Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Inscrivez-vous àla Lettre des Bibliothécaires.

Bibliothécaires,partagez vos découvertes.

Clubs de lecture,envoyez vos choix.

Editeurs,valorisez vos livres.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

.. Big data, penser l'homme et le monde autrement

Couverture du livre Big data, penser l'homme et le monde autrement

Auteur : Gilles Babinet

Préface : Erik Orsenna

Date de saisie : 27/03/2015

Genre : Documents Essais d'actualité

Editeur : Le Passeur éditeur, Paris, France

Prix : 20.50 €

ISBN : 9782368902608

GENCOD : 9782368902608

Sorti le : 18/02/2015

  • Les présentations des éditeurs : 02/03/2015

Issues de nos réseaux sociaux, de notre téléphone mobile, de notre passage en caisse, de l'utilisation d'une carte de transport, les données sont partout. Gilles Babinet montre que les techniques de Big Data peuvent être utilisées pour développer des outils marketing perfectionnés, améliorer la prise en charge médicale, permettre aux villes de mieux gérer leurs ressources ou encore allier productivité agricole et développement durable. Les données pourraient bien être l'une des énergies motrices de la nouvelle révolution globale en cours.
Pourtant, de nombreuses questions se posent. Sommes-nous sur le point d'entrer dans une société semblable à celle que décrit George Orwell dans 1984 ? Quels facteurs permettraient à une société démocratique et respectueuse des libertés individuelles de bénéficier de cette nouvelle technologie ? Gilles Babinet fait toute la lumière sur ces questions en rappelant que ce ne sont pas les technologies qui façonnent l'humanité, mais bien l'usage que l'on choisit collectivement d'en faire.

Gilles Babinet a créé de nombreuses sociétés dans divers secteurs. Premier président du Conseil national du numérique, puis «Digital Champion», il représente la France auprès de la Commission européenne pour les enjeux du numérique. Il est l'auteur de L'Ère numérique, un nouvel âge de l'humanité (Le Passeur Éditeur, 2014.).



  • La revue de presse Vincent Giret - Le Monde du 26 mars 2015

Le big data interconnecte, croise et analyse à folle allure des milliards d'informations. Il peut établir des séries, des correspondances, des typologies, prévoir avec une quasi-certitude des évolutions, permettre des anticipations jusqu'ici impensables. Mais y sommes-nous vraiment préparés ? Start-upper et aujourd'hui «représentant de la France auprès de la Commission européenne pour les enjeux du numérique», Gilles Babinet est convaincu que ce nouvel âge constitue la première rupture de la courte histoire d'Internet, tant elle va générer de bouleversements. Le big data, affirme-t-il, «va nous pousser à repenser l'ensemble des normes de notre société et la façon dont nous vivons ensemble»...
Pour Babinet, il ne faut laisser ni aux technocrates du droit ni aux géants privés le monopole de l'écriture d'une nouvelle régulation sociale. Il faut conjuguer la liberté et la capacité d'inventer un droit, pas à pas, sans vouloir tout régenter à l'avance. L'inconnue est telle, prévient l'auteur, qu'il faut garantir un droit fondamental à l'expérimentation...
La société connectée et le big data permettent justement une mobilisation sans précédent de la société civile. A elle de s'en emparer, au plus vite !


  • La revue de presse Christophe Barbier - L'Express, mars 2015

Acteur éminent de la révolution numérique, Gilles Babinet en explique le prochain épisode : le règne du Big Data. Vous avez aimé le Migou, l'abominable homme des neiges ? Vous adorerez le Big Data, l'épouvantable créature du cloud. A moins que vous ne lisiez l'ouvrage de Gilles Babinet, qui veut combattre frayeurs et fantasmes, et expliquer les vrais enjeux de la maîtrise des "données de masse"...
Gilles Babinet est trop averti des ombres et des lumières du numérique pour ne pas voir aussi les risques du Big Data.


  • Les courts extraits de livres : 02/03/2015

Extrait de l'introduction

Il est vain de chercher à retenir le progrès : pas un exemple dans l'histoire ne nous permet de croire qu'une technique accessible ait pu être durablement cantonnée. Qu'il s'agisse de la soie chinoise ou du métier à filer anglais, les exemples sont nombreux des techniques que les États ou les inventeurs ont cherché à préserver pour leurs intérêts propres, sans finalement y parvenir. C'est pourquoi l'avènement des technologies liées aux données ne représente désormais plus une hypothèse que l'on peut infléchir, mais bien une certitude à laquelle nous devons nous préparer. Le choix que nous pouvons encore faire consiste, en revanche, en celui d'un modèle d'émergence de ces techniques qui soit le plus harmonieux pour nos sociétés. Il nous faut donc comprendre, le mieux possible, ce que permettent les données, ce que sont leurs opportunités, leurs dangers ; et cela, le plus vite possible. Car l'avènement de cette révolution est proche. Cela va vite, de plus en plus vite.
Ainsi, l'humanité accroît sa production de données de façon étourdissante : chaque minute, environ 350 000 tweets, 15 millions de SMS, 200 millions de mails sont envoyés dans le monde, tandis que des dizaines d'heures de vidéos sont mises en ligne sur YouTube, et que 250 gigaoctets d'informations sont archivés sur les serveurs de Facebook. Nos téléphones mobiles créent également de l'information, que nous l'utilisions ou non. Il en va de même pour nos téléviseurs, s'ils sont connectés à une box ; nos voitures, qui actionnent des capteurs situés sur la route ; la composteuse, qui valide nos billets de train ; les caisses enregistreuses des supermarchés. Les caméras de surveillance en créent aussi, de même que nos déplacements dans notre propre maison, si nous y avons installé une alarme électronique.
En 2010 on estimait que nous produisions déjà tous les deux jours environ 5 exaoctets (Eo, soit 1018 octets) d'informations... soit autant qu'entre le début de la culture humaine et 2003 ! Selon la société de recherche IDC, 1,8 zettaoctet de données (Zo : 1021 octets) - soit l'équivalent d'une pile de CD Blu-ray qui ferait sept fois le tour de la Terre - ont été créés en 2011. «L'information disponible à la surface de notre planète en 2020 devrait tourner autour des 40 Zo...» Mais «ces estimations sont rendues fausses d'année en année par les nouveaux usages», précise Jean-Yves Pronier, directeur marketing du gestionnaire de données EMC.
Ce n'est pas seulement la croissance du volume de données qui est remarquable, mais le fait que toute cette production de données se fasse désormais au sein d'un réseau unifié - Internet - utilisant le même protocole «LP» pour véhiculer cette information. On estime ainsi qu'en 2025, il pourrait y avoir 100 milliards d'objets connectés ou autant de machines qui créent de la «data» véhiculée par le réseau. (...)


Copyright : lechoixdesbibliothecaires.com 2006-2019 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia