Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Inscrivez-vous àla Lettre des Bibliothécaires.

Bibliothécaires,partagez vos découvertes.

Clubs de lecture,envoyez vos choix.

Editeurs,valorisez vos livres.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

.. Du trek à l'expé : bien préparer son séjour en altitude

Couverture du livre Du trek à l'expé : bien préparer son séjour en altitude

Auteur : Emmanuel Daigle

Date de saisie : 15/06/2017

Genre : Sports

Editeur : Glénat, Grenoble, France

Prix : 25.00 €

ISBN : 9782344021477

GENCOD : 9782344021477

Sorti le : 31/05/2017

  • Les présentations des éditeurs : 15/06/2017

Un livre indispensable sur toutes les questions concernant la préparation d'un trek ou d'une expédition en haute altitude

Que vous soyez trekkeur néophyte ou alpiniste confirmé, ce livre vous sera de la plus grande utilité. Un séjour en haute altitude ne s'improvise pas, et sa préparation dans les moindres détails est la condition sine qua non d'une aventure réussie.
Organisation, logistique, entraînement physique, préparation mentale, équipement, acclimatation à l'altitude et progression, conditions météorologiques et climatiques, alimentation et hygiène, santé, sommeil, trousse de secours, pathologies liées à la haute altitude... Tout est abordé dans cet ouvrage écrit avec clarté et pédagogie par un professionnel de la haute montagne généreux de son expérience et attentif à chaque ingrédient contribuant au succès d'un périple en altitude.

EMMANUEL DAIGLE est formateur, conférencier, guide de trek en haute altitude, chroniqueur et testeur d'équipement spécialisé, reconnu comme étant un excellent vulgarisateur et un pédagogue hors pair. Il a signé des centaines d'articles sur le plein air et la santé.
Depuis l'âge de dix-neuf ans, il parcourt la planète afin de pratiquer l'alpinisme et le trekking. Il a également guidé de nombreuses expéditions en haute altitude. Pour lui, aucun défi sportif n'est impossible... si on s'y prépare sérieusement.
Il a formé plus d'un millier de personnes (grand public et professionnels de la santé) pour qu'elles puissent mieux gérer les situations difficiles en haute montagne et garder le sourire tout au long de leur aventure.


  • Les courts extraits de livres : 15/06/2017

Extrait de la préface de Dominique Jean, médecin au CHU de Grenoble accompagnatrice en montagne vice-présidente de l'ISMM (international society for mountain medicine)

C'est souvent le hasard qui met sur notre chemin des personnalités intéressantes. En mars 2016, alors que j'étais invitée à donner des cours de médecine d'altitude au Québec pour l'université McGill, j'ai découvert l'édition québécoise du livre de Manu et j'ai été d'emblée impressionnée par la somme d'informations rassemblées, reposant sur des bases scientifiques solides bien qu'il ne soit pas médecin, et présentées de façon facilement compréhensible par les trekkeurs et les alpinistes.
En 1984, après avoir gravi quelques 6000, j'ai vécu ma première expérience de médecin d'expédition avec Henri Sigayret, alpiniste grenoblois bien connu. C'était une expédition franco-népalo-canadienne à l'Annapurna pour ouvrir une nouvelle voie. À l'époque, les connaissances en médecine d'altitude étaient encore modestes, elles ont beaucoup progressé depuis.
Partie travailler un an à Montréal l'année suivante, j'y ai retrouvé André Laperrière, membre de l'expédition et aventurier très connu au Québec, qui m'a ouvert quelques portes dans le milieu «montagne». Les Québécois m'ont initiée au camping d'hiver (glacial !), et j'ai aussi pratiqué, comme en France, le raid à skis de fond et la course longue distance (160 km pour le marathon canadien de ski !). La randonnée en toutes saisons dans les montagnes nord-américaines m'a fait comprendre pourquoi ils utilisent beaucoup les filtres à eau, contrairement aux Européens : les kystes de Giardia disséminés dans l'eau par les castors sont leur principal problème, et le filtre est idéal pour les éliminer.
En 1988, je suis repartie comme médecin d'expédition au Mustagh Ata (7 546 m), une magnifique aventure qui a confirmé ma bonne tolérance de la très haute altitude. Puis, grâce au professeur Jean-Paul Richalet, spécialiste français de la médecine d'altitude, j'ai eu la chance d'être le premier médecin français accepté au poste de secours de Pheriche (4 250 m), au Népal, sur le chemin de l'Everest, à l'automne 1990. Rien ne vaut une telle expérience pour bien connaître le sujet : les postes de secours de l'Himalayan Rescue Association ont été créés dans le but de prévenir et de soigner le mal aigu des montagnes (MAM). En prenant en charge de nombreux cas de MAM, surtout les plus graves, on apprend vite que tous les cas sont différents, surtout en ce qui concerne l'oedème cérébral, et qu'il est facile de faire le diagnostic trop tard si l'on n'est pas suffisamment vigilant ! J'insiste toujours sur ce point quand je fais des formations sur le sujet. Le retour d'expérience des guides est d'ailleurs très enrichissant, ce qui me conduit souvent à terminer mon exposé sur le MAM par cette phrase un peu provocatrice : «Quand quelqu'un meurt dans un groupe, c'est le médecin marathonien !» En effet, comme Manu l'explique très bien, l'entraînement physique ne protège pas du MAM, et les marathoniens présentent un double risque : ils montent souvent plus vite que les autres, et ils cachent leurs symptômes parce qu'ils sont vexés d'être malades alors que les trekkeurs moins entraînés ont l'air d'aller bien... De leur côté, la plupart des médecins ne connaissent rien à la médecine d'altitude, mais se soignent souvent eux-mêmes sans rien dire au guide... Dans les deux cas, on peut faire le diagnostic trop tard.

(...)

Extrait de l'avant-propos

Avoir la chance de fouler son premier sommet. Sentir cette excitation, ce flot d'adrénaline circuler dans ses veines la veille d'un départ en montagne. Vivre une aventure unique avec d'autres personnes qui, comme vous, ne verront plus la vie de la même façon une fois revenus au niveau de la mer. Être en montagne, c'est vivre, respirer, se transformer.

Nous sommes en pleine nuit, il est 2 h 30, ma montre se met à sonner. Le vent malmène notre tente perchée sur un glacier des Rocheuses canadiennes. Il est temps de nous lever. Mon compagnon de cordée s'extirpe de son sac de couchage lui aussi. Dans notre abri, aucun mot n'est échangé, mais l'excitation est palpable. C'est notre premier départ nocturne pour atteindre notre premier sommet... Ça fait beaucoup de premières, mais nous savons d'ores et déjà que cet instant n'est que le début de notre quête d'aventures en haute altitude. J'éprouve un sentiment indescriptible, entre exaltation et crainte. Ma respiration et mon rythme cardiaque sont inhabituellement rapides. L'estomac noué, j'ai du mal à avaler mon petit-déjeuner. Entre nous deux, pas besoin de parler ; nous savons exactement ce que nous avons à faire. À la lueur de nos lampes frontales, et dans le froid cinglant de la nuit, nous attachons péniblement nos crampons à nos chaussures.
Bientôt, le crissement de nos crampons sur la glace se synchronise avec notre respiration sonore. Chacune de nos expirations exprime notre gratitude et notre bonheur d'être là, au coeur d'un environnement si exceptionnel. Et la corde qui nous relie trace notre chemin dans la nuit et matérialise notre lien profond. À mesure que nous progressons, le soleil inonde le paysage d'une lumière réconfortante et recharge nos batteries.
Après de longues heures d'effort physique, nous atteignons enfin notre but. Une joie immense nous inonde de l'intérieur, et nos yeux s'embuent de larmes. Nous y voilà : deux amis au sommet d'une montagne qui, sans un mot, échangent une accolade pour consacrer un instant qui restera à jamais gravé dans leurs coeurs. C'est pour ces moments que je retourne encore et encore en montagne.
Ça fait maintenant un peu plus de vingt ans que je sillonne la planète en quête d'aventures en haute montagne. Que ce soit à titre de guide ou pour mon plaisir personnel, je retrouve chaque fois cette satisfaction indescriptible de bonheur, de liberté qui, expérience après expérience, ne fait que grandir. J'y retourne pour vivre des moments uniques avec des amis, des clients. Pour partager des fous rires collectifs à en avoir mal au ventre. Pour moi, c'est une véritable drogue. Chaque matin, quand je sors de ma tente et découvre ces paysages que bien peu de gens ont la chance de voir au quotidien, je me sens choyé par la vie. Parfois, j'ai le bonheur d'avoir une équipe locale pour me réveiller doucement avec l'odeur d'un bon café ou d'un chocolat chaud, une simple attention qui, dans ces endroits isolés, prend une tout autre signification.


Copyright : lechoixdesbibliothecaires.com 2006-2019 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia