Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Inscrivez-vous àla Lettre des Bibliothécaires.

Bibliothécaires,partagez vos découvertes.

Clubs de lecture,envoyez vos choix.

Editeurs,valorisez vos livres.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

.. Internet : qui possède notre futur ?

Couverture du livre Internet : qui possède notre futur ?

Auteur : Jaron Lanier

Traducteur : Mirabelle Ordinaire

Date de saisie : 01/07/2015

Genre : Documents Essais d'actualité

Editeur : le Pommier, Paris, France

Collection : Manifestes

Prix : 25.00 €

ISBN : 9782746507760

GENCOD : 9782746507760

Sorti le : 23/10/2014

  • Les présentations des éditeurs : 01/07/2015

Internet, nouvel eldorado ? Dans ce cas, pourquoi certains s'enrichissent-ils alors que d'autres (les plus nombreux) s'appauvrissent ? Contrairement à ce que l'on voudrait nous faire croire, Internet ne crée pas plus d'emplois qu'il n'en détruit dans la réalité concrète... Et pourtant, Internet est en train de transformer notre économie de fond en comble...
Nouvelle monnaie universelle : l'information. Celle que nous mettons quotidiennement sur Internet quand nous nous connectons avec notre ordinateur ou notre Smartphone, et que les géants du Net s'approprient via les services «gratuits» proposés aux utilisateurs et qu'ils reconditionnent en ces «Big Data» qu'ils vendent aux annonceurs à prix d'or. Il s'agit d'un rapt général : notre société est en train de se faire déposséder de ses données - de sa richesse... !
Allons-nous laisser les gros serveurs maîtrisant les algorithmes les plus puissants confisquer notre avenir ? Comment faire en sorte qu'Internet devienne vraiment l'eldorado... pour tous ?
Une réflexion décoiffante sur la façon dont chaque citoyen pourra vivre sa vie - et la gagner ! - sur le Net.

Créateur à répétition de start-up et inventeur de la «réalité virtuelle», Jaron Lanier a collaboré avec les plus grandes firmes du Net : l'envolée d'Internet, il l'a vécue de l'intérieur, les dérives du monde numérique, il connaît... Il oeuvre maintenant à ce qu'Internet redevienne ce merveilleux outil conçu pour tous, et nous projette dans le futur d'Internet - notre futur.
Jaron Lanier est également plasticien, et joue de dizaines d'instruments acoustiques rares : il est inclassable ! Il a été rangé par le magazine Time parmi les 100 personnalités les plus influentes du monde en 2010.
Il s'est tout récemment vu attribuer le Prix de la paix des libraires allemands, l'une des plus importantes récompenses littéraires du pays, pour cet ouvrage.



  • La revue de presse Corine Lesnes - Le Monde du 25 juin 2015

Rien n'est gratuit parmi les services «gratuits» que proposent les géants du Net. Derrière son apparente abondance, l'économie de Internet appauvrit la classe moyenne. La thèse est aujourd'hui presque banale. Jaron Lanier a été l'un des premiers à la développer début 2013 dans un livre remarqué aux Etats-Unis, et aujourd'hui traduit en français. Figure de Berkeley, l'auteur n'est ni technophobe ni un repenti. C'est un surdoué, musicien, collectionneur de luths asiatiques et pionnier de la «réalité virtuelle» (il a créé le terme). L'une de ses start-up a été rachetée par Google. Il est membre du laboratoire de recherche de Microsoft.


  • Les courts extraits de livres : 23/12/2014

Introduction à l'édition de poche

Une anecdote tirée de l'histoire de la musique a fait de moi un idéaliste du numérique dans les années 1970, alors que j'étais adolescent. Durant des années l'on a interdit aux esclaves noirs de jouer du tambour car les tambours pouvaient être utilisés comme moyens de communication. Les propriétaires d'esclaves craignaient que les tambours ne jouent un rôle dans l'organisation de révoltes.
Tout au long de l'histoire humaine, les êtres humains ont été leurs propres meilleurs ennemis ; chaque fois que quelqu'un oppresse quelqu'un d'autre, l'oppresseur cherche à prendre le contrôle des moyens de communication. Il nous a semblé, à mes compatriotes et à moi, que les réseaux numériques permettaient de donner un tour nouveau à ce jeu ancestral. Un réseau numérique doit, par essence, s'adapter constamment aux défauts et aux erreurs qu'il contourne, pour acheminer les informations. Dominer un réseau numérique est donc difficile. Les réseaux numériques deviendraient ainsi des tambours impossibles à faire taire !
Telle était l'idée de départ, bien avant qu'Internet soit né. Elle me paraît toujours bonne, et il y en a bien une version qui doit être réalisable, mais la façon particulière et étrange dont nous avons construit nos réseaux s'est retournée contre nous.
La population est actuellement en train d'apprendre à vivre avec les réseaux numériques tels que nous les avons construits jusqu'à présent. Une fois que l'on comprend cela, des événements actuels qui pourraient sembler n'avoir aucun lien entre eux - et, de surcroît, ne faire aucun sens - formeront tout à coup un tout cohérent. Par exemple, deux immenses dysfonctionnements qui ont éclaté aux États-Unis entre la première publication de cet ouvrage et sa publication en livre de poche semblent, à première vue, n'avoir aucun lien. Mais en les regardant plus attentivement l'on s'aperçoit que ce sont des images en miroir l'une de l'autre.
Le premier dysfonctionnement s'est déclenché lorsque les États-Unis se sont entredéchirés au sujet de «Obamacare». Des parties de l'administration centrale ont été temporairement fermées ; le pays était sur le point de faire défaut sur ses dettes obligataires. Le conflit qui a fait rage autour de l'«Obamacare» peut s'analyser à travers diverses approches intéressantes, mais il est important de se rappeler sur quoi portait réellement ce conflit.
Nous étions littéralement en train de nous battre sur la façon dont la société intègre les big data ou «données massives.» Comme je l'explique dans les pages qui suivent, l'avènement des données massives a inversé les motivations des compagnies d'assurances. Autrefois, bien avant notre ère connectée de l'informatique bon marché, le meilleur moyen dont disposait une compagnie d'assurances pour augmenter ses profits consistait à assurer de plus en plus de clients. Après l'apparition des données massives, les motivations se sont inversées de façon perverse : pour augmenter ses profits il fallait assurer uniquement ceux que l'algorithme déterminait comme ayant le moins besoin d'assurance.

(...)


Copyright : lechoixdesbibliothecaires.com 2006-2019 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia