Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Inscrivez-vous àla Lettre des Bibliothécaires.

Bibliothécaires,partagez vos découvertes.

Clubs de lecture,envoyez vos choix.

Editeurs,valorisez vos livres.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

.. Qu'est-ce que le populisme ? Définir enfin la menace

Couverture du livre Qu'est-ce que le populisme ? Définir enfin la menace

Auteur : Jan-Werner Müller

Traducteur : Frédéric Joly

Date de saisie : 20/12/2016

Genre : Politique

Editeur : Premier Parallèle, Paris

Prix : 18.00 €

ISBN : 979-10-94841-35-8

GENCOD : 9791094841358

Sorti le : 06/10/2016

  • Les présentations des éditeurs : 14/12/2016

Qu'ont en commun Marine Le Pen, Donald Trump, Viktor Orbán, Beppe Grillo, tous régulièrement qualifiés de populistes ?
Cette accusation est aujourd'hui utilisée à tort et à travers, contre les adeptes de la démagogie et de la violence verbale, mais aussi parfois simplement pour discréditer un adversaire.
La critique des élites suffit-elle à définir le populisme ? Le populisme a-t-il une couleur politique ? Doit-on exclure les populistes du débat démocratique ou, au contraire, leur répondre pied à pied ?
Jan Werner Müller nous propose une véritable théorie du populisme et nous donne des clés pour répondre, concrètement, à ce phénomène inquiétant. C'est qu'il y a urgence. Parce qu'il s'approprie «le peuple», qu'il récuse la possibilité d'une opposition légitime, mais aussi la diversité des sociétés contemporaines, le populisme menace la toujours fragile démocratie, qui semble plus que jamais à la peine.

Né en 1970, Jan-Werner Müller enseigne la théorie politique et l'histoire des idées à l'université de Princeton (États-Unis). Il est notamment l'auteur de Cari Schmitt, un esprit dangereux (Armand Colin, 2007) et de Difficile démocratie (Alma, 2013).



  • La revue de presse Marc-Olivier Bherer - Le Monde du 10 novembre 2016

Dans son nouveau livre (Qu'est-ce que le populisme ? Définir enfin la menace, Premier Parallèle, 200 pages, 18 euros), Jan-Werner Müller, ­historien des idées et professeur à l'université de Princeton, propose une théorie cohérente de ce phénomène...
La théorie développée par ­Jan-Werner Müller s'appuie sur les différentes manifestations actuelles du phénomène. Aucun terrain n'est délaissé, de l'Amérique latine aux Etats-Unis en passant par l'Europe et la Turquie. Le chercheur ne prétend pas fournir une cause unique pour expliquer l'essor du populisme, mais il estime que notre époque vit un conflit porteur pour cette tendance...
Débattre énergiquement avec les populistes lui semble la meilleure solution : il faut sans cesse démontrer la faiblesse de leurs raisonnements.


  • Les courts extraits de livres : 14/12/2016

En guise d'ouverture :
Qui, au juste, n'est pas populiste ?

Des populistes, partout où le regard se pose : en 2015, une coalition de populistes de gauche et de droite grecs a tenu en haleine non seulement la Grèce, mais l'Europe entière; en Espagne, où le système partisan qui succéda au franquisme est désormais réduit à néant, les populistes ont le vent en poupe ; en France, le Front national est depuis longtemps déjà partie intégrante du système politique (son fondateur, Jean-Marie Le Pen, était il y a soixante ans sur les bancs du Parlement français), et même si Marine Le Pen ne devait pas remporter les présidentielles de 2017, le Front national gagne toujours plus en influence : Nicolas Sarkozy par exemple, fait actuellement figure de «Le Pen light». Avec Viktor Orbán, Jaroslaw Kaczyński et le Slovaque Robert Fico, des politiciens communément désignés comme populistes ont entre-temps accédé au pouvoir dans trois des quatre États du groupe dit de Visegrád (alors qu'il fut un temps où les pays dudit groupe de Visegrád étaient considérés comme les pionniers d'une transition réussie censée conduire du socialisme d'État à la démocratie libérale et à l'économie de marché ; Viktor Orbán défend maintenant avant tout une vision explicitement illibérale de l'État). Dès 2010, Herman Van Rompuy, l'ancien président du Conseil européen, avertissait que «le grand danger [était] le populisme» ; et une telle mise en garde n'avait, déjà à l'époque, rien d'étonnant.
Et le populisme ne menace pas, à l'évidence, que l'Europe. Aux États-Unis, le débat autour du Tea Party, une formation souvent désignée comme relevant d'un «populisme de droite», est certes retombé, mais Donald Trump, candidat aux présidentielles du camp républicain, fait, depuis le milieu de l'année 2015, non pas seulement fureur, mais tout simplement scandale : depuis les années 1960, aucun acteur politique de cette importance ne s'était moqué avec une telle impudence des minorités (notamment des femmes), les insultant même parfois avec une extrême grossièreté. L'étiquette «populiste» lui a dans l'intervalle été accolée par de nombreux commentateurs, la chose étant même devenue anodine : maints observateurs n'hésitent même plus à traiter le magnat de l'immobilier de «fasciste».
En revanche, en Amérique latine, la «vague rose» des courants populistes qui avait atteint les palais présidentiels (Hugo Chávez en tête) a reflué. Mais Rafaël Correa et Evo Morales, deux politiciens ordinairement présentés comme des «populistes de gauche», tiennent encore les commandes de leurs pays respectifs ; comme l'avait fait Chávez au Venezuela, ils en ont fondamentalement transformé les systèmes politiques ; aujourd'hui, ils font figure de modèles aux yeux de certains intellectuels européens (avant tout en Grèce et en Espagne). Ceux-là souhaitent en effet que l'Europe du Sud prenne modèle sur ces tentatives mises en oeuvre en Amérique latine, au fil desquelles le pueblo, le peuple, a balayé les oligarchies. D'aucuns considèrent que la politique, à l'avenir, et sur l'ensemble du Vieux Continent, a toutes les chances de se transformer en un combat opposant des populistes de droite à des populistes de gauche inspirés par des théoriciens latino-américains.
(...)


Copyright : lechoixdesbibliothecaires.com 2006-2019 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia