Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Inscrivez-vous àla Lettre des Bibliothécaires.

Bibliothécaires,partagez vos découvertes.

Clubs de lecture,envoyez vos choix.

Editeurs,valorisez vos livres.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

.. Morandouna, le pays d'en haut

Couverture du livre Morandouna, le pays d'en haut

Auteur : Fabrice Sluys

Date de saisie : 17/03/2017

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Passiflore, Dax, France

Prix : 20.00 €

ISBN : 9782918471479

GENCOD : 9782918471479

Sorti le : 30/03/2016

  • Les présentations des éditeurs : 17/03/2017

Né à Manille, Fabrice Sluys passe son enfance en Suisse puis découvre l'immensité du Mexique. Après des études de journalisme à Bruxelles, il part en Afrique... Écrire est pour lui une porte ouverte sur l'imaginaire, un territoire sans frontières où tout est possible.

Au crépuscule de sa vie, Aurélien se voit rattrapé par les souvenirs du Pays d'en haut, contrée improbable découverte à l'âge de vingt-et-un ans ; en elle se forgea à tout jamais l'homme qu'il est devenu. Il a connu jadis, là-bas, très loin, par-delà les mers, un miracle de verdure perdu aux confins d'un océan de dunes, une région mystérieuse posée tel un confetti sur l'immensité du désert. Aurélien va reprendre la route, non pour suivre simplement le cheminement de sa mémoire, mais pour revenir à ce qu'au fond il n'a jamais cessé d'être : un enfant du Pays d'en haut.

L'opulence, en ce lieu, tient dans le regard, comme s'il suffisait que l'on verse un oeil au-dehors pour se sentir aussitôt dépositaire d'une paix sans pareille.


  • Les courts extraits de livres : 17/03/2017

Mon ange

J'aime à lire une dernière fois dans tes yeux de marbre le chemin de ma destinée, mon ange. Voilà bientôt trente ans que ton sourire lointain me porte et me suit, qu'il signe avec un brin de moquerie une complicité jamais démentie. Oh, je sais, toi l'envoyé des deux, tu aurais pu rêver mieux que cette alcôve à mi-hauteur de la cage d'escalier. Mais que veux-tu, ne serait-ce que pour te loger là, j'ai dû batailler ferme contre Isa, contre les enfants, contre tout ce que notre entourage compte de médisants, afin de te garder une place dans notre maison.

Dès l'instant où je t'ai vu, ton image ne m'a plus quitté.

Ton fameux sourire ! Il n'a plus parlé qu'à moi depuis notre première rencontre, et aujourd'hui encore j'ai la prétention d'être le seul à savoir y lire tout ce que ton créateur y a mis. Tu te souviens ? Tu es devenu ma petite folie de Carrare, ce jour lointain où nos routes se sont croisées au fond d'une impasse, en Italie.
A l'époque, nous y passions une semaine, Isa et moi. Sans doute était-ce pour nos dix ans de mariage. Une fin d'après-midi, alors que nous nous apprêtions à regagner l'auberge, fourbus d'avoir écume tout ce que Carrare comptait de sculpteurs, tu m'es apparu. Le soleil incendiait d'un dernier rayon les crêtes éventrées au-dessus de nos têtes, et l'on aurait pris pour de la neige ces immenses carrières d'où depuis des siècles sortait ce marbre à la renommée inégalée. Michel-Ange déjà y dénichait la matière de ses chefs-d'oeuvre, et combien comme lui, bien avant et bien après, y sont venus pour la même quête.
Alors que je rêvais d'une bonne douche, tu m'as happé, mon ange.
Dans une arrière-cour, tu trônais, oeuvre singulière, à cent lieues de tous les classiques mille fois déclinés dont nous avions une indigestion. Éclipsant toutes les copies de venus grecques et romaines, tous les dieux hellènes descendus du Parnasse et autres illustres du Panthéon, raillant les victoires ailées et les fronts ceints de laurier, tu souriais de manière lointaine, un peu grave, presque dédaigneuse. Tu donnais à voir une fougue et une audace totalement improbables : une alchimie explosive émanait de ton corps noueux, agile, de tes muscles saillants de chasseur à l'affût, que contredisait ta nature céleste trahie par tes ailes d'archange.
Tourné par-dessus ton épaule, ton visage me fut d'emblée une révélation. Tes lèvres d'adolescent sauvage, rudes et racées, barrées pour moitié par tes cheveux fous, tignasse de sioux !
Comme la vie semblait battre sous tes traits de marbre !
Je lisais dans tes yeux de pierre non seulement la ruse, mais une vague colère aussi, bien étrangère ma foi à l'innocence supposée d'un messager des puissances d'en haut. Un regard d'ange habité par le démon...


  • Le courrier des auteurs : 16/03/2017

1) Qui êtes-vous ? !
Je m'appelle Fabrice Sluys, 57 ans, je suis de la région de Bordeaux. Belge de nationalité, je suis installé en France depuis 1988, et exerce actuellement la profession de responsable technique dans une entreprise d'isolation. Après des études inachevées de journalisme à l'Université de Bruxelles, je suis parti au Sénégal, au Mali, et au Niger, avant de venir vivre dans le Sud-Ouest. L'écriture a toujours été ma passion depuis l'adolescence, et si "Morandouna, le pays d'en haut" est mon premier roman publié, il n'est pas mon premier manuscrit.

2) Quel est le thème central de ce livre ?
À l'heure de partir à la retraite de façon anticipée pour raison de santé, Aurélien se souvient du "pays d'en haut", cette région minuscule à l'autre bout du monde, qu'il découvrit lorsqu'il était étudiant. Cet îlot de vie qu'aucune carte ne mentionne fut pour lui synonyme d'un bonheur comme jamais il n'en connut par la suite. A l'heure du "bilan", Aurélien quitte sans crier gare sa vie quotidienne, et s'en retourne au pays d'en haut. J'ai voulu ce roman comme une ode à la nature, à la simplicité, comme un parcours initiatique qui ramène un homme à ses racines profondes, à sa vérité trop longtemps tue.

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ?
«Le Pays d'en haut n'est rien moins qu'une île perdue sur la mer des âges.»

4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ?
Un air de harpe celtique, une musique des Andes, la Symphonie Pastorale.

5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ?
J'ai tâché de faire en sorte que ce livre soit un voyage imaginaire, en entretenant le mystère du temps et de l'espace. Le Pays d'en haut n'est pas localisé géographiquement, et l'histoire n'est pas ancrée dans une époque bien définie. J'ai voulu ainsi permettre au lecteur d'apporter ses propres "bagages" tout au long du roman, et laisser toute sa place à l'imaginaire de chacun. L'imaginaire est pour moi le maître mot de l'écriture...


Copyright : lechoixdesbibliothecaires.com 2006-2019 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia