Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Inscrivez-vous àla Lettre des Bibliothécaires.

Bibliothécaires,partagez vos découvertes.

Clubs de lecture,envoyez vos choix.

Editeurs,valorisez vos livres.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

.. Discours de réception à l'Académie française et réponse d'Erik Orsenna

Couverture du livre Discours de réception à l'Académie française et réponse d'Erik Orsenna

Auteur : Marc Lambron | Erik Orsenna

Postface : Jean d' Ormesson

Date de saisie : 10/01/2017

Genre : Littérature, essais

Editeur : Grasset, Paris, France

Prix : 13.00 €

ISBN : 9782246812326

GENCOD : 9782246812326

Sorti le : 11/01/2017

  • Les présentations des éditeurs : 10/01/2017

Ce volume reprend le discours de réception à l'Académie française de Marc Lambron, prononcé le 14 avril 2016, suivi de la réponse de Monsieur Erik Orsenna.
Comme le veut la tradition, ces deux textes sont suivis du discours de remise de l'épée, prononcé par Jean d'Ormesson.

Marc Lambron est l'auteur chez Grasset de plusieurs romans : 1941 (1997), Étrangers dans la nuit (2001), Les Menteurs (2004) ; de récits : Une saison sur la terre (2006), Mignonne, allons voir... (2006), Eh bien, dansez maintenant... (2008), Tu n'as pas tellement changé (2014) et des fameux Carnets de bal. Il a été élu à l'Académie française en 2014.


  • Les courts extraits de livres : 10/01/2017

M. Marc Lambron, ayant été élu à l'Académie française à la place laissée vacante par la mort de M. François Jacob, y est venu prendre séance le jeudi 14 avril 2016, et a prononcé le discours suivant :

Mesdames et Messieurs de l'Académie,

«Chacun de nous sait ce qu'est la vie, combien elle est fragile. Chacun de nous en connaît l'infini du possible et la merveilleuse diversité. Chacun de nous sait qu'il n'est pas sur la Terre de bien plus précieux que la vie, que c'est même le seul bien de ce monde. Que transmettre la vie à un enfant est l'acte le plus profond que puisse accomplir un être humain.» Ces lignes datent de janvier 2000 et sont signées François Jacob.

Sans nous y attarder pour l'instant, remontons avec lui vers le mois d'octobre 1965. Cette année-là, une élection présidentielle occupe en France tous les esprits. Churchill est mort en janvier, Albert Schweitzer en septembre. Sur les écrans, Pierrot le fou de Jean-Luc Godard côtoie Le Corniaud de Gérard Oury. Le prix Goncourt ira à Jacques Borel pour L'Adoration, le prix Renaudot à Georges Perec pour Les Choses. Tandis que des combats font rage au Vietnam, la reine Elisabeth II d'Angleterre nomme les quatre Beatles membres de l'ordre de l'Empire britannique. Chaque samedi soir, j'écoute avec mon père «La Tribune de l'Histoire» où s'illustre Alain Decaux. Le jeune ministre des Finances, Valéry Giscard d'Estaing, apparaît volontiers à la télévision pour commenter les chiffres de l'économie. On s'apprête alors à lancer de Hammaguir le premier satellite artificiel français, baptisé Astérix, une fierté de 42 kilos propulsée par une fusée Diamant A. Ce succès scientifique est de bon augure.

Le 14 octobre, la nouvelle tombe sur les téléscripteurs du monde entier : à l'unanimité, le prix Nobel de physiologie ou médecine a été décerné à une équipe de l'Institut Pasteur composée des professeurs André Lwoff, Jacques Monod et François Jacob. Les nouveaux héros de la nation reçoivent aussitôt les félicitations de M. Raymond Marcellin, ministre de la Santé publique, et de M. Christian Fouchet, ministre de l'Éducation nationale. Il est vrai que le dernier prix Nobel de médecine français avait récompensé Charles Nicolle en 1928. On dirait le début d'un album de Blake et Mortimer. J'avais alors huit ans, et j'ai vu dans Paris Match les visages des trois savants.
Les journaux français, justement, tentent de mettre des légendes dans la bulle. L'équipe de Pasteur, dont le conseil d'administration est présidé par le professeur Louis Pasteur Vallery-Radot, de l'Académie française, a été distinguée pour ses travaux sur la régulation cellulaire. Des journalistes intrépides s'attachent à expliquer que les découvertes des pasteuriens portent sur l'ARN messager, agent de transmission entre le noyau d'une cellule et son cytoplasme. Et qu'ils ont identifié des gènes opérateurs régulant la fabrication des substances nécessaires à la vie des cellules, les activant ou les inhibant à la façon d'un interrupteur électrique commandant l'arrivée de la lumière. Sans doute, mais encore ? A défaut de réponse clairement intelligible par tous, l'attention du grand public se tourne alors vers les savants eux-mêmes.
Chef du service de physiologie microbienne, André Lwoff est un enfant de l'immigration russe, né en 1902 dans une ville de l'Allier où son père dirigeait un hôpital psychiatrique. Il a soixante-trois ans.


Copyright : lechoixdesbibliothecaires.com 2006-2019 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia