Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Inscrivez-vous àla Lettre des Bibliothécaires.

Bibliothécaires,partagez vos découvertes.

Clubs de lecture,envoyez vos choix.

Editeurs,valorisez vos livres.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

.. Route d'Oxiane

Couverture du livre Route d'Oxiane

Auteur : Robert Byron

Préface : Bruce Chatwin

Traducteur : Michel Petris

Date de saisie : 31/01/2017

Genre : Récits de Voyages

Editeur : Payot, Paris, France

Collection : Petite bibliothèque Payot. Voyageurs, n° 137

Prix : 10.40 €

ISBN : 9782228917025

GENCOD : 9782228917025

Sorti le : 18/01/2017

  • Les présentations des éditeurs : 31/01/2017

«Levez les yeux, levez toujours plus haut les yeux vers cette chair de pierre, vers ces piliers trois fois grands, vers les chapiteaux brisés et la corniche aux dimensions d'une maison, vers tout ce qui flotte dans le bleu.»

Robert Byron (1905-1941) appartenait aux Bright Young Things, ce groupe de jeunes Anglais talentueux, riches et hédonistes parmi lesquels figuraient Nancy Mitford, Evelyn Waugh ou le photographe Cecil Beaton, et dont les fêtes défrayèrent la chronique durant les années 1920. En 1933, il part pour l'Inde, via la Perse et l'Afghanistan, à la recherche des origines de l'architecture et de la culture islamiques. Il en ramènera cette grandiose Route d'Oxiane, merveille d'érudition, d'anecdotes insolites et d'humour british. Un livre culte, que certains tiennent pour un «texte sacré», et dont la causticité ravira les amoureux du Tour du monde d'un sceptique d'Aldous Huxley.


  • Les courts extraits de livres : 31/01/2017

Venise, 20 août 1933

Ici comme un coq en pâte : cela change agréablement de la pension de la Giudecca d'il y a deux ans. Nous sommes allés au Lido ce matin. Le palais des Doges est bien plus impressionnant vu d'un canot automobile que d'une gondole. La baignade, par une journée calme, doit être ce qu'on trouve de pire en Europe : une eau pareille à de la salive brûlante, des mégots qui viennent mollement échouer dans votre bouche, et des bancs de méduses.
Lifar est venu dîner. Bertie a déclaré que toutes les baleines étaient syphilitiques.

Venise, 21 août

Après avoir inspecté deux palais - le Labiena, qui abrite Le Banquet d'Antoine et de Cléopâtre de Tiepolo, et le Pappadopoli, suffocant labyrinthe garni de photographies d'altesses et autres célébrités, nous sommes allés nous réfugier au Harry's Bar : il y avait là un inquiétant caquetage, un feu roulant de salutations. Les Anglais arrivent.
Dans la soirée, nous sommes retournés au Harry's Bar, où notre hôte nous a régalés d'un breuvage à base de Champagne et de cherry-brandy. «Pour obtenir l'effet souhaité, nous glissa en confidence Harry, il faut utiliser le pire cherry-brandy.» Celui-ci l'était.
Avant cet épisode, je ne connaissais notre hôte que pour l'avoir rencontré à la chasse. Il avait une drôle d'allure avec son tricot de plage vert et son spencer blanc.

Venise, 22 août

En gondole pour San Rocco, où la Crucifixion du Tintoret m'a coupé le souffle ; je l'avais presque oubliée. Le vieux livre d'or portant le paraphe de Lénine n'était plus là. Au Lido, un léger vent soufflait. La mer était agitée, froide et vierge d'ordures flottantes.
Sommes allés en automobile pour le thé à la Malcontenta, par la nouvelle route qui enjambe les lagunes en longeant la voie ferrée. Il y a neuf ans, Landsberg avait trouvé la Malcontenta, si vantée fût-elle dans les ouvrages consacrés à Palladio, dans un état proche de la ruine - sans portes ni fenêtres, tel un entrepôt pour denrées agricoles indéterminées. Il en a fait un lieu habitable. Les proportions du grand hall et des appartements d'apparat sont un hymne à la mathématique. Tout autre les aurait remplis de meubles pseudo italiens, de dorures, d'un bric-à-brac d'antiquaire. Pas Landsberg. Il y a disposé un mobilier de bois fabriqué au village voisin. Rien n'est «d'époque», à l'exception des chandeliers, bien utiles en l'absence d'électricité.
Au-dehors, les gens ergotent sur les côtés et font des réserves sur l'arrière. La façade interdit toute critique. C'est une référence, un critérium. On peut l'analyser - rien de plus juste - mais il est hors de question de la contester. Je me suis attardé avec Diane sur la pelouse qui s'étend devant le portique, alors que le rougeoiement du crépuscule accusait pour quelques brefs instants chaque linéament du dessin. L'Europe n'aurait pu m'adresser plus délicat adieu que cette triomphante affirmation de l'intellect européen. «C'est une erreur que de quitter la civilisation», me dit Diane, consciente de le prouver par son existence. J'étais perdu dans ma mélancolie.
À l'intérieur, les candélabres brûlaient et Lifar dansait. Nous rentrâmes sous l'orage et je me mis au lit avec un réveille-matin.

(...)


Copyright : lechoixdesbibliothecaires.com 2006-2019 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia