Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Inscrivez-vous àla Lettre des Bibliothécaires.

Bibliothécaires,partagez vos découvertes.

Clubs de lecture,envoyez vos choix.

Editeurs,valorisez vos livres.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

.. Stone Arabia

Couverture du livre Stone Arabia

Auteur : Dana Spiotta

Traducteur : Emmanuelle Aronson | Philippe Aronson

Date de saisie : 16/11/2013

Genre : Romans et nouvelles - étranger

Editeur : Actes Sud, Arles, France

Prix : 22.50 €

ISBN : 9782330025007

GENCOD : 9782330025007

Sorti le : 06/11/2013

  • Les présentations des éditeurs : 16/11/2013

LE POINT DE VUE DES ÉDITEURS

Inséparables depuis l'enfance, Denise et son frère aîné, Nik, ont partagé, à Los Angeles, les rêves de rébellion de toute une génération entre la fin des années 1970 et le début des années 1980.
Depuis sa première guitare, Nik a voué son existence à la musique mais n'a plus d'autre projet, à l'orée de la cinquantaine, que de réécrire sa carrière de loser en fabriquant de toutes pièces des archives à sa propre gloire dans son studio d'enregistrement délabré.
Confrontée à la folie qui est en train de gagner ce frère adoré, Denise doit également faire face à la maladie d'Alzheimer où sombre leur mère, enregistrer les premiers symptômes de l'âge chez les amis de jeunesse et s'efforcer de tenir à distance l'obsession de la catastrophe planétaire qui ne cesse de la hanter. Persuadée, cependant, qu'il lui incombe d'assurer la pérennité de son microcosme affectif et social, Denise s'acharne à dissimuler les angoisses qui font de sa vie un enfer secret jusqu'au jour où le film que sa fille, Ada, entreprend de consacrer à son oncle Nik vient dynamiter les digues patiemment érigées et lever tous les tabous.
Dans un univers qui ne cesse de célébrer la réussite, que deviennent ceux qui n'accèdent jamais à la reconnaissance ? C'est à tous les êtres qui se sont égarés sur le chemin de leurs rêves et de leurs ambitions que s'adresse ce roman d'une magnifique justesse, où se dévoile la puissance dévastatrice que peut revêtir le désir de créer au sein d'une société condamnant ceux qu'elle n'a pas élus à hanter les sombres délires d'une fiction de soi.

Lauréate d'une bourse de la fondation Guggenheim, du Rome Prize et de The Rosenthal Foundation Award, décerné par la prestigieuse Académie américaine des arts et des lettres, Dana Spiotta, auteur de Eat the Document (Actes Sud, 2010), enseigne à l'université de Syracuse, dans l'État de New York où elle vit avec son mari et sa fille.


  • Les courts extraits de livres : 16/11/2013

Elle disait toujours que cela avait commencé, ou qu'elle s'en était rendu compte, lorsque leur père lui avait apporté une guitare pour son dixième anniversaire. Telle était du moins la légende familiale, répétée et façonnée dans leur mémoire commune. Mais elle y croyait vraiment : Nik avait changé à un moment bien précis. Jusqu'alors, il passait le plus clair de son temps à lire le magazine Mad, et à soigneusement dessiner à l'encre des chiens et des chats originaux et loufoques. Il créait des personnages - Mickey le clebs à poils longs rumeur d'herbe et adepte de la moto ; Linda l'aguicheuse levrette afghane avec une mèche de poils lui tombant dans les yeux ; et Nik Kat, son petit alter ego, un chat malin qui jouait des tours aux autres et s'en tirait toujours bien. Nik Kat s'adressait au lecteur directement et faisait de petits commentaires complices pour l'inciter à ne pas tourner la page. Denise, quant à elle, apparaissait sous les traits de Little Kit Kat, la môme magique. Elle portait une cape et exécutait tous les ordres de Nik Kat. Chaque épisode constituait un livre à part entière. Nik réalisait trois ou quatre exemplaires avec du papier carbone, et en confectionnait ensuite d'autres en faisant des photocopies, qu'il payait de sa poche ; mais chaque couverture était dessinée à la main, et donc unique. Il traçait d'abord les contours des images au feutre puis collait de petits morceaux de papier coloré, découpés dans les magazines. Denise avait encore les fanzines de son frère dans un carton quelque part. Nik lui donnait un exemplaire pour elle et maman (elles devaient se le partager), il en offrait un à sa petite copine du moment (Nik en avait toujours une), il en glissait un troisième dans une poche plastique qu'il classait dans ses archives naissantes, et il en envoyait un dernier à leur père, qui vivait à San Francisco.
Nik signait l'exemplaire de son père et le numérotait avant de l'emballer avec soin dans des sacs en papier de supermarché. Il l'adressait à M. Richard Kranis. (Toujours avec le mot Kronos écrit à côté en lettres microscopiques, faisant ainsi référence à une période antérieure de son existence durant laquelle il avait l'habitude d'associer le nom et l'identité d'un dieu aux personnes de son entourage. Naturellement son père incarnait Kronos, et même si Nik avait depuis longtemps laissé derrière lui ce goût puéril pour les mythes et les divinités, leur père avait conservé son surnom de Kronos en caractères minuscules.) Nik dessinait sur tout le paquet, prolongeant ainsi l'histoire se trouvant à l'intérieur. Après l'avoir posté, il inscrivait dans son grand livre le nombre d'exemplaires numérotés et les noms de ceux qui les possédaient. Il semblait déjà être en train de consigner sa propre existence pour l'avenir. "S'autoconserver, ou disparaître", dirait-il lorsqu'ils seraient plus vieux et que sa soeur commencerait à se moquer de son obsession de l'archivage.


Copyright : lechoixdesbibliothecaires.com 2006-2019 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia