Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Inscrivez-vous àla Lettre des Bibliothécaires.

Bibliothécaires,partagez vos découvertes.

Clubs de lecture,envoyez vos choix.

Editeurs,valorisez vos livres.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

.. Athènes : disjonction

Couverture du livre Athènes : disjonction

Auteur : Christos Chryssopoulos

Illustrateur : photographies de Christos Chryssopoulos

Traducteur : Anne-Laure Brisac

Date de saisie : 12/07/2016

Genre : Photos

Editeur : Signes et balises, Paris

Prix : 14.50 €

ISBN : 9782954516349

GENCOD : 9782954516349

Sorti le : 30/04/2016

  • Les présentations des éditeurs : 04/08/2016

"Et plus je poursuis ma promenade avec mon appareil, plus les trous noirs se multiplient, les passages de l'un à l'autre se font de plus en plus étroits, les endroits intéressants que je pourrais observer se raréfient et petit à petit je taris la ville. Morceau par morceau, je la supprime. Il y a déjà des quartiers entiers et des rues, des bouts de l'horizon qui ne sont plus là. Et plus la ville diminue, plus mon angoisse grandit, quand je reviens dans ces rues de plus en plus difficiles à traverser, de plus en plus indifférentes. Mes photographies représentent la nervosité de l'homme qui respire avec peine et fébrilité le peu d'air qui lui reste. À un moment, j'épuiserai Athènes, elle ne contiendra plus rien pour moi. Je serai alors encerclé par les traces noires rectangulaires de mes photographies. Je pense qu'alors je tournerai l'appareil vers moi. Pour que ma dernière photographie soit un autoportrait. Et que je disparaisse ainsi dans le trou noir de la dernière image."

Christos Chryssopoulos, né en 1968 à Athènes, est l'auteur de romans, d'essais et de chroniques traduits en plusieurs langues, ainsi que d'oeuvres plastiques. Il est fréquemment invité en France à participer à des festivals ou des résidences d'artistes.


  • Les courts extraits de livres : 04/08/2016

Athènes s'amaigrit

Disons que ma déambulation commence ici. Cette image est emblématique de la forme de ville qu'est Athènes. La cité se résume à un objet publicitaire abandonné sur le bitume à la géométrie indéchiffrable. La phrase amputée nous invite à repenser la ville. Comme si la vie ici avait la forme d'un jeu de stratégie. On nous retire le droit indubitable d'utiliser la ville comme bon nous semble. Nous pouvons jouer avec elle. La modifier. Et si par hasard cela nous ennuie, si cela nous fatigue, il suffit de changer de jeu, c'est tout. Ou de commencer une nouvelle partie. Nous sommes complètement libres de nos mouvements. C'est seulement que l'entropie qui règne sur Athènes a, une fois de plus, sapé ce désir si pressant de prendre la main, cette rationalité satisfaisante que tentent péniblement d'imposer à la ville les institutions, l'architecture, les hommes politiques avec leur optimisme de qui promet de raser gratis demain. Il suffit qu'une lettre soit effacée : un passant plein d'humour ou le soleil qui a fait fondre la colle... et Athènes subitement s'amaigrit. Re-thin Athens. Imaginons alors notre ville efflanquée, affaiblie, squelettique, nerveuse. Une ville indisciplinée sur laquelle rien ne colle.

Dans le vent

Je regarde ce poteau dans le centre d'Athènes et j'ai l'impression que le temps s'est figé inopinément. Comme si quelqu'un avait appuyé sur le bouton Arrêt sur image. Tout à coup, la tôle a perdu son caractère rigide et robuste. Elle a acquis la grâce d'une étoffe qui vole au gré du vent. Et comme ce matin-là le soleil brille et qu'il n'y a pas un brin d'air, l'image de la tôle qui flotte confère à la journée une légèreté bienfaisante. Je pense à ce qu'on entend souvent dire, qu'Athènes est une "ville musée". En vérité, il m'arrive à moi aussi de voir les choses ainsi ; simplement, ce ne sont pas les antiquités, que j'ai en tête, ni les noms de rue évoquant l'Histoire, ni les statues. Ce qui me préoccupe, ce sont ces choses inachevées ou endommagées qui nous entourent. Ces objets posés ici ou là, quelque peu incomplets ou amochés, mais qui n'en demeurent pas moins obstinément présents. La ville se métamorphose alors en un musée à ciel ouvert, rempli de fragments. Cette idée me procure un sentiment de soulagement. C'est un signe d'acceptation et, pourquoi pas, de tendresse. Quelque chose d'apaisant au sens propre du mot : ce qui a été abîmé, altéré, cassé, mutilé, trouve une place légitime parmi nous. C'est aussi un signe de notre capacité à ignorer ce qui se passe autour de nous. Nous arpentons la ville en toute insouciance. Libérés du poids imposé par la ligne droite. Athènes nous dispense d'être assujettis aux contraintes. Même les tôles volètent au vent.


  • Le courrier des auteurs : 04/08/2016

1) Qui êtes-vous ? !
Christos Chryssopoulos, écrivain et photographe grec, né en 1968. Le magazine Transfuge m'a désigné comme l'une des 100 «personnalités culturelles qui comptent» (numéro de juin 2016)...

2) Quel est le thème central de ce livre ?
Ma ville, Athènes, ville d'un pays traversé par la crise... Je m'y promène et je m'arrête, plutôt que de traverser la ville et de se perdre dans son flot. Je choisis une chose et je la traite de manière métaphorique. J'essaie de la prendre comme un symbole et je m'interroge sur notre rapport à la ville... Que nous dit cet objet ? Comment échangeons-nous ensemble ?

3) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ?
Le chant d'une cigale.

4) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ?
De nouvelles façons de vivre tous ensemble - à inventer.

5) Quelle place tiennent les librairies dans votre vie ?
En France je suis souvent invité par des libraires : c'est formidable comme ici vous suivez la littérature contemporaine dans un dialogue très fructueux avec les auteurs.


Copyright : lechoixdesbibliothecaires.com 2006-2019 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia