Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Inscrivez-vous àla Lettre des Bibliothécaires.

Bibliothécaires,partagez vos découvertes.

Clubs de lecture,envoyez vos choix.

Editeurs,valorisez vos livres.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

.. Trilogie des rives. Volume 2, Saufs riverains

Couverture du livre Trilogie des rives. Volume 2, Saufs riverains

Auteur : Emmanuelle Pagano

Date de saisie : 23/02/2017

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : P.O.L

Collection : Fiction

Prix : 19.50 €

ISBN : 9782818041482

GENCOD : 9782818041482

Sorti le : 03/01/2017

  • Les présentations des éditeurs : 20/12/2016

Je m'appelle Emmanuelle Salasc. Je suis née à Rodez, Aveyron, le 15 septembre 1969, quelques minutes avant ma soeur, de Norbert Salasc, originaire d'Octon, tout près de la rivière Salagou, département de l'Hérault, et de Monique Virenque, originaire de Boussinesq, commune d'Alrance, tout près de la rivière Alrance, sur le Lévézou, département de l'Aveyron. Entre ces deux territoires familiaux, il y a le pas de l'Escalette et le plateau du Larzac.
Depuis le mois de mars, dans la vallée, les vannes du barrage sur le Salagou étaient fermées. En septembre, le patient travail de la montée des eaux abordait les deux petites vignes de mon grand-père paternel, pendant que ma mère perdait les eaux, dans la ville d'en haut. Sur ces hauteurs maternelles, un autre lac artificiel, barrant déjà l'Alrance depuis plus de quinze ans, gardait contre sa rive le secret d'un autre lieu familial disparu.

Emmanuelle Pagano a publié plusieurs romans aux éditions POL, dont le dernier en date «Nouonsnous», 2013. Plume sensible, elle a écrit ici un texte sur la distance, un texte dont le «je» traverse des horizons fantômes, partagé par les brumes et les eaux.
Entre prose mouillée et poésie brouillée, Emmanuelle Pagano nous emmène le temps d'un tour du monde en 32 pages vers des ailleurs tout en toundra, en océan, en bateau...



  • La revue de presse Xavier Houssin - Le Monde du 23 février 2017

Sauf riverains forme le deuxième volume de sa «Trilogie des rives», commencée en 2015 avec Ligne & Fils (POL), une exploration sensible du cours du temps et des cours d'eau qui lui fait rassembler les souvenirs, les récits, pour les mêler, les fondre dans le flot des rivières et des ­fleuves, et dans les profondeurs des étendues douces et ­salées...
Sauf riverains explore la «cartographie personnelle» d'Emmanuelle Pagano. Une longue traversée où se croisent la généalogie, la géologie et la géographie, la flore, la faune et la vie des gens. C'est un singulier voyage à travers les époques et les dates qu'elle ancre dans une lointaine perpétuité. Au gré d'une mémoire qu'il faut ­réinventer sans cesse pour mieux la faire sienne, pour mieux l'assurer. Et qui, également, s'éveille, se réveille à chacune des sensations, des mots, dont elle a su garder l'écho...
«Quand on écrit, les choses s'installent dans leur nom.» Ainsi en est-il, dans ce livre troublant, des plantes et des bêtes, mais aussi des souvenirs. Noms d'espèces et noms de famille. Nous sommes aujourd'hui tout ce qui était avant. Cette émotion d'appartenance absolue au monde, cette fusion emporte, depuis l'enfance, tout ce grand roman des origines d'Emmanuelle Pagano.


  • La revue de presse Marine Landrot - Télérama du 4 janvier 2017

Une étrange autobiographie géologique qui prend naissance dans le big bang, et dans laquelle l'eau, la terre ou la roche de l'Aveyron ont la parole...
Plus Emmanuelle Pagano se rapproche chronologiquement de ses contemporains, plus son écriture est chaleureuse et vibrante, antipsychanalytique à souhait. Elle perce la croûte terrestre pour creuser en son for intérieur. C'est une forme de pudeur et de sagesse toute particulière, qui infiltre et anime ce roman énigmatique. Comme l'eau qui suinte en silence de la roche, et nourrit doucement l'environnement.


  • Les courts extraits de livres : 20/12/2016

Les petits causses viennent de se répandre au fond des vallons de la ruffe. Une fois le relief inversé, ils se présenteront comme des paliers, des marches de basalte entre la future vallée, bientôt creusée, et les vastes plateaux, les grands causses. Nommés Toucou, Auverne, ils se dresseront au premier plan de ma carte personnelle, sans cesse pliée et dépliée, formant une étape géologique entre ma famille paternelle, celle du bas, et ma famille maternelle, celle du haut. Depuis mon point de vue étriqué et romanesque, ma courte généalogie, ils fossiliseront des aires de jeux et de rêveries à ciel ouvert et immense sur mon enfance. Ces hauteurs intermédiaires, par ce livre renversées comme boules de neige artificielle sur ma mémoire, des boules de souvenirs engourdis, sans cesse secouées pour l'écrire, dépasseront néanmoins de loin, et depuis longtemps, ce roman et ma petite vie.
Elles sont tombées en ricochets de la longue coulée éruptive qui remonte jusqu'au centre de ce qu'on appellera France et s'échoue dans la mer, sculptant la côte en créant îlots, criques, grèves et falaises, déposant des petits rochers noirs qui pointeront au-dessus des vagues, entre lesquels une vie sous-marine effervescente démentira le calme apparent de l'eau presque étale et si claire, à peine moussante au rivage repu de sable grossier et sombre sur la plage de la Grande Conque.
Ma soeur et moi étendrons là nos serviettes, les joues chaudement enfouies, nos jeunes visages tournés l'un vers l'autre, se touchant presque, prenant des empreintes de miettes magmatiques multimillénaires en creusant leur lit dans cette pouzzolane mâchouillée par les embruns, moins moelleuse, malgré le coton humecté de nos salives bavardes, que les calcaires finement croqués des plages plus fréquentées alentour. Dans l'écoute distraite de la mer touillant ses richesses minérales au rythme de nos propres palpitations, nos bouches s'entrouvriront sur les derniers bruissements de nos tracas adolescents, des confidences tremblantes qui se perdront bien vite dans les débris de la roche érodée par l'eau salée. La coulée plonge ses chaudes griffes basaltiques dans les diaphanes fonds marins, où, étouffant sous nos désirs précoces multipliés par les hautes bordures volcaniques entourant nos secrets et nos émois, nous pourrons nous aussi nous rafraîchir. Nous préférerons cette plage aux autres à cause de ces parois arrondies retenant la chaleur et décourageant les touristes en éloignant l'eau d'une marche périlleuse. Bercée par l'écho des vagues contre la courbe du volcanisme récent, je penserai ne jamais quitter cet arc obscurci, notre littoral, mon à peine petite soeur, notre efflorescente jeunesse.


Copyright : lechoixdesbibliothecaires.com 2006-2019 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia