Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Inscrivez-vous àla Lettre des Bibliothécaires.

Bibliothécaires,partagez vos découvertes.

Clubs de lecture,envoyez vos choix.

Editeurs,valorisez vos livres.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

.. Atlas des inégalités : les moeurs, l'économie, la politique : les Français face à la crise

Couverture du livre Atlas des inégalités : les moeurs, l'économie, la politique : les Français face à la crise

Auteur : Hervé Le Bras

Date de saisie : 18/09/2014

Genre : Economie

Editeur : Autrement, Paris, France

Collection : Atlas-monde

Prix : 19.90 €

ISBN : 978-2-7467-3726-6

GENCOD : 9782746737266

Sorti le : 10/09/2014

  • Les présentations des éditeurs : 30/09/2014

«La montée des inégalités agit comme un venin qui affaiblit progressivement la démocratie.»

Plus de 120 cartes et infographies pour dresser l'état des inégalités en France.

° Densité démographique, mortalité, fécondité : un portrait de la population française.
° Les territoires de l'inégalité : chômage, éducation, revenus.
° Les facteurs déterminants de l'exclusion.
° La géographie du vote : l'expression politique d'un désarroi.

Les cartes inédites soulignent crûment les différences de patrimoine, d'éducation, de réseau de relations, de sexe, de mentalité, qui fabriquent l'inégalité des chances et des revenus. Un ouvrage essentiel pour comprendre la France contemporaine et envisager les moyens de son redressement.

Hervé Le Bras est démographe et historien, directeur de recherches émérite à l'INED, et directeur d'étude à l'EHESS. Il est l'auteur de nombreux ouvrages dont L'invention de la France (avec Emmanuel Todd, Hachette, 1981). Les Trois France (Odile Jacob-Le Seuil, 1985). Les 4 mystères de la population française (Odile Jacob, 2007) et Le Mystère français (avec Emmanuel Todd, Le Seuil, 2013)



  • La revue de presse Philippe Arnaud - Le Monde du 28 août 2014

Son Atlas des inégalités (Autrement, 96 pages, 19,90 euros, sortie prévue le 10 septembre) a l'originalité de présenter une cartographie inédite, réalisée sur la base de données de l'Insee. L'auteur a rassemblé des chiffres récents, mais aussi des statistiques anciennes, qui permettent de dégager des constantes...
Pour M. Le Bras, une des tendances lourdes est «la montée de la ségrégation métropolitaine, c'est-à-dire de la tendance des plus fortunés, des plus éduqués, des plus jeunes, à se concentrer dans les grandes agglomérations». Les ouvriers vivent désormais «loin des villes», note-t-il...
Contre la crise et le recul de l'Etat-providence, il souligne l'importance des amortisseurs que sont la famille, les solidarités de voisinage, la propriété du logement ou la religion. Des «couches protectrices», écrit-il.


  • Les courts extraits de livres : 30/09/2014

Extrait de l'introduction

L'enchevêtrement des inégalités

L'inégalité, qui est une donnée de la nature, précède l'égalité, qui est une volonté d'ordre politique et social. Pour cette raison, l'inégalité a trouvé de nombreuses justifications. Trois d'entre elles méritent l'examen et la critique : celle, naturaliste, de Margaret Thatcher ; celle, économique, des libéraux et celle, philosophique, de John Rawls.
Margaret Thatcher déclara en 1970 : «Si nous donnons de la valeur aux individus, ce n'est pas parce qu'ils sont tous pareils, mais parce qu'ils sont tous différents... Nous devons bâtir une société dans laquelle chaque citoyen sera à même de développer tout son potentiel, à la fois pour son propre bénéfice et pour celui de l'ensemble de la communauté.» L'inégalité des conditions refléterait alors l'inégalité des dons. Le rôle de l'État serait de laisser les dons s'épanouir en pratiquant l'égalité des chances. C'est une partie du programme de la méritocratie dont la France est l'un des plus fervents adeptes. Il est peu probable que les dons innés aient beaucoup évolué au cours des cinquante dernières années. Or, les inégalités se sont creusées dans des proportions énormes, sans commune mesure avec un changement de répartition des dons naturels. En 1960, le salaire moyen du dirigeant d'une grande entreprise américaine était 12 fois supérieur au salaire moyen d'un de ses ouvriers. En 1974, il était 36 fois supérieur et en 2000, 531 fois. La vision élitiste de Thatcher ne rend absolument pas compte de la réalité.
La seconde version vient des théoriciens de l'économie libérale. L'inégalité des revenus résulte de l'inégalité de la réussite. Les grands industriels sont récompensés parce qu'ils ont procuré de l'emploi en ouvrant de nouvelles fabriques et qu'ils ont augmenté la richesse nationale avec leurs nouveaux produits. Leur rétribution élevée récompense leur réussite, qui a profité à tous et stimule l'énergie de ceux qui veulent réussir. Si cette belle histoire était vraie, les salaires des dirigeants seraient proportionnés à la réussite de leurs entreprises. Or, à titre d'exemple, il n'y a aucune corrélation entre l'augmentation des salaires des dirigeants du CAC 40 et l'augmentation des bénéfices de leur entreprise, comme on l'a montré. En outre, depuis la crise de 2008, cinglant démenti à l'idéologie libérale, les revenus des grands patrons ont continué d'augmenter.
La troisième version a été proposée par John Rawls dans sa célèbre Théorie de la justice. Il y affirme que l'on doit préférer non pas la configuration sociale la plus égalitaire, mais celle dans laquelle le plus pauvre est le mieux loti. Ainsi, un état social dans lequel le plus riche gagne 1 million et le plus pauvre 1 000 sera préférable à un état social dans lequel tous touchent 500. Ce raisonnement séduisant omet cependant les conséquences de l'inégalité. À revenu égal, une plus grande inégalité sera défavorable, comme l'ont montré Richard Wilkinson et Kate Pickett, pour des aspects aussi différents que la mortalité infantile, le nombre de prisonniers par habitant, le taux d'homicide, le degré de confiance envers les autres, etc.
La vision purement monétaire de l'inégalité, en partie imposée par l'instrument de mesure commode qu'est r revenu, est incapable de saisir la nature globale de l'inégalité. L'approche de Wilkinson et Pickett, plus générale, rend cependant l'inégalité des revenus responsable d toutes les autres formes d'inégalité. Or, selon l'adage bien connu, corrélation n'est pas causalité. L'inégalité de revenus n'est que l'une des multiples facettes de l'inégalité en général, ou plus exactement des inégalités de toutes sortes qui interagissent les unes avec les autres. La preuve ? Supposons que, subitement, tous les revenu deviennent les mêmes. En l'espace de quelques années l'inégalité ressurgirait dans tous les domaines. Elle tiendrait à la possession d'un patrimoine, à un niveau d'éducation ou de compétence plus élevé, à la chance, au réseau des relations, etc. Poussant à l'extrême cette hypothèse, le philosophe politique Richard Dworkin a proposé que toutes les sources d'inégalité qui ne dépendent pas de la volonté individuelle soient compensées par l'État. Mais, la volonté n'est elle-même pas également répartie entre les individus.


Copyright : lechoixdesbibliothecaires.com 2006-2019 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia