Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Inscrivez-vous àla Lettre des Bibliothécaires.

Bibliothécaires,partagez vos découvertes.

Clubs de lecture,envoyez vos choix.

Editeurs,valorisez vos livres.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

.. Les pieds dans le vide

Couverture du livre Les pieds dans le vide

Auteur : Florence d'Oria

Date de saisie : 23/03/2017

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Passiflore, Dax, France

Prix : 19.00 €

ISBN : 9782918471622

GENCOD : 9782918471622

Sorti le : 18/02/2017

  • Les présentations des éditeurs : 17/03/2017

Écouter les autres est pour elle un privilège inestimable, transcrire au plus près la passion qui les anime, un défi exaltant. Florence d'Oria a écrit de nombreux portraits et reportages pour la presse magazine. Depuis plusieurs années, elle se consacre à une écriture plus intime. Les pieds dans le vide est son premier roman.

Les jours de Lisa sont comptés. Ne laissant aucune prise au désespoir, cette femme encore jeune décide de croquer à belles dents le temps qui lui est imparti.
Libérée de toute attache, elle part vers un lieu inconnu et arrive par un tour du destin dans un domaine qui appelle pleinement la vie. Elle y rencontre des êtres sans fard, proches de la nature et des bêtes, une thérapeute mystique douée d'empathie, un musicien qui emplira le champ vide de son coeur.
C'est l'histoire d'une vie qui s'achève hors d'un chemin de larmes pour s'élancer, légère, dans les rais de l'infini.


  • Les courts extraits de livres : 17/03/2017

Terminal. J'avais rêvé mieux comme chemin initiatique ! Terminus semble plus adapté, car de ce quai-là on ne revient pas, drôle de façon d'apprendre que le départ c'est l'arrivée, le comble du sur-place qui soustrait définitivement du mouvement.
Dès que je m'allongeai dans le sarcophage spatial censé passer au crible la carte de mon corps, j'eus un net pressentiment. Pourtant, pat nervosité peut-être ou dérision, j'eus grand-peine à réprimer un fou rire en me voyant les pieds devant, les bras ballants, jouet les santibelli de service sous un globe de verre !
Puis vint la sensation inédite de glisser hors des âges dans une sorte d'apesanteur presque bienfaisante que j'aurais aimé ne jamais quitter.
Quand mes yeux se rouvrirent, ils rencontrèrent le regard meurtri du radiologue à la lecture des clichés, alors je sus. Combien de temps encore ? Un mois, six, un an ? Quelle importance, après tout le compte à rebours ne se met-il pas en vrille dès que l'on est débarqué sur Terre ? L'échéance ne me concerne plus.
A l'évidence, il tenait à moi, bizarrement je n'en avais pas pris conscience en fréquentant le centre... Dommage. Trop tard. Le diagnostic était sans appel. Je ne laissai aucun son franchir le seuil de ses lèvres, les miennes sur les siennes vinrent sceller le silence.
Je n'attends rien, les regrets épuisent le présent et j'ai trop besoin d'oxygène. Et puis la pitié me fait fuir, les pleureuses ne me sont d'aucun secours, elles arriveront bien assez tôt pour se moucher sur ma tombe.
Sans hâte, je me rechaussai en portant une attention soutenue au laçage serré, parfait, irréprochable de mes souliers. Je me félicitai au passage de ce dont chacun de mes dix doigts était encore capable d'effectuer. Retombais-je en enfance ? Qu'en sera-t-il demain ? Pas une seconde je ne relevai la tête sur le regard mouillé posé sur moi, je pris mon sac sous le bras et sortis.
Mon compte était bon, j'étais sans illusion, mais quoi qu'il pût arriver, j'avais décidé de laisser pour toujours derrière moi ces lieux asphyxiés d'éther et de formol.
En poussant la porte, je fus ébouriffée par une onde de choc sans précédent, un baptême de l'air comme je n'en avais jamais connu. J'eus l'impression de plonger pour de bon, mon coeur valdinguait dans ma poitrine, mes poumons prenaient feu à chaque inspiration, il me semblait respirer le monde comme au premier jour de ma naissance.
Les quelques heures évacuées dans ces couloirs aseptisés avaient suffi pour gommer la vitalité brutale que dégorgeait chaque coin de rue. Dehors, il faisait si chaud que même les ombres se trouvaient plaquées au sol, les chats rasaient les murs, les oiseaux piaillaient à tout rompre sous des arbres explosant de feuilles. Des fillettes riaient à gorge déployée, les terrasses de cafés bourdonnaient comme des ruches en effervescence et des voitures, venues de nulle part, croyaient tromper la torpeur en mordant l'asphalte à vive allure toutes vitres baissées.


  • Le courrier des auteurs : 23/03/2017

1) Qui êtes-vous ? !
Seul importe ce que l'on fait.

2) Quel est le thème central de ce livre ?
Considérer chaque jour comme un présent.

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ?
«Si peu suffit pour transfigurer les choses.»

4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ?
Choix presque impossible ! Ce pourrait être tout simplement le souffle du vent dans les arbres..., sinon une cantate de Bach (Ich habe genug), une aria de Haendel (Ombra maï fu/Serse) ou encore Córdoba (Suite espagnole) d'Albéniz...

5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ?
Une complicité, une émotion, l'envie d'aller voir ailleurs, d'ouvrir une fenêtre sur d'autres vies.


Copyright : lechoixdesbibliothecaires.com 2006-2019 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia