Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Inscrivez-vous àla Lettre des Bibliothécaires.

Bibliothécaires,partagez vos découvertes.

Clubs de lecture,envoyez vos choix.

Editeurs,valorisez vos livres.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

.. Mourir pour renaître au trravers des grades maçonniques

Couverture du livre Mourir pour renaître au trravers des grades maçonniques

Auteur : Claude Darche

Date de saisie : 22/07/2017

Genre : Esotérisme

Editeur : Dervy, Paris, France

Collection : Petite bibliothèque de la franc-maçonnerie

Prix : 12.00 €

ISBN : 9791024202129

GENCOD : 9791024202129

Sorti le : 17/07/2017

  • Les présentations des éditeurs : 22/07/2017

S'initier, c'est apprendre à mourir et, par là même, à vivre. Cependant, il y a des degrés dans cet apprentissage du bien mourir, du bien naître, du bien vivre. Selon les étapes de notre vie maçonnique, qui va rapidement se confondre avec notre vie profane, notre vie tout court, nous allons mourir à certaines choses pour nous éveiller à d'autres.
«Mourir», «renaître -, ces termes si souvent employés prennent différentes formes, différents aspects ; nous ne renaissons pas au grade d'apprenti comme au grade de compagnon, ni au grade de maître comme à celui de Chevalier Rose Croix.
Claude Darche nous dit qu'en maçonnerie, au travers de tous les grades qu'elle appelle ° grades de Sagesse °, la mort devient synonyme d'élévation spirituelle. Ainsi le maçon devrait-il être, mieux que quiconque, préparé à la mort et donc à la vie. Cet ouvrage se veut une célébration de la vie, du devoir de bien vivre, d'être heureux, quelles que soient les circonstances, les événements, les réussites comme les échecs.
Tout prend sens ici-bas lorsque nous avons ouvert les yeux à la Lumière.

Décédée en 2016, Claude Darche fut Grande Maîtresse de la Grande Loge Féminine de Memphis-Misraïm de 2002 à 2006. Elle a écrit de nombreux livres sur la franc-maçonnerie, notamment les Vade-meccum de l'apprenti, du compagnon, du maître et des hauts grades, publiés chez Dervy.


  • Les courts extraits de livres : 22/07/2017

AVANT-PROPOS

La franc-maçonnerie est une association d'hommes et de femmes qui célèbrent avant tout la vie, l'amour, la sagesse. Résolument espérants, cherchants, optimistes et lucides, les francs-maçons pensent que le monde peut être amélioré, et qu'eux-mêmes sont en constante recherche de perfectionnement. La Vérité est une longue quête, surtout lorsque dès le départ, on sait qu'il n'y a pas de Vérité avec un V majuscule, mais des vérités et que la nôtre changera au gré de notre évolution personnelle, spirituelle, au gré des grades que nous passerons, que nous mettrons un temps certain à comprendre, mieux, à intégrer, à vivre. Nos anciens maîtres nous le disent, nous le pensons intellectuellement, puis nous le vivons dans notre âme et notre chair.
De même, les maçons pratiquent la fraternité, le devoir de mémoire, la reconnaissance de ce que l'autre a apporté aux frères, aux soeurs, à la loge, à l'obédience. Lorsque l'un des nôtres passe à l'Orient éternel, ne disons-nous pas lors de la batterie de deuil : «Gémissons !», toujours suivi d'une batterie d'allégresse «Espérons» ? Cette espérance n'est ni vaine ni stérile, comme peut l'être l'attente. Le franc-maçon n'attend rien, il se cherche et cherche à vivre au mieux pour, comme le disait Montaigne, mourir au mieux. Cet esprit éclairé et curieux, ne disait-il pas que «philosopher, c'est apprendre à mourir» ? Ainsi en va-t-il pour l'initiation... S'initier, c'est apprendre à mourir, et par là même à vivre.
Cependant, il y a des degrés dans cet apprentissage du bien mourir, du bien naître, du bien vivre. Selon les degrés, selon les étapes de notre vie maçonnique qui va rapidement se confondre avec notre vie profane, notre vie tout court, nous allons mourir à certaines choses pour nous éveiller à d'autres, chaque degré correspondant à une «mort» bien précise, par là même à un éveil bien précis. Tout varie, tout se transforme et nous devons évoluer sans cesse nous sentir d'équerre, debout, face à la Grande Loi d'évolution qui est celle de l'univers, du cosmos. Il y a à chaque grade comme un étoffement du symbole, une exploration plus ouverte, plus aérienne et plus subtile, un développement de la pensée, une évolution de l'esprit et de l'être qui ne peut se faire que graduellement, car l'impétrant doit intégrer et vivre cet approfondissement de l'être.

«Mourir et renaître», ces termes si souvent employés prennent différentes formes, différents aspects, nous ne renaissons pas au grade d'apprenti comme au grade de compagnon, de maître ou, comme plus tard, au 18e degré du REAA, chevalier Rose-Croix. La «grande» mort consistera à mourir au profane pour entrer dans le sacré, pour sortir du monde des apparences et aller vers le monde réel, celui que notre regard pourra enfin saisir parce qu'il sera délivré de sa gangue, de sa boue, de ce qu'il veut voir et non de ce qui est.
J'ose dire qu'en maçonnerie, au travers de tous les grades qui vont de l'apprenti aux grades les plus élevés, des grades que, pour ma part et quel que soit le rite, j'appelle grades de sagesse, la mort devient synonyme d'élévation spirituelle. Ainsi le maçon devrait-il être, mieux que d'autres, préparé à la mort et donc à la vie.
Cet ouvrage se veut une célébration de la vie, du devoir de bien vivre, d'y être heureux, quelles que soient les circonstances, les événements, les réussites comme les échecs. Ici-bas tout prend sens, même ce qui nous semble ne pas en avoir, lorsque nous ouvrons les yeux à la Lumière.


Copyright : lechoixdesbibliothecaires.com 2006-2019 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia