Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Inscrivez-vous àla Lettre des Bibliothécaires.

Bibliothécaires,partagez vos découvertes.

Clubs de lecture,envoyez vos choix.

Editeurs,valorisez vos livres.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

.. Nature morte à Giverny

Couverture du livre Nature morte à Giverny

Auteur : Renée Bonneau

Date de saisie : 02/12/2015

Genre : Policiers

Editeur : Nouveau Monde éditions, Paris, France

Collection : Roman historique

Prix : 17.00 €

ISBN : 978-2-36942-183-2

GENCOD : 9782369421832

Sorti le : 10/04/2015

  • Les présentations des éditeurs : 20/10/2015

Giverny, été 1908.
Claude Monet se rend aux aurores devant le bassin aux nymphéas qui jouxte sa maison de Giverny, afin de mettre les dernières touches à son tableau.
Mais l'eau de l'étang a pris une teinte rose qu'elle n'avait pas la veille... Inquiet, le peintre s'approche. Et c'est horrifié qu'il découvre, flottant parmi les nénuphars, le corps d'une jeune fille : Ophélia, la fille de son ami japonais, un amateur d'art, venu en visite.
Qui a pu commettre un tel acte ? Un rôdeur ? Un des jardiniers chargés de l'entretien du domaine ? Ou bien faut-il chercher du côté de l'hôtel Baudy, où se sont installés pour l'été de jeunes peintres américains venus à Giverny dans l'espoir de rencontrer le Maître ? Duquel d'entre eux ou des autres pensionnaires Ophélia s'est-elle attiré la haine et le désir de vengeance ?
C'est ce que Louis Berflaut, inspecteur de la Sûreté, appelé en renfort dans cette affaire, va tâcher de découvrir.
Cette intrigue, subtilement nouée, évoque l'ambiance des romans d'Agatha Christie, dans la peinture d'une société élégante qui fomente en secret des passions de toute nature.

Auteur de romans historiques, Renée Bonneau a notamment publié Danse macabre au Moulin-Rouge et Sanguine sur la Butte (Nouveau Monde éditions). Passionnée de peinture et de cinéma, s'appuyant toujours sur des recherches historiques minutieuses, elle campe avec brio des intrigues policières à la Belle Époque, mettant en scène des peintres (Toulouse-Lautrec, Monet) et le personnage de l'inspecteur Berflaut.


  • Les courts extraits de livres : 20/10/2015

Un mois plus tôt.

- Monsieur Hakasuko, je présume ? dit le chauffeur de Claude Monet en se dirigeant, casquette à la main, sur le quai désert de la gare de Vernon, vers deux Japonais, avec la certitude de Stanley retrouvant Livingston au coeur d'un village africain.
Vêtu d'un complet blanc, le frêle M. Hakasuko, expert en art occidental à Tokyo, répondit avec un léger sourire amusé. Il serrait contre lui un grand carton à dessins qu'il n'avait pas voulu confier aux porteurs.
Il était accompagné de sa fille, Ophélia. Ils montèrent en voiture.
Ophélia, assurant d'une main la capeline de paille qui ombrageait son visage, regardait défiler le paysage, l'air un peu absent. Après les dernières maisons de Vernon, l'automobile traversa la Seine sur le pont Neuf, tourna à l'entrée de Vernonnet et remonta jusqu'à Giverny, au pied des coteaux couverts d'iris sauvages.
Ils longèrent les prairies éclaboussées de coquelicots, les champs où s'allongeaient les ombres des meules, les vergers en fleurs, et découvrirent enfin l'embouchure de l'Epte, bordée de peupliers.
M. Hakasuko frémit de joie.
- Tu vois ces arbres, le long de la rivière, Ophélia ? C'est Claude Monet qui les a sauvés de l'abattage, parce qu'il voulait terminer une série de toiles, celles justement que j'étais venu admirer à Paris. Il a tenu à indemniser les marchands de bois qu'il avait privés de leur coupe, et grâce à lui, les peupliers ont été préservés.
La jeune fille sourit à son père mais ne semblait guère intéressée par l'anecdote.
Chaque nouveau paysage qui se découvrait à eux évoquait à l'expert un tableau de Monet, comme si la nature lui offrait un parcours initiatique jusqu'au sanctuaire du Maître, ces jardins et cet atelier auxquels maintenant très peu de privilégiés avaient accès.
Revanche de longues années de pauvreté et d'incompréhension, le succès de Claude Monet attirait depuis vingt ans à Giverny de nombreux visiteurs, désireux d'obtenir de lui un entretien ou le privilège d'admirer ses derniers tableaux. Mais le peintre n'ouvrait que très rarement sa porte. Il vieillissait et n'avait plus de temps à perdre. En 1900, une première atteinte de cataracte l'avait momentanément privé d'un oeil, et, dans une crise de découragement, il avait jeté dans l'Epte palette et pinceaux.
Dès le lendemain, calmé, il se faisait livrer un nouveau matériel et se remettait à peindre avec confiance et ardeur. Mais depuis quelque temps, nouvelle alerte : sa vue baissait, l'angoisse le saisissait de ne plus distinguer les couleurs ni de rendre aussi nettement, surtout les notes basses. Il venait, au printemps, de lacérer plusieurs de ses toiles, dont une série de Nymphéas. Victime également de sa rage, le tableau Femme à l'ombrelle, pourtant plus ancien, avait été crevé, un jour de doute, d'un coup de sabot. Il portait la trace d'une large déchirure, réparée au mieux par l'artiste repentant.


  • Le courrier des auteurs : 02/12/2015

1) Qui êtes-vous ? !
Ancien professeur de lettres, j'ai écrit des ouvrages scolaires puis, dès ma retraite des anthologies (Grand-mères au fil des pages et Carnet de bals) et des romans policiers historiques dont l'intrigue a pour cadre la vie et l'univers d'artistes : Claude Monet, Toulouse-Lautrec, Georges Méliès, ou un fait divers comme l'incendie du Bazar de la Charité. Mon seul roman non policier Requiem pour un jeune soldat, est consacré à la bataille de Monte Cassino.

2) Quel est le thème central de ce livre ?
C'est une enquête policière dont le cadre est la maison de Monet à Giverny et son étang aux nymphéas, et pour protagonistes le peintre, ses toiles, et les peintres américains venus passer l'été à Giverny dans l'espoir de rencontrer le Maître.

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ?
«Le bel été s'achevait dans le drame et son angoissant mystère. Non loin d'eux, dans la maison de Monet et ses jardins de rêve, quelqu'un souffrait et pleurait, et, on ne savait où, très près peut-être, un assassin s'appliquait à ne pas se trahir.»

4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ?
Peut-être Jeux d'eau de Ravel ?

5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ?
La magie de l'univers de Monet, dans ses toiles ou ses jardins.

6) Avez-vous des rituels d'écrivain ? (Choix du lieu, de l'horaire, d'une musique de fond) ?
Non, pas vraiment, sinon le plaisir d'écrire- papier-crayon et gomme !- dans ma véranda d'où je profite de mon jardin, plus modeste et moins inspiré que celui de Monet, mais je l'aime... Ensuite je monte recopier mon texte à l'ordinateur.
Pas de musique, je suis incapable d'écouter quelque chose tout en cherchant mes mots.

7) Comment vous vient l'inspiration ?
Pour les sujets, une rencontre, une image. Pour l'écriture, une recherche, parfois longue de la phrase juste.

8) Comment l'écriture est-elle entrée dans votre vie ? Vous êtes-vous dit enfant ou adolescente «un jour j'écrirai des livres» ?
Dès l'école j'adorais les rédactions et ma petite vanité se réjouissait quand elles étaient lues en classe par les maîtresses. Je n'ai pas vraiment pensé, même ensuite, à devenir écrivain, c'est vraiment sur le tard que l'envie m'en est venue.Peut-être parce qu'ayant été professeur j'avais besoin de satisfaire encore et autrement mon goût de communiquer et d'enseigner.

9) Vous souvenez-vous de vos premiers chocs littéraires (en tant que lectrice) ?
La plus intense : la découverte, à douze ans, dans l'édition Hetzel, des Misérables de la bibliothèque de ma grand-mère, et que j'ai lu et relu. Hélas je ne prenais pas garde à ménager ce livre et cette belle édition est en lambeaux, ou presque. J'en lis souvent des passages à mes petits-enfants.

10) Savez-vous à quoi servent les écrivains ? !
Pour les vrais et le plus importants d'entre eux, nous apporter un nouveau regard sur l'homme et le monde.


Copyright : lechoixdesbibliothecaires.com 2006-2019 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia