Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Inscrivez-vous àla Lettre des Bibliothécaires.

Bibliothécaires,partagez vos découvertes.

Clubs de lecture,envoyez vos choix.

Editeurs,valorisez vos livres.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

.. Ronde de nuit

Couverture du livre Ronde de nuit

Auteur : Michel Rio

Date de saisie : 24/11/2016

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Sabine Wespieser éditeur, Paris, France

Collection : Littérature

Prix : 15.00 €

ISBN : 9782848052113

GENCOD : 9782848052113

Sorti le : 29/09/2016

  • Les présentations des éditeurs : 05/08/2016

Cultivés, ironiques, éloquents, les personnages de Michel Rio mènent ici une ronde de six éblouissantes conversations.
Sous la passerelle des Arts, le dialogue entre un ex-banquier devenu clochard et un journaliste développe un implacable réquisitoire contre le cynisme de la petite poignée de ceux à qui profite la dérégulation générale de l'économie. Laissant le dirigeant déchu avec la promesse de le fournir régulièrement en excellente vodka, le journaliste s'en va interroger l'héritière d'une considérable collection de peinture flamande, également députée européenne, sur les raisons de son engagement. Son visiteur congédié, Monica de Velde reçoit, dans un cadre plus intime, le romancier Jérôme Avalon, féroce et intarissable sur la république des lettres. C'est de théologie que devisent le même Avalon et un cardinal mathématicien, particulièrement inspiré par les joints nombreux que lui roule son interlocuteur, avec une libéralité non dénuée de calcul. Cardinal que le lecteur retrouvera en chaire, se livrant, sous prétexte d'oraison funèbre, à une charge virulente contre l'American way of life. Sa cible principale, un sénateur réactionnaire, s'en ira, frappé par la vérité du prêche, partager sur les quais de Seine «a swig of vodka» avec le banquier clochardisé.
Impeccablement orchestré, cet «essai avec personnages» n'est pas seulement réjouissant par son intelligence crépitante, son humour froid et la somme des connaissances qu'il synthétise. Exemplaire de la manière d'un écrivain qui, au fil d'une oeuvre majeure, a toujours conjugué savoir et imaginaire, aventures de la pensée et péripéties du corps, rêve et logique, Ronde de nuit est aussi un formidable pari sur l'audace et la curiosité de son lecteur.

MICHEL RIO est né en Bretagne, a passé son enfance à Madagascar et vit à Paris. Commencée en 1982 avec Mélancolie Nord (Balland), couronnée par plusieurs prix littéraires dont le prix Médicis pour Tlacuilo en 1992 (Le Seuil), son oeuvre, traduite dans plus de vingt langues, occupe une place prépondérante dans le paysage littéraire.



  • La revue de presse Philippe-Jean Catinchi - Le Monde du 24 novembre 2016

Dans «Ronde de nuit», l'écrivain orchestre les interactions entre six personnages très différents. En ressort une critique implacable de la civilisation contemporaine...
Si le titre évoque Rembrandt, c'est davantage du côté d'Arthur Schnitzler qu'il faut chercher la référence : La Ronde (Reigen, 1903) de celui-ci est une pièce de théâtre composée de dix ­dialogues offrant, au dire du dramaturge autrichien, «un jour singulier sur certains aspects de notre civilisation». La formule vaut pour cette Ronde de nuit, menée dans un Paris des bords ­de Seine où un ancien maître de la finance devenu clochard (pour avoir dévoilé les dessous de la dérégulation de l'économie) s'épanche auprès d'un journaliste soucieux d'élucider ce qui est opaque...
Rio a le ton et la lucidité qui font mouche, sans se bercer de mots.


  • Les courts extraits de livres : 05/08/2016

D'un pas lourd et hésitant, le clochard marchait sur la passerelle des Arts en direction de la rive gauche. A trois heures du matin, le pont était presque désert. Une pleine lune de mai projetait sur les lattes du plancher la silhouette chancelante du promeneur. De part et d'autre, les treillis des garde-fous étaient surchargés de cadenas menaçant de les rompre, sortes de graffitis sentimentaux en trois dimensions accrochés par des foules ayant voulu laisser publiquement leur trace dure, comme pour conjurer l'anonymat de leur passage, et peut-être de leur existence. L'homme parvint à la culée d'extrémité sud et prit un escalier à sa gauche. Il descendit sur le quai et pénétra sous le tablier de la première arche. Là, il escalada péniblement un bloc de maçonnerie contrebutant la muraille sur plus d'un mètre de hauteur, s'assit et se mit à contempler les eaux de la Seine illuminées par les coulées d'argent des feux de la ville et de la nuit. Son costume, d'un grand faiseur italien, était la relique usagée d'une ancienne splendeur ensevelie sous les déchirures, les brillances de la crasse, un désordre de fils témoignant de l'existence de boutons disparus. Les gerçures et la déformation de souliers noirs de luxe, où un lacet manquait, remplacé par une ficelle, suggéraient de longues marches errantes pour lesquelles ils n'avaient pas été conçus. Le visage mangé d'une barbe en buisson commençait à se boursoufler, cachant peu à peu son ancienne identité sous le masque coloré, universel et banal modelé par la rue et l'alcool. Les cheveux longs et gras, plaqués au crâne et aux tempes, venaient aggraver la saleté des cols de la chemise et de la veste. Il sortit d'une poche une grosse boîte d'allumettes, en retira un mégot qu'il alluma et se mit à fumer machinalement, le regard fixe. Un homme, venant du quai en aval, s'approcha et s'arrêta devant lui.
«Bonsoir, monsieur Richard Briand, dit-il. Une nuit parfaite pour la belle étoile.»
Le clochard lui jeta un coup d'oeil vaguement hostile, cracha son mégot et se passa la langue sur les lèvres.
«Fait soif. Vous n'avez rien à boire ? Sinon, filez. C'est privé, ici.»
L'homme tira d'une de ses poches un flacon plat de vodka polonaise Zubrówka et le lui tendit. L'autre fit descendre droit dans son gosier une bonne moitié du contenu. Son regard s'anima, comme si l'alcool lui avait rendu une partie de ses anciennes facultés.
«Qu'est-ce que vous foutez ici ? Une enquête sur la déchéance ?»
Le vouvoiement était un débris d'une excellente éducation, qui avait survécu à la chute.
«Vous m'avez reconnu ? dit l'autre. Vous vous souvenez de notre interview lorsque vous étiez le numéro deux de cibel ?
- Intelligent, aimable et retors... Oui. Mais j'ai perdu votre nom et celui de votre canard.
- Pierrot Nassoulie. Mondorama.
- La feuille du progressisme pépère, ricana Briand. Bon, et alors, Pierrot ?
- Vous étiez un des banquiers les plus puissants de la planète. Après une conférence de presse qui a fait la une des journaux et un tollé dans les milieux financiers, vous avez disparu corps et biens. J'ai eu un mal de chien à vous retrouver. Vous pouvez m'expliquer ?
(...)


Copyright : lechoixdesbibliothecaires.com 2006-2019 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia