Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Inscrivez-vous àla Lettre des Bibliothécaires.

Bibliothécaires,partagez vos découvertes.

Clubs de lecture,envoyez vos choix.

Editeurs,valorisez vos livres.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

.. Théorie générale de l'emploi, de l'intérêt et de la monnaie

Couverture du livre Théorie générale de l'emploi, de l'intérêt et de la monnaie

Auteur : John Maynard Keynes

Préface : Hélène de Largentaye

Traducteur : Jean de Largentaye

Date de saisie : 13/03/2017

Genre : Documents Essais d'actualité

Editeur : Payot, Paris, France

Prix : 25.40 €

ISBN : 9782228917032

GENCOD : 9782228917032

Sorti le : 18/01/2017

  • Les présentations des éditeurs : 22/03/2017

Oeuvre maîtresse de John Maynard Keynes (1883-1946), La Théorie générale de L'emploi, de L'intérêt et de La monnaie a marqué dans La pensée économique une véritable révolution et a profondément influencé les gouvernements occidentaux.
Keynes y affirme que tout doit être mis en oeuvre pour assurer le plein emploi de la main-d'oeuvre grâce à une redistribution des revenus telle que le pouvoir d'achat des consommateurs croisse proportionnellement au développement des moyens de production.
Telle est la condition, dans une société libre, de l'équilibre politique et social.



  • La revue de presse Pierre Ivorra - L'Humanité du 9 mars 2017

La Théorie générale de l'emploi, de l'intérêt et de la monnaie, le livre célèbre de l'économiste britannique, est rééditée, quatre-vingt ans après sa première publication. «La révolution keynésienne est l'événement le plus important de la science économique au XXe siècle », assurait en 1988 Paul Samuelson, l'un des trop nombreux Prix Nobel d'économie états-uniens, reprenant à son compte le propos d'un autre Prix Nobel, Lawrence Klein...
Au-delà de ses ambivalences, la Théorie générale de l'emploi, de l'intérêt et de la monnaie va inspirer nombre d'économistes, certains essayant de tirer ses idées bien en avant, d'autres tout en arrière. C'est dire qu'il y a différentes façons de se réclamer de Keynes. Cependant, le tournant libéral de la fin des années 1970, marqué par la déréglementation financière, la mondialisation du capital et sa financiarisation, a relancé l'intérêt pour l'économiste britannique.


  • Les courts extraits de livres : 22/03/2017

PRÉFACE À LA PRÉSENTE ÉDITION
par Hélène de Largentaye

La traduction française de la Théorie générale de l'emploi, de l'intérêt et de la monnaie fut l'objet d'un échange dense et parfois vif dont témoigne la correspondance d'une quarantaine de lettres (disponible aux archives de King's Collège, Cambridge, Royaume-Uni) d'avril 1938 à fin 1939, entre John Maynard Keynes et son traducteur, Jean de Largentaye. Parmi toutes les traductions - notamment les traductions allemande ou japonaise, qui, avec la française, sont les seules préfacées par Keynes -, la traduction française apparaît comme le fruit d'une collaboration unique entre l'auteur et le traducteur.
Keynes avait cinquante-trois ans lors de la publication de la Théorie générale en 1936. Il était first bursar principal (gérant), de King's College et résidait la plupart du temps dans son collège ou à Tilton, sa maison dans le Sussex. Victime d'une crise cardiaque en 1937, il dut ménager ses forces pendant plus de deux ans. Ce ne fut qu'à la veille de la Deuxième Guerre mondiale qu'il se rétablit complètement, pour contribuer alors à l'organisation de l'économie de guerre. Il consacra principalement sa longue convalescence à défendre la Théorie générale, oeuvre révolutionnaire, en répondant aux critiques et aux demandes d'éclaircissement de ses condisciples (Arthur Cecil Pigou, Berthil Ohlin, Ralph George Hawtrey, John Richard Hicks, Dennis Holmes Robertson...). De 1936 à 1939, de nombreux articles et lettres complètent ou même infléchissent l'interprétation de la Théorie générale. Or c'est précisément pendant sa convalescence, en 1938-1939, que Keynes allait s'impliquer dans la traduction française de son oeuvre majeure.
Jean de Largentaye (1903-1970) n'avait pas trente-cinq ans lorsqu'il se lança dans la traduction de la Théorie générale, en 1938. Inspecteur des finances, ancien élève de l'École polytechnique, il était affecté, depuis 1936, au Mouvement général des Fonds du ministère des Finances, que dirigeait Jacques Rueff. Il travailla en liaison avec le cabinet de Vincent Auriol (ministre des Finances du premier gouvernement de Léon Blum, juin 1936-juin 1939) puis, pendant trois semaines, du 13 mars au 8 avril 1938, avec la même équipe dont faisait partie Gaston Cusin, pendant l'éphémère second gouvernement Blum. Il fut mobilisé plusieurs fois en 1938 et 1939 (affecté au ministère de l'Armement à Paris fin août 1939), interrompant son activité professionnelle et retardant la traduction qu'il poursuivait en même temps.
L'année de la publication de la Théorie générale en Grande-Bretagne (février 1936) fut en France celle de la victoire du Front populaire (mai 1936). Au début de l'année suivante, en 1937, c'est à l'occasion d'une question parlementaire relative à une prétendue asphyxie monétaire qui aurait entravé le bon fonctionnement de l'économie française, que Jean de Largentaye, chargé de rédiger la réponse du ministre des Finances, avait découvert la Théorie générale dans sa version anglaise d'origine. Cette théorie fournissait un diagnostic différent de celui qui prévalait dans les milieux politiques et économiques de l'époque à propos du mal dont souffrait l'économie, à savoir une activité réduite par le sous-emploi de ses facteurs de production. La cause première de ce mal était non l'insuffisance du crédit mais l'insuffisance de débouchés pour les entreprises, lesquelles n'étaient dès lors pas incitées à investir. Cette analyse, certainement inspirée de la Théorie générale (et en particulier du chapitre, «L'efficacité marginale du capital»), figure dans la note au ministre, datée du 27 mai 1937, signée par le directeur du Mouvement général des Fonds et dont on sait qu'elle fut rédigée par Jean de Largentaye.
(...)


Copyright : lechoixdesbibliothecaires.com 2006-2019 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia