Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Inscrivez-vous àla Lettre des Bibliothécaires.

Bibliothécaires,partagez vos découvertes.

Clubs de lecture,envoyez vos choix.

Editeurs,valorisez vos livres.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

.. La vengeance des mères

Couverture du livre La vengeance des mères

Auteur : Jim Fergus

Traducteur : Jean-Luc Piningre

Date de saisie : 06/11/2016

Genre : Romans et nouvelles - étranger

Editeur : le Cherche Midi, Paris, France

Prix : 22.00 €

ISBN : 9782749143293

GENCOD : 9782749143293

Sorti le : 22/09/2016

  • Les présentations des éditeurs : 29/10/2016

1875. Dans le but de favoriser l'intégration, un chef cheyenne, Little Wolf, propose au président Grant d'échanger mille chevaux contre mille femmes blanches pour les marier à ses guerriers. Grant accepte et envoie dans les contrées reculées du Nebraska les premières femmes, pour la plupart «recrutées» de force dans les pénitenciers et les asiles du pays. En dépit de tous les traités, la tribu de Little Wolf ne tarde pas à être exterminée par l'armée américaine, et quelques femmes blanches seulement échappent à ce massacre.
Parmi elles, deux soeurs, Margaret et Susan Kelly, qui, traumatisées par la perte de leurs enfants et par le comportement sanguinaire de l'armée, refusent de rejoindre la «civilisation». Après avoir trouvé refuge dans la tribu de Sitting Bull, elles vont prendre le parti du peuple indien et se lancer, avec quelques prisonnières des Sioux, dans une lutte désespérée pour leur survie.

Avec cette aventure passionnante d'un petit groupe de femmes prises au milieu des guerres indiennes, Jim Fergus nous donne enfin la suite de Mille femmes blanches. Le miracle se produit à nouveau et cette épopée fabuleusement romanesque, véritable chant d'amour à la culture indienne et à la féminité, procure un incommensurable plaisir de lecture.

«Un chef-d'oeuvre de la même veine qu'Autant en emporte le vent.»
Françoise Xenakis
«Splendide.»
Jim Harrison
«Un roman magnifique.»
Gérard Depardieu



  • La revue de presse Julie Malaure - Le Point, novembre 2016

Enfin ! Le romancier ami de Jim Harrison donne, avec "La Vengeance des mères", une suite (filiale) à son best-seller "Mille Femmes blanches"...
Ce roman tout juste paru, indépendant du premier, se glisse pourtant dans les mêmes mocassins. Le principe narratif du journal retrouvé reste identique, mais cette fois les Blanches des Peaux-Rouges déterrent la hache de guerre pour sauver leurs enfants. Il est question de filiation, de crime de guerre, de conscience du passé. Le texte est beau comme son auteur, entier, le nez dans les étoiles...


  • La revue de presse Laëtitia Favro - Le Journal du Dimanche du 23 octobre 2016

Pensé aussi bien comme une suite que comme un récit indépendant, La Vengeance des mères redonne vie à certains des personnages que les lecteurs de la première heure n'auront pu oublier, des inénarrables soeurs Kelly à l'odieux Jules Seminole, tout en nous offrant quelques saisissants nouveaux portraits de femmes, de l'intrépide Molly McGill, ancienne institutrice condamnée pour meurtre, à la chef de guerre amérindienne Pretty Nose, figure historique ayant combattu à Little Big Horn, dont la photographie reproduite en couverture fut une source d'inspiration majeure pour Jim Fergus...
Grand admirateur de la culture indienne, fervent défenseur de l'environnement à l'instar de ses compagnons de route Jim Harrison et Rick Bass, Jim Fergus ne pense pourtant pas ses romans comme un plaidoyer pour la cause indienne mais comme un moyen de faire connaître un pan essentiel de l'histoire des États-Unis, aujourd'hui encore passé sous silence dans les écoles, ignoré par une majorité d'Américains...


  • Les courts extraits de livres : 21/09/2016

Abbaye Saint-Antoine du Désert
Powder River, Montana

15 novembre 1926

La nuit suivant la charge de Mackenzie, le thermomètre indiquait presque moins vingt degrés. La cavalerie s'était emparée à l'aube du village cheyenne qu'elle avait entièrement détruit, massacrant des dizaines d'Indiens, hommes et femmes, jeunes et vieux, abattus sans discrimination à coups d'épée, de carabine, de pistolet, par des soldats pris de folie meurtrière. Plusieurs de nos amies blanches étaient parmi eux avec leurs bébés. Celles et ceux qui réussirent à leur échapper prirent la fuite vers les collines, certains grièvement blessés, certains à peine vêtus, sans rien pour les protéger des éléments, eux-mêmes et leurs enfants. Bien que dans un état grave, le grand Chef de la Douce Médecine Little Wolf conduisit les membres encore vivants de sa bande, en hardes, à travers les montagnes jusqu'au village du guerrier lakota Crazy Horse. Je les suivis et fis tout mon possible - bien peu, vu les circonstances - pour assister ces malheureux et soulager leur peine.
Ces deux semaines de marche furent un véritable chemin de croix. Onze bébés cheyennes moururent de froid, la première nuit, dans les bras de leur mère, trois encore la nuit suivante, et tous les enfants de sang mêlé qui avaient survécu jusque-là périrent...
Les deux soeurs irlandaises, Margaret et Susan Kelly, perdirent chacune leurs deux jumelles au cours de ce voyage exténuant. Les voir affligées, au supplice, avait de quoi vous déchirer le coeur. Elles me maudirent et maudirent Notre-Seigneur bien-aimé de leur avoir pris leurs petites filles.
Avec Martha Atwood, les soeurs Kelly sont les deux seules femmes blanches de la tribu qui, à ma connaissance, ont réchappé à l'assaut de Mackenzie et à ses conséquences désastreuses. Au fil des ans, j'ai mené plusieurs enquêtes pour tenter d'apprendre ce qu'elles étaient devenues, et n'ai recueilli à chaque fois que de sombres rumeurs. Je n'ai jamais su véritablement ce qui leur était arrivé. Que Dieu les bénisse, toutes deux...
Martha Atwood Tangle Hair, officiellement l'unique épouse du programme Femmes blanches pour les Indiens qui n'ait pas perdu la vie ce mois-là, est revenue à Chicago avec son fils, baptisé Dodd en l'honneur de May, l'amie chère de Martha. Je n'ai jamais revu Martha mais, pendant de nombreuses années, nous avons entretenu une correspondance. Dans sa toute première lettre, elle m'informait qu'elle avait remis le dernier message de May Dodd au capitaine John Bourke. Cependant elle évita par la suite d'évoquer toute l'affaire - qu'il s'agisse du FBI ou du massacre épouvantable qui, définitivement, y a mis un terme. Je n'ai jamais su non plus quel accord l'État américain avait conclu avec elle pour qu'elle garde le silence à ce sujet. Un moine n'a pas à poser de telles questions. En tout cas, elle a tenu parole : ce silence, elle l'a gardé.

(D'après le codicille de l'abbé Anthony de la Prairie.)


Copyright : lechoixdesbibliothecaires.com 2006-2019 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia