Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Inscrivez-vous àla Lettre des Bibliothécaires.

Bibliothécaires,partagez vos découvertes.

Clubs de lecture,envoyez vos choix.

Editeurs,valorisez vos livres.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

.. Yeux

Couverture du livre Yeux

Auteur : Michel Serres

Date de saisie : 17/12/2014

Genre : Philosophie

Editeur : le Pommier, Paris, France

Collection : Beaux livres

Prix : 39.00 €

ISBN : 978-2-7465-0779-1

GENCOD : 9782746507791

Sorti le : 08/10/2014

  • Les présentations des éditeurs : 30/12/2014

Comment voit-on ? Qu'est-ce que voir ? Être vu ? Quelles performances de vision peut-on rencontrer dans la nature ? Et jusqu'où l'homme pourra-t-il «voir» le monde ?
Dans ce livre magnifique, Michel Serres explore, à la façon de variations, les capacités des yeux, de tous les yeux : Voir et être vu, Yeux de pierres, Yeux de bêtes, Yeux de verre, Yeux de mer, Yeux de lettres, Yeux de mère ou Feu d'Yeux, feu de Dieu.
Il interroge le regard du peintre, comment il voit ce qu'il peint, comment il est vu par le spectateur. Comment regarde-t-on la nature ? Comment regarde-t-on une oeuvre, statique, mouvante... Il oppose la nuit et le jour pour nous montrer que la lumière naît... de la nuit. Il nous emmène visiter les lieux les plus anciens, comme Lascaux, avec les moyens les plus contemporains de la technologie... Et nous fait enfin réfléchir sur ce que nos yeux disent de la force de notre amour.

Membre de l'Académie française, Michel Serres est l'auteur de nombreux essais philosophiques et d'histoire des sciences, dont le dernier, Petite poucette, s'est vendu à 210 000 exemplaires. Il est l'un des rares philosophes contemporains à proposer une vision du monde qui associe les sciences et la culture.



  • La revue de presse Eric Bietry-Rivierre - Le Figaro du 18 décembre 2014

Le philosophe a l'ambition de regarder le monde les yeux dans les yeux. L'académicien Michel Serres interroge donc les regards. Tous les regards représentés, y compris les mécanismes de la vue. Il les étudie avec l'oeil de l'esprit.


  • Les courts extraits de livres : 30/12/2014

Esthétique

Échec ou réussite, ambition en tout cas, Musique essaie de répondre à une question naïve : «Qu'en est-il de ce paradis qui porte le nom commun à toutes les Muses ?» Ce livre ne décrit pas tel compositeur ni telle oeuvre en tel temps, mais cet art soi-même, tel quel, en prenant le risque héroïque, à la lettre insensé, de parler en cette langue de trains d'ondes qui précéda tout langage, de sons qui tonnent sous toutes les langues, de bruits universels avant toute signification. De même, Statues interroge le geste auguste du sculpteur, antérieur à la saisie de tout objet, en un art dual de la musique. Quoique tout différemment, Habiter tente une stratégie pour courir le même risque à propos de l'architecture. Or, de même que j'ai pu considérer quelques pages écrites par Balzac, Verne ou Hugo sans oser poser la question : «Qu'est-ce que la littérature ?», plusieurs essais se dispersent à décrire des toiles signées Carpaccio, Bellini, Poussin ou Turner, sans jamais questionner directement la peinture.

Y arriverai-je enfin, ici même ?

Pour interpréter les toiles de Turner, je balance depuis des années entre deux thèses contraires. Ou le regard du peintre, changeant, ne voit plus le même monde, et la peinture elle-même se transforme. Ou le monde change lui-même, brume et lumière, parce qu'un petit hiver nucléaire règne sur l'Europe en raison d'une éruption volcanique gigantesque dans l'archipel de la Sonde. Ou l'oeuvre exprime la vision, ou elle montre le vu. En cette hésitation, en cet intermédiaire, en cette contradiction passe le mystère de la représentation.

William Turner, Tempête de neige, avalanche et inondation. Une scène dans la partie la plus élevée du Val d'Aoste, Piémont, 1836-1837, The Art Institute of Chicago.

*

Voir et être vu

Voici. Comme un visage, ainsi nommé parce qu'il est vu et voit, un tableau de génie se contemple, certes, et se fait admirer, mais, mieux encore, me semble-t-il, trouant le mur, comme un regard de feu en percerait la face grise, étincelant de lumière et de sens, voit comme un oeil verrait, même quand il ne s'agit pas d'un portrait. Actif, le tableau inonde la pièce de lumière et l'observateur d'intelligence heureuse. Image, peut-être, mais, mieux encore, feu d'un regard ! Devant une toile de Breughel, de Rembrandt, de Van Gogh... m'étreint la double sensation de découvrir et d'être découvert. Non, le peintre ne reproduit pas une image sur une toile - je vais bientôt le dire, lorsque, justement, elle n'est pas active comme un oeil, l'image, faible, ne fournit que peu d'information -, mais il peint ce qui reçoit, stocke, traite, émet de la lumière, plus toute l'information que celle-ci comporte, de sorte que l'oeuvre ainsi produite fonctionne comme un réceptacle de clarté, certes, mais aussi comme émettrice, banque et transformatrice de cet éblouissement. Il me semble qu'elle a les mêmes propriétés qu'un regard actif. Ainsi, le maître me montre autant sa toile que celle-ci me contemple. Comme si, de son feu, son regard traversait l'oeuvre pour la transmuter en vue.

Cette image pèche par trop de facilité. Certes, nous regardons ce tableau ; certes, ce visage nous regarde ; certes, le terme visage a les deux sens de voir et d'être vu. Soutenant une intuition plus difficile, ce livre prétend que, d'une certaine manière, les choses elles-mêmes jouissent de la vision et que l'art suprême du peintre consiste à faire voir ces visions qui donnent au monde un pouvoir étrange d'action.

Vincent Van Gogh, Autoportrait au feutre gris, 1887-1888, Van Gogh Museum, Amsterdam.


  • Le courrier des auteurs : 30/12/2014

1) Qui êtes-vous ? !
J'ai écrit une soixantaine de livres pour tenter de répondre à cette question. Encore quelques-uns et, avant de mourir, j'aurai, peut-être, le fin mot de cette affaire. Car l'ensemble des livres équivaut à la carte d'identité. Hélas, elle est un peu longue...

2) Quel est le thème central de ce livre ?
YEUX essaie d'élargir la vision humaine à celle des autres : par exemple, VOIR quel monde VOIENT les insectes, les oiseaux, les serpents ou les poissons, VOIR quelle lumière reflètent les feuilles des arbres, les vagues de la mer, les saphirs, les émeraudes et les pierres du chemin. Nous ne sommes pas les seuls au monde à être dans le monde et à le voir.
Un vrai peintre voit ce monde-là, plus dense, plus complet, riche et actif. Du coup, YEUX est un livre qui tente de définir ce qu'est vraiment la peinture.

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ?
... alors, le peintre s'approcha de son tableau, si près, si près qu'il disparut dans le petit endroit de la toile où, d'ordinaire, l'auteur marque sa signature...

4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ?
J'ai déjà écrit un livre intitulé Musique, pour tenter une réponse à cette question. La voici : lorsqu'elles sont réussies, toutes les oeuvres sont musicales. Car la Musique ainsi se nomme parce qu'elle fédère, rassemble et unit toutes les Muses, donc tous les arts, toutes les sciences, toute la culture.
Mon livre serait une Musique, s'il était réussi. À vous d'en juger.

5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ?
D'après l'origine latine de ce mot, un auteur est un augmentateur. Il a pour vocation de les augmenter : il écrit pour que croissent leur savoir, leur bonheur de vivre et leur joie. Il cherche à les accoucher. J'aimerais être une bonne sage-femme.

6) Avez-vous des rituels d'écrivain ? (Choix du lieu, de l'horaire, d'une musique de fond) ?
Se coucher tôt, se lever tôt, travailler de grand matin.

7) Comment vous vient l'inspiration ?
Si je le savais, je le dirais. D'une autre ou du monde, d'ailleurs, en tous cas. L'essentiel n'est pas l'inspiration, mais la transpiration.

8) Comment l'écriture est-elle entrée dans votre vie ? Vous êtes-vous dit enfant ou adolescent «un jour j'écrirai des livres» ?
C'est ma vie qui, peu à peu, est entrée en écriture, comme un moine entre en religion, comme un sportif entre en entraînement, comme un voyageur émigré entre dans un pays d'adoption. Je suis gaucher, je suis entré, enfant, dans l'écriture de la main droite.

9) Vous souvenez-vous de vos premiers chocs littéraires (en tant que lecteur) ?
L'Odyssée, Dom Quichotte, Moby Dick...

10) Que vous inspire le mot "Consolation" ?
Je suis inconsolable de n'écrire jamais le livre parfait.


Copyright : lechoixdesbibliothecaires.com 2006-2019 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia