Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Inscrivez-vous àla Lettre des Bibliothécaires.

Bibliothécaires,partagez vos découvertes.

Clubs de lecture,envoyez vos choix.

Editeurs,valorisez vos livres.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

.. Les reines pourpres. Volume 1, Les voiles de Frédégonde

Couverture du livre Les reines pourpres. Volume 1, Les voiles de Frédégonde

Auteur : Jean-Louis Fetjaine

Date de saisie : 03/01/2008

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Pocket, Paris, France

Collection : Pocket. Best, n° 13283

Prix : 6.70 €

ISBN : 978-2-266-17080-2

GENCOD : 9782266170802

Sorti le : 03/01/2008

  • Les présentations des éditeurs : 26/01/2008

A la mort du roi Clotaire, ses quatre fils héritent d'un pays affaibli par des guerres incessantes. Tantôt adversaires, tantôt frères contre leurs ennemis communs, les quatre rois écrivent l'épopée mérovingienne au fil de leurs conquêtes. Mais le véritable enjeu de cette aventure ne serait-il pas une histoire de femmes ?
Esclave appelée à devenir courtisane, Frédégonde ne sait rien du destin qui l'attend, mais elle comprend vite que la magie des femmes est plus forte que toutes les religions et que toutes les armées.
Jalousie, abus de pouvoir, soif de richesses et de gloire, Frédégonde mènera elle aussi une guerre sans merci...

«Fetjaine est un conteur hors pair qui mène son intrigue avec un grand sens du suspense et un formidable talent de bâtisseur.»
Questions de Femmes

Egalement chez Pocket : Le crépuscule des elfes, La nuit des elfes et L'heure des elfes ; Le pas de Merlin et Brocéliande.


  • Les courts extraits de livres : 26/01/2008

Les calendes de janvier

Hiver 557

Oiba était trop vieille pour être nue. Sa peau était aussi blanche que celle de la Bovinda dont elle portait le masque, mais sa danse était lourde, sans grâce, presque triste. À la lueur des torches, dans le vacarme assourdis­sant des chants, des rires et des cris, les rustres du village avaient formé une corolle brouillonne et se dandinaient autour d'elle, trois pas de droite, trois pas de gauche en se tenant par le doigt, tellement ivres et fiévreux qu'on avait peine à entendre les cithares et les flûtes qui menaient la ronde. Eux aussi étaient masqués, le plus souvent attifés de défroques d'animaux faites de cuir et de paille, parfois vêtus en femmes et les femmes en hommes, grotesques ou effrayants, battant de leurs pattes nues le sol de la caverne, leurs corps déjà lui­sants de sueur et leurs yeux de désir. D'autres, pas encore assez saouls, buvaient avec application, le front plissé, peu de mots, graves malgré leurs déguisements bestiaux. Au-dehors il faisait froid, neige et pluie mélangées, les bêtes maigres, l'impôt du comte franc et la dîme réclamés par le prêtre. En buvant assez, on pou­vait tout effacer, jusqu'à son propre nom, devenir cerf, veau ou vache, prendre et se donner sans distinction, ne plus être laid, vieux, grosse, pauvre. Pour un soir seulement, celui des saturnales, à la dix-septième nuit des calendes de janvier, n'être ni maître ni servile, n'avoir plus d'âge ni de visage, revivre les temps sans loi, oublier la terre et le ciel.
À l'abri d'une simple toile tendue entre deux aspéri­tés, dans le recoin sombre tapissé d'herbe sèche qui servait en hiver de litière aux bergers, elles regardaient de tous leurs yeux, serrées l'une contre l'autre. La plus jeune avait treize ans, l'autre n'en avait pas quinze. Elles étaient vierges, jusqu'à ce soir, et n'avaient pas de noms. S'il fallait les appeler, Geneta suffisait. Jeune fille... C'était ainsi depuis que la peste avait enlevé leurs familles. La peste, ou la famine, ou la guerre. Qui s'en souvenait encore ? Deux gamines sans nom. La Mère les avait recueillies et élevées pour qu'elles servent la Bovinda, la Vache blanche qui veillait depuis toujours sur la tribu, bien avant les Romains et les Francs, bien avant le prêtre et son dieu unique. Durant des années, Oiba les avait tenues à l'écart des frairies du solstice d'hiver, mais les fillettes avaient grandi, et elle vieillissait.
Pour la première fois, elles voyaient la Mère danser, le corps en sueur, terriblement pâle dans sa nudité, au centre de cette sarabande qui ne cessait d'enfler, trou­vait peu à peu sa cadence et l'encerclait. Trois pas, un demi-tour et un claquement de mains au rythme de son chant haletant assourdi par le masque, et dont les pucelles n'entendaient que de brefs glapissements. Au centre de la ronde gisait le manteau dont elle était couverte avant de commencer ses virevoltes. Durant un temps, les rustauds s'étaient contentés de deviner ses formes à chaque envol de l'étoffe. Oiba savait donner vie à sa cape, attirer les yeux au moment et à l'endroit qu'elle avait choisis, faire monter en eux, hommes ou femmes, la fièvre du désir.
Puis sa danse avait changé de rythme.
Lorsqu'elle avait dégrafé la fibule retenant l'étoffe à son épaule, lorsqu'elle était ainsi soudainement apparue dans sa blancheur au centre de leurs regards, un trouble presque craintif les avait saisis, tous, jusqu'aux fillettes. Impudique jusqu'à l'obscène, offerte comme une proie à leurs regards enfiévrés, la Bovinda, nue, attendait son amant. La célébration se muait en céré­monie, le chahut en rituel.
Bientôt, il n'y eut plus de rires, ni de cris ; plus guère de buveurs attablés à l'écart. La danse et les chants des villageois devenaient lents, graves, presque effrayants. Leur corolle était si resserrée qu'ils ne tournaient plus guère et formaient dans la pénombre rougeoyante des flambeaux un rempart de corps échauffés dont les silhouettes démesurément allongées ondoyaient sur les parois de la grotte. Quelques mai­gres notes de flûte ou de cithare s'échappaient parfois de cette mêlée charnelle, entre les monodies de la Mère et les bruyants répons des danseurs, ponctués comme des coups de tonnerre par leurs claquements de mains. Chaque fois, les deux filles sursautaient. Hésitants tout d'abord, les battements formidables s'accéléraient sans cesse. Bientôt, des gémissements rauques s'échappèrent du centre de l'attroupement.
- C'est Oiba ! souffla la plus jeune des deux, la brune aux longs cheveux dont les yeux brillaient de larmes. Ils lui font du mal !


Copyright : lechoixdesbibliothecaires.com 2006-2019 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia