Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Inscrivez-vous àla Lettre des Bibliothécaires.

Bibliothécaires,partagez vos découvertes.

Clubs de lecture,envoyez vos choix.

Editeurs,valorisez vos livres.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

.. Delta noir

Couverture du livre Delta noir

Auteur : Bernice L. McFadden

Traducteur : Laetitia Devaux

Date de saisie : 24/05/2013

Genre : Romans et nouvelles - étranger

Editeur : Joëlle Losfeld, Paris, France

Collection : Littérature étrangère

Prix : 22.00 €

ISBN : 978-2-07-247669-3

GENCOD : 9782072476693

Sorti le : 05/04/2013

  • Les présentations des éditeurs : 25/05/2013

Money, Mississippi, est le nom de la ville où se déroule l'histoire, du début du XXe siècle jusqu'à nos jours. C'est aussi elle qui raconte son histoire, celle de destins qui s'entrecroisent et confluent vers l'assassinat du jeune Emmett Tïll, l'un des événements fondateurs du mouvement des droits civiques des Noirs américains. L'élément déclencheur, plusieurs dizaines d'années auparavant, c'est la mort d'Esther, prostituée de son état et donc pécheresse, dont le fantôme passe de corps en corps et influence le destin des différents protagonistes. Dans une veine proche du réalisme magique, Bernice L. McFadden peuple son histoire de spectres, et excelle à évoquer le vieux Sud à la voix grave et puissante, sa sensualité, mettant au jour les forces mystérieuses à l'oeuvre dans notre existence.

BERNICE L. MCFADDEN, née en 1966, vit à Brooklyn, New York. Lauréate de nombreux prix, elle a écrit à ce jour huit romans dont les célèbres Sugar et Glorius. The Oprah Magazine a choisi Glorius comme «Le» livre. Delta noir est son premier roman traduit en français. Parmi les admirateurs de l'oeuvre de McFadden, on compte, entre autres, Dennis Lehane et Toni Morrison.



  • La revue de presse Emily Barnett - Les Inrocks, mai 2013

Delta noir tient autant du conte que de la saga, de la peinture sociale que de la tragédie - un peu comme si la Lolita de Nabokov s'était invitée dans le Sud de Faulkner, main dans la main avec son héros noir assassin Joe Christmas...
Delta noir vogue sur cette crête bancale, inquiétante, de la croyance dans l'animisme et les forces occultes, muée en poésie lyrique et grinçante. Si l'histoire des Noirs américains a fait l'objet de relectures récentes, notamment au cinéma, celle-ci échappe aux canons romanesques du genre, ou du moins ouvre sa propre voie, sans modèle. Son territoire est peuplé d'héroïnes belles et diaboliques, créatures insurgées et bêtes de sexe, loin de la figure de la Noire opprimée. Ces personnages en révolte qui ne font rien comme tout le monde et engendrent à eux seuls une Amérique dans sa version la plus libre et politiquement incorrecte.


  • La revue de presse Emile Rabaté - Libération du 9 mai 2013

Une ville du Mississippi, hantée par l'esprit d'une prostituée, se raconte à travers sa communautée noire...
Delta noir est construit comme un bassin hydrographique. Il tire sa force du réseau d'affluents et de ramifications que Bernice McFadden entrelace autour du torrent de l'Histoire. Sans jamais perdre de vue son cours moteur et principal, l'auteur new-yorkaise navigue dans des canaux parallèles. Entre la mort de Doll et l'assassinat d'Emmett Till, le roman ruisselle par la descendance des Hilson. L'eau redevient placide. Money révèle son visage de bourgade ordinaire, au fin fond du Mississippi. Ce sont des jeux d'enfants, les effluves de maïs chaud qui s'échappent par la fenêtre d'une cuisine, le corps à corps d'un couple adolescent et le bruissement de l'amour au milieu des hautes herbes. Le chenal se divise, forme des branches d'arbre généalogique. Certaines voies tarissent tandis que d'autres regagnent indolemment le fleuve.


  • Les courts extraits de livres : 25/05/2013

Je suis Money. Money, une ville du Mississippi.
J'ai eu de nombreuses formes et j'ai incarné de nombreux êtres.
Je n'ai pas été créée, je suis la conséquence d'un élargissement, d'un agrandissement, d'un accroissement sur des milliers d'années.
J'ai incarné une création de l'esprit, des ombres et des mouvements brusques au coin de l'oeil ; des gouttes de rosée, des étoiles filantes, du silence, des fleurs et des escargots.
Un temps, j'ai été un coeur battant; dans une autre vie, j'ai remonté le courant vers un refuge de ma mémoire. J'ai même été une langue aujourd'hui disparue ; un rayon de soleil, des congères, le souffle délicat des bébés. Mais aujourd'hui, pour vous et pour cette histoire, je suis Money. Money, une ville du Mississippi.
J'ignore pourquoi je m'appelle ainsi. Je porte peut-être le nom de la mule bien-aimée d'un fermier ou celui d'un animal de compagnie dans l'enfance ; mais plus probablement, je suis issue d'un rêve inaccessible, car en tant que ville, j'ai surtout été pauvre.
Avant que les Blancs ne débarquent avec leurs sourires, leurs bibles, leurs armes et leurs maladies, l'endroit que j'incarne était occupé par des Indiens. Des Choctaws. Ce sont les Choctaws qui ont donné son nom à cet État : Mississippi, qui signifie «immense quantité d'eau». Les Blancs ont aimé ce nom, mais ils n'ont pas aimé les Indiens, alors ils les ont massacrés pour les remplacer par des Africains, qui, comme vous le savez, ont été réduits en esclavage pour satisfaire l'ego des Blancs, leurs caprices et leur industrie.
Mais ce que vous ignorez peut-être, et ce que les colons, auteurs du génocide et propriétaires d'esclaves ne savaient certainement pas, c'est que les Indiens et les Africains croient en l'animisme, c'est-à-dire que les âmes peuplent tout autant les objets que les êtres vivants, voire les phénomènes. Une fois l'objet détruit ou le corps péri, l'âme s'envole à la recherche d'une nouvelle demeure. Certaines emportent, un peu comme un bagage, des souvenirs dont elles ne veulent ou ne peuvent se débarrasser. Le plus souvent, ces souvenirs se manifestent chez les humains sous forme de déjà-vu. À divers moments et dans de nombreuses autres formes de vie, comme les objets prétendument inanimés, ces démonstrations ont été jugées curieuses, bizarres, absurdes, et même dangereuses.
Vous avez peut-être lu l'histoire du félin qui avait toutes les caractéristiques d'un chien, du primate qui a marché sur ses deux jambes du jour de sa naissance à celui de sa mort, d'hommes emprisonnés dans des corps féminins et vice versa, de la femme qui s'est réveillée un matin avec une queue, du petit garçon sorti du ventre de sa mère couvert non de peau mais d'écaillés, de l'homme devenu aussi grand qu'un arbre, de fleuves qui submergent leurs berges, de vagues monstrueuses qui détruisent des villes entières, de tornades qui ravagent tout un quartier, de chutes de neige qui recouvrent des cités comme les cendres d'un volcan.
Ce sont toujours des réminiscences de vies antérieures.
Si vous décidez de ne croire à rien d'autre que ce que l'on voit ici-bas, croyez au moins ceci : votre corps n'a pas d'âme. Votre âme a un corps, et les âmes ne meurent jamais, au grand jamais.
Autant que je sache, je n'ai jamais été humaine, ce qui explique certainement ma fascination pour votre espèce. Sans doute suis-je victime d'une grande et vieille affection pour une famille que je côtoie depuis des décennies. À la réflexion, j'ai dû être attirée par le tragique et le désespoir de son existence, alors je suis demeurée avec elle pendant des années, attachée comme une jument à un piquet.
Son histoire ne commence pas avec la tragédie de 1955, mais bien avant, à l'arrivée du premier problème vêtu d'une crinoline, drapé de soie, tenant une ombrelle rose d'une main et, de l'autre, une bible.


Copyright : lechoixdesbibliothecaires.com 2006-2019 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia