Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Inscrivez-vous àla Lettre des Bibliothécaires.

Bibliothécaires,partagez vos découvertes.

Clubs de lecture,envoyez vos choix.

Editeurs,valorisez vos livres.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

.. Trois jours

Couverture du livre Trois jours

Auteur : Laurence Barry

Date de saisie : 03/04/2015

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Didier Carpentier, Paris, France

Collection : Les nouveaux romanciers

Prix : 18.90 €

ISBN : 9782841679393

GENCOD : 9782841679393

Sorti le : 12/03/2015

  • Les présentations des éditeurs : 06/06/2015

Judith, Juliette et Jonathan ont grandi heureux dans l'Est de la rance, au sein d'une famille juive et laïque, modèle de tolérance. Par amour pour un agriculteur israélien, rencontré lors d'un séjour dans ce pays, Judith décide de quitter Paris et sa soeur avec qui elle cohabite, pour se marier et fonder une famille. Mais son bonheur est éphémère car peu après, son frère trouve la mort dans un attentat à Tel Aviv.
Sept ans plus tard, Juliette, restée à Paris, rencontre Mehdi, un musulman avec qui elle veut construire sa vie. Leur père, fragilisé par la mort de Jonathan dont il ne s'est jamais remis, s'effondre et menace de mettre fin à ses jours. Judith décide alors d'intervenir, persuadée que le projet de Juliette achèvera de détruire leur famille.
Elle imagine un stratagème et saute dans le premier avion pour Paris. Elle n'a que trois jours pour parvenir à ses fins. Mais ces trois jours sont plus compliqués qu'elle ne l'avait imaginé...

Laurence Barry 47 ans est née à Strasbourg dans une famille de deux enfants. Elle a vécu à Paris, avant de quitter la France pour Israël en 1994. Polytechnicienne, elle y travaille en free-lance comme actuaire conseil depuis de nombreuses années, tout en élevant ses trois enfants. Trois Jours est son premier récit qui a été finaliste du prix Matmut 2014 du 1er roman.


  • Les courts extraits de livres : 06/06/2015

Il y avait deux façons d'aller de Tsofit à Metzer. La première ne passait que par des routes nationales et pouvait prendre plus d'une heure. La seconde, de loin la plus courte, n'était pas toujours rassurante et Judith détestait faire cette route de nuit. Après la ville arabe, Baka Al-Gharbiye, il fallait quitter la grande route pour un petit chemin de campagne qui menait jusqu'au kibboutz dans l'obscurité la plus totale. Elle soupira. Elle avait pris le raccourci et se trouvait à l'entrée du chemin de terre. Elle alluma ses feux brouillard, appuya sur le bouton de fermeture automatique des portes et augmenta le son de la radio pour se rassurer un peu. La route était tortueuse et chaotique. Elle appuya sur l'accélérateur. Sa jeep tanguait dangereusement d'un côté à l'autre alors qu'elle essayait d'éviter les plus gros cailloux sans freiner. Il fallait faire vite.
Il lui sembla soudain apercevoir une ombre entre les buissons. Elle accéléra encore plus. Au loin, tout au nord, les petites lumières du kibboutz scintillaient et lui rappelaient son but. Sa mère Sarah venait de l'appeler, paniquée. Samuel était encore parti en claquant la porte. La dernière fois, six mois plus tôt, ils avaient mis presque une semaine à le retrouver. Ou plutôt c'était lui qui était rentré un beau matin, décharné et déshydraté, sans que personne ne sache où il avait passé les derniers jours. Le médecin du kibboutz leur avait conseillé de ne plus le laisser seul ; sa santé mentale, avait-il dit, plus que physique, n'était pas très bonne. «Samuel, tu devrais prendre des tranquillisants. Demande à Sarah, tu vas voir, ça va te faire beaucoup de bien !» Samuel avait jeté au médecin un regard noir. Il n'avait jamais pris un médicament de sa vie, il n'allait pas commencer à soixante ans. Judith n'avait rien dit. Elle espérait que le Dr Gilad parviendrait à faire entendre raison à son père ; elle, elle avait renoncé depuis longtemps.
A la radio, une musique semi-orientale lui racontait les déboires amoureux du chanteur. D'habitude, ce genre de paroles la faisait rire. Elle changea de fréquence, tomba sur les nouvelles de vingt heures, changea encore de fréquence, puis abandonna la radio pour se concentrer sur la route qui se tordait le long d'une montée assez abrupte. Elle préférait les descentes, au moins elle voyait où elle allait. La jeep toussait dans la montée. Judith eut peur un instant de caler au milieu de nulle part, en bordure de Cisjordanie, par une nuit obscure. Son pied se mit à trembler sur l'accélérateur. La semaine précédente, un terroriste était sorti à pied du village d'à côté pour se faire sauter dans la ville voisine, en bord de mer. Elle faisait des efforts immenses pour ne pas tourner la tête sur sa droite. Elle était très proche de la frontière, virtuelle, qui passait au milieu des champs, tout près d'elle.
Judith s'arrêta sur le haut d'une petite colline. Elle essaya dérégler la radio, retomba sur son chanteur oriental et décida de rester avec lui. Elle regarda droit devant elle le chemin qui lui restait à parcourir jusqu'au kibboutz. Deux ou trois kilomètres au plus. Elle soupira. Le plus dur était derrière elle. Elle relâcha la pédale du frein et laissa la voiture glisser lentement le long de la pente. Elle chercha de la main son téléphone portable sur le siège d'à côté sans quitter le chemin du regard. Elle appela Sarah pour voir si son père était rentré. Mais sa mère n'avait aucune nouvelle. Judith raccrocha et accéléra à nouveau.


  • Le courrier des auteurs : 06/06/2015

1) Qui êtes-vous ? !
Avec une pointe d'ironie, une Française, perdue au Moyen-Orient, qui écrit des histoires dans une pièce protégée.

2) Quel est le thème central de ce livre ?
Peut-on par amour se mêler de la vie de ses proches quand on les croit en danger ?

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ?
«Elle n'avait plus peur, elle n'avait pas sommeil. Il était temps de se remettre à vivre.»

4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ?
«Letting You Go» de Thomas Enhco, Feathers.

5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ?
Qu'il faut essayer d'échapper aux visions manichéennes du monde. La vie n'est pas en noir et blanc !

6) Avez-vous des rituels d'écrivain ? (Choix du lieu, de l'horaire, d'une musique de fond) ?

J'écris la première version de mes histoires dans des carnets, avec des stylos à encre que je choisis scrupuleusement. Je fais mes propres mélanges, parce que la couleur de l'encre importe aussi.

7) Comment vous vient l'inspiration ?
Mystère. Je me réveille au milieu de la nuit et je note.

8) Comment l'écriture est-elle entrée dans votre vie ? Vous êtes-vous dit enfant ou adolescente «un jour j'écrirai des livres» ?
Oui, j'écris des histoires depuis toujours. Parfois ce sont de simples fragments, une image ou un rêve.

9) Vous souvenez-vous de vos premiers chocs littéraires (en tant que lectrice) ?
Bien sûr ! Enfant ce fût Hugo. Plus tard Baudelaire et le théâtre de Sartre. L'Insoutenable Légèreté de l'Être, aussi.

10) Savez-vous à quoi servent les écrivains ? !
S'il faut vraiment servir à quelque chose, je dirais qu'ils nous aident à transformer le regard que nous portons sur le monde.

11) Quelle place tiennent les librairies dans votre vie ?
J'aime les grandes librairies dans lesquelles on se laisse engloutir parmi les livres. J'y vais le plus souvent possible, ici il y en a très peu et cela me manque beaucoup. Ce sont pour moi des îlots de sérénité qu'il faut préserver à tout prix.


Copyright : lechoixdesbibliothecaires.com 2006-2019 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia