Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Inscrivez-vous àla Lettre des Bibliothécaires.

Bibliothécaires,partagez vos découvertes.

Clubs de lecture,envoyez vos choix.

Editeurs,valorisez vos livres.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

.. La ballade de Baby

Couverture du livre La ballade de Baby

Auteur : Heather O'Neill

Traducteur : Michèle Valencia

Date de saisie : 10/04/2014

Genre : Romans et nouvelles - étranger

Editeur : 10-18, Paris, France

Collection : 10-18. Domaine étranger, n° 4754

Prix : 8.40 €

ISBN : 9782264062833

GENCOD : 9782264062833

Sorti le : 17/04/2014

  • Les présentations des éditeurs : 10/04/2014

Baby est une môme qui traîne à Montréal avec son père Jules, junky immature et imprudent. À chaque rechute, ils déménagent et explorent les coins les plus sombres et hostiles de la ville. Entre-temps, dans son propre univers, Baby essaie de réinventer son enfance ratée. Mais garder son innocence peut être plus dur que ce qu'il n'y paraît... La Ballade de Baby est une méditation sensible sur le royaume de l'imagination, le pouvoir de l'esprit et l'espoir que chacun porte en soi.

«Le premier roman d'Heather O'Neill est un livre superbe où le royaume de l'imagination fait d'une vie cabossée quelque chose de magique.»
The Globe and Mail

Elle est née et vit toujours à Montréal. Auteur et journaliste, elle collabore occasionnellement à l'émission «this american life» sur CBC et au New York times magazine. La ballade de baby est son premier roman. Il a reçu le Canada Read (Prix décerné par la radio canadienne CBC). Heather O'Neill était parmi les finalistes pour le prix du gouverneur général, le plus prestigieux prix littéraire canadien.


  • Les courts extraits de livres : 10/04/2014

LA VIE AVEC JULES

1

Juste avant mon douzième anniversaire, Jules - mon père - et moi sommes allés habiter un deux-pièces dans un immeuble que nous appelions l'Hôtel Autruche. Si je me souviens bien, c'était la première fois que je prenais un taxi. Il nous a déposés derrière le bâtiment, dans une ruelle où tous les murs étaient couverts de jolis graffitis : une vache de dessin animé, à l'air triste, et une fille avec un masque à oxygène sur la figure et un minuscule bébé dans les bras.
Jules portait une toque en fourrure et un trois-quarts en cuir. À cause du froid, il était pressé de sortir nos affaires du taxi et il a braillé : «Putain, sale con, ça caille !» C'était vraiment la seule chose qui venait à l'esprit quand on se retrouvait dehors par ce temps. En plus, je crois que Jules était furax parce que le chauffeur lui avait demandé dix dollars.
D'une main, il a attrapé la valise qui contenait ses vêtements, et de l'autre, un électrophone portatif blanc. J'étais sûre qu'il allait le lâcher parce qu'il était chaussé de bottillons en cuir, aux semelles usées, dont il était tombé passionnément amoureux aux surplus de l'armée. Le dessous était lisse, si bien qu'on avait la drôle d'impression que ses pieds partaient dans toutes les directions à la fois. Il a glissé juste devant la porte de l'hôtel et a été obligé de tomber à genoux pour amortir sa chute.
Moi, je portais ma petite valise en vinyle à fleurs vertes, avec mon nom, Baby, écrit dessus à l'encre noire indélébile. Elle était bourrée de vêtements, de livres scolaires et de cahiers d'exercices. Je traînais aussi un sac en plastique plein de poupées.
Au-dessus de la porte d'entrée, il y avait une partie vitrée sur laquelle on avait peint en lettres cursives dorées : «Hôtel Autriche». Autriche, et pas Autruche, mais Jules n'était pas très doué pour lire. Des radiateurs à l'ancienne, décorés d'une frise de roses, longeaient les couloirs. Jules adorait ces radiateurs. Il disait que c'étaient les seuls qui réussissaient à bien chauffer un appartement. Avant de monter l'escalier, il fallait s'essuyer les pieds sur un tapis-brosse à fleurs. Puisque Jules était déjà venu chercher les clés, nous avons ignoré la femme qui somnolait à la réception.
L'appartement était petit, une salle de séjour et une chambre minuscule, la mienne, qui donnait sur l'arrière. Comme tous les hôtels de cette rue, il était meublé. Le papier peint n'était pas vilain, même s'il s'était décollé par endroits près du plafond : bleu, parsemé de petites étoiles noires. La moquette était tellement usée qu'on n'en distinguait plus le motif, et rinterrupteur était noir à cause de toutes les mains qui l'avaient manipulé.


Copyright : lechoixdesbibliothecaires.com 2006-2019 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia