l'enfermement. La soustraction au monde d'un objet dont ils seront désormais les maîtres, dont ils seront les seuls à jouir, aigrement.
Ils sont partout. Derrière les fenêtres de votre rue, sous vos pieds, il y a peut-être un collectionneur. Ce commerçant qui vous salue avec bonhomie, il faudrait le voir la nuit, caressant sa collection de cartes érotiques. Et ce voisin, oui, le vieux monsieur du premier étage, celui qui fait risette à vos ché­rubins... Il vous détrousserait pour le bouchon de Champagne qui lui manque. Le jeune cadre qui enfourche son scooter, lui, son truc ce sont les figurines de Goldorak. Il lui en manque une et ça le rend mauvais. Us n'ont l'air de rien mais ils sont là, un coin de la cervelle asservi à leur obsession. Le monde est rempli de collectionneurs et n'importe quoi peut s'investir dans leur passion. Vous n'imaginez pas ce que j'ai vu, ce que j'ai fourni, tout y passe. Vous n'imaginez pas les gens que j'ai rencontrés, des barons dans leurs châteaux, des employés de banque dans des trains de banlieue. Tous avec ce regard de biais, avide... Vous, au fait... Vous êtes peut-être collection­neur. Collectionneur de bouquins. Collectionneur de bouquins sur les collectionneurs, ah, pourquoi pas, ce qui serait une sacrée perversion celle-là. Ou bien collectionneur de femmes, collectionneur de succès. Collectionneur de citations. Oui, oui, ça existe. J'ai même rencontré un collectionneur de rêves.
Les histoires que je rapporte sur tous les désaxés que je croise font bien marrer Robert. Il dit que je suis collectionneur de collectionneurs. Et il a raison. Les collectionneurs, j'en vis, c'est mon fonds de commerce. Trouver des choses un peu spéciales pour des gens encore plus spéciaux. C'est un métier que je qualifierais de pittoresque, qui demande un grand sens de l'adaptation. J'ai de sacrés numéros dans mon carnet d'adresses. Je les méprise pour ce qu'ils sont, je les méprise de m'acheter à travers les choses qu'ils me commandent. Ils me forcent souvent à leur mentir, mais c'est de leur faute.
La raclée que j'ai reçue hier faisait partie des aléas du métier. Chaque métier a ses risques professionnels même si le mien n'est pas reconnu par la Sécurité sociale. Robert est habitué, et lorsque je suis rentré le visage aplati comme un beignet, il n'a pas eu l'air étonné. Il est allé direct à l'armoire à pharmacie.
Je ne sais pas comment ce type avait eu mes coordonnées. Le bouche-à-oreille des collectionneurs, m'étais-je dit, et je n'avais pas insisté. Il avait un fort accent africain, j'ai pensé à un diplomate. Il voulait un truc très particulier. J'ai commencé par refuser, ça me paraissait gros. Il a insisté, me proposant dix mille, puis vingt mille. J'ai faibli. Il me faudrait du temps, ça serait difficile. À vingt-cinq mille je me suis entendu dire OK. J'ai demandé un mois de délai, ça faisait plus sérieux.


Copyright : lechoixdesbibliothecaires.com 2006-2019 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia