Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Inscrivez-vous àla Lettre des Bibliothécaires.

Bibliothécaires,partagez vos découvertes.

Clubs de lecture,envoyez vos choix.

Editeurs,valorisez vos livres.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

.. La grande fracture : les sociétés inégalitaires et ce que nous pouvons faire pour les changer

Couverture du livre La grande fracture : les sociétés inégalitaires et ce que nous pouvons faire pour les changer

Auteur : Joseph E. Stiglitz

Date de saisie : 05/10/2015

Genre : Documents Essais d'actualité

Editeur : les Liens qui libèrent, Paris, France

Prix : 25.00 €

ISBN : 9791020903181

GENCOD : 9791020903181

Sorti le : 02/09/2015

  • Les présentations des éditeurs : 13/01/2016

«Si l'on mettait 85 multimilliardaires dans un autobus, il contiendrait une fortune équivalente à celle de kl moitié la plus pauvre de la population du globe.»

Les inégalités n'ont cessé de croître depuis plusieurs décennies dans les pays développés, minant à la fois la santé de nos économies et l'avenir de la démocratie.
Joseph Stiglitz s'est longuement intéressé aux noeuds qui se créent entre politique et économie. Il s'agit pour lui d'un cercle vicieux : l'aggravation de l'inégalité économique se traduit en inégalité politique qui donne à l'argent un pouvoir sans limite. Après une mise en perspective historique qui revient sur l'ère Reagan et la Grande Dépression, il se penche sur les politiques successives de déréglementation irresponsable, de réductions d'impôts et d'allégements fiscaux pour les 1 % les plus aisés. Il défend l'argument selon lequel la démocratie contemporaine est «plus proche d'un système "un dollar, une voix" que du principe "une personne, une voix"».
Il explore également les leçons à tirer de la Scandinavie ou du Japon, et dénonce ce qu'il appelle «la marée des inutiles», responsable de l'austérité destructrice qui déferle sur l'Europe. Il propose enfin une série de mesures concrètes pour sortir du marasme économique actuel.
Stiglitz défend l'idée que notre choix ne doit pas se faire entre la croissance et l'équité ; avec les bonnes politiques, nous pouvons choisir les deux à la fois. Son combat n'est donc pas contre le capitalisme mais sur la façon dont le capitalisme du XXIe siècle a été perverti.

Ce livre est un véritable appel à combattre l'inégalité économique en tant que problème politique et moral.

Joseph Stiglitz est prix Nobel d'économie, ancien économiste en chef de la Banque mondiale. Il a publié de nombreux ouvrages, parmi lesquels Le Triomphe de la cupidité (Les Liens qui libèrent, 2010).


  • Les courts extraits de livres : 13/01/2016

Extrait de l'introduction

Nul ne peut le nier aujourd'hui : il existe une grande fracture en Amérique. Elle sépare les super-riches - que l'on appelle parfois le 1 % - et tous les autres. Leurs vies sont différentes. Ils n'ont pas les mêmes soucis, pas les mêmes aspirations, pas les mêmes façons de vivre.
Les Américains ordinaires se demandent comment ils vont payer la formation supérieure de leurs enfants; ce qui va se passer si un membre de la famille a une maladie grave ; comment ils vont gérer leur retraite. Dans les affres de la Grande Récession, des dizaines de millions se sont demandé s'ils allaient pouvoir garder leur maison. Des millions n'y ont pas réussi.
Les membres du 1 % - et plus encore ceux du 0,1 % supérieur - ont d'autres sujets de discussion : le type de jet privé qu'il faut acheter; le meilleur moyen de protéger du fisc leurs revenus. (Que va-t-il se passer si les États-Unis imposent à la Suisse la fin du secret bancaire ? Ce sera au tour des îles Caïman ? L'Andorre est-elle sûre ?) Sur les plages de Southampton, ils se plaignent du bruit que font leurs voisins quand ils arrivent en hélicoptère de New York. Ils ont peur, aussi, de ce qui se passerait s'ils tombaient de leur perchoir. Ce serait de si haut. Et, à de rares occasions, cela arrive.
Récemment, j'ai été convié à un dîner que donnait un membre brillant et engagé du 1 %. Conscient de la grande fracture, notre hôte avait réuni des milliardaires, des universitaires et d'autres personnes préoccupées par l'inégalité. Dans le babil des premières conversations à bâtons rompus, j'ai entendu un super-riche - qui devait ses heureux débuts dans la vie à la fortune dont il avait héritée - dialoguer avec l'un de ses homologues d'un grave problème : les fainéants, qui resquillaient aux dépens des autres Américains. Après quoi ils sont passés sans transition à une discussion sur les paradis fiscaux, sans mesurer, apparemment, l'ironie de cet enchaînement. Plusieurs fois dans la soirée, on a invoqué Marie-Antoinette et la guillotine : les ploutocrates réunis se rappelaient les uns aux autres les risques de laisser croître exagérément l'inégalité. «Souvenons-nous de la guillotine !» La formule donne le ton de cette réception. Et, par ce refrain, les convives reconnaissaient le bien-fondé d'un message central de ce livre : le niveau actuel de l'inégalité en Amérique n'est pas inévitable. Il n'est pas le résultat des lois inexorables de l'économie. Il dépend des politiques que nous suivons, et de la politique. Que disaient, en fait, ces hommes puissants ? Qu'il leur était possible d'agir contre l'inégalité.
Ce n'est pas pour cette seule raison que l'inégalité est devenue une urgente préoccupation au sein même du 1 %. Ses membres sont toujours plus nombreux à comprendre que la croissance économique durable, dont dépend leur prospérité, est impossible quand les citoyens, dans leur immense majorité, ont des revenus stagnants.


Copyright : lechoixdesbibliothecaires.com 2006-2019 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia