Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Inscrivez-vous àla Lettre des Bibliothécaires.

Bibliothécaires,partagez vos découvertes.

Clubs de lecture,envoyez vos choix.

Editeurs,valorisez vos livres.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

.. Le Joy Luck club

Couverture du livre Le Joy Luck club

Auteur : Amy Tan

Date de saisie : 27/04/2016

Genre : Romans et nouvelles - étranger

Editeur : Charleston, Paris

Prix : 7.50 €

ISBN : 9782368121030

GENCOD : 9782368121030

Sorti le : 15/04/2016

  • Les présentations des éditeurs : 27/04/2016

Comment vivre la Chine en Amérique ? Deux générations de femmes, quatre mères, quatre filles livrent leur histoire. En 1949, quatre Chinoises, ayant récemment immigrées à San Francisco, se retrouvent pour discuter. Unies dans leurs espoirs et leurs pertes, elles décident de former le Joy Luck Club.
Resurgissent alors les senteurs et les saveurs d'autrefois. On croise des bébés mariés à la naissance, des soeurs jumelles perdues sur une route d'exode, la Dame Lune qui exauce les voeux des enfants, des concubines jalouses et humiliées...
Nostalgique et amère parfois, la fable se heurte à un autre langage. Celui d'une deuxième génération qui aspire à une vie différente libérée du poids de la tradition. Au carrefour de ces deux mondes : Jing-mei. La jeune femme découvre au Joy Luck Club la force de l'héritage laissé par les mères. Naît alors l'espoir d'une réconciliation car les liens du sang sont indéfectibles...

«Poétique, d'une beauté et d'une imagination saisissante, ce livre remarquable parlera à toutes les femmes.»
Publishers Weekly

Amy Tan est une romancière américaine, auteur de nombreux romans dont Le Joy Luck Club, adapté au cinéma. Ses romans, tous best-sellers du New York Times, sont publiés dans 35 langues. Son dernier titre, Belles de Shanghai, est sorti aux éditions Charleston.

«Aussi puissant qu'un mythe»
The Washington Post Book World

«Merveilleusement écrit... Un bijou»
New York Times Book Review

«Puissant, magique... vous ne ferez rien d'important avant d'avoir fini ce livre»
Los Angeles Times


  • Les courts extraits de livres : 27/04/2016

JING-MEI WOO

LE CLUB DE LA CHANCE

Mon père m'a demandé de me joindre au club de la Chance et du Bonheur. Je dois y remplacer ma mère, dont le siège à la table de mah-jong est vacant depuis sa mort, il y a deux mois. Mon père croit que ce sont ses pensées qui l'ont tuée.
«Il lui était venu une nouvelle idée, explique-t-il. Mais avant d'avoir franchi ses lèvres, l'idée a tellement enflé qu'elle a explosé. Ce devait être une très mauvaise idée.»
Le docteur a diagnostiqué une hémorragie cérébrale. Ses amis du Club disent qu'elle est morte comme un lapin : vite, et en laissant certaines choses en suspens. Ma mère devait accueillir la prochaine réunion du Club.
Une semaine avant sa mort, elle m'avait téléphoné, gorgée de fierté, débordante de vie :
- Tante Lindo nous a cuisiné une soupe aux haricots rouges. Moi, je vais leur mijoter une soupe aux grains de sésame noir.
- Cesse de frimer, avais-je répondu.
- Mais je ne cherche pas à les épater !
Elle m'avait expliqué que les deux soupes étaient presque pareilles, chabuduo. A moins qu'elle n'ait dit butong, qui signifie l'inverse. En tout cas c'était une de ces expressions chinoises dont le sens recouvre des intentions mitigées. Je suis incapable de me rappeler ce que je n'ai pas compris dès le début.
Ma mère lança la formule américaine du club de la Chance et du Bonheur à San Francisco, en 1949, deux ans avant ma naissance. L'année même où mes parents quittèrent la Chine avec une malle en cuir dur qui ne contenait que quelques robes de soie fantaisie. Ma mère n'avait pas eu le temps d'emporter autre chose. C'est du moins ce qu'elle expliqua à mon père une fois sur le bateau, alors qu'il fouillait fébrilement dans la soie glissante à la recherche de ses chemises de coton et de ses pantalons de laine.
A leur arrivée à San Francisco, mon père lui fit cacher ces vêtements trop brillants. Elle porta la même robe chinoise à carreaux marron jusqu'à ce que le comité d'accueil des réfugiés lui eût remis deux robes d'occasion, trop grandes parce que fabriquées pour les tailles américaines. Le comité était composé d'un groupe de dames missionnaires à cheveux blancs, représentantes de la Première Église baptiste chinoise. Et à cause de leurs dons, mes parents ne purent refuser leur invitation à rejoindre la congrégation. Ils ne purent non plus négliger le conseil des vieilles dames de venir exercer leur anglais dans la classe de catéchisme du mercredi soir et, par la suite, dans la chorale du samedi matin. C'est ainsi que mes parents firent la connaissance des Hsu, des Jong et des St. Clair. Ma mère perçut d'instinct, chez les femmes de ces familles, les tragédies inexprimables qu'elles avaient, elles aussi, laissées en Chine, mais également les espoirs que leur anglais débutant ne leur permettait pas encore de formuler, Elle décela l'hébétude qui imprégnait leur visage, puis l'animation soudaine de leur regard lorsqu'elle leur soumit son idée de club de la Chance.
(...)


Copyright : lechoixdesbibliothecaires.com 2006-2019 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia