Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Inscrivez-vous àla Lettre des Bibliothécaires.

Bibliothécaires,partagez vos découvertes.

Clubs de lecture,envoyez vos choix.

Editeurs,valorisez vos livres.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

.. Celle qui dort

Couverture du livre Celle qui dort

Auteur : Bernard Foglino

Date de saisie : 31/05/2013

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Buchet Chastel, Paris, France

Collection : Littérature française

Prix : 14.00 €

ISBN : 978-2-283-02659-5

GENCOD : 9782283026595

Sorti le : 14/03/2013

  • Les présentations des éditeurs : 31/05/2013

Pascal Cheval, alias Fabrice Della Torre, écrivain établi, tricote depuis vingt ans ses romans dans la quiétude de succès programmés. Mais peut-on impunément jouer des émotions et des sentiments, manipuler des personnages puis tirer sa révérence avec le mot «Fin» et passer à autre chose ?

Invité au salon de Sournois, un coin sinistre de l'Est entre friches industrielles et forêts impénétrables, il va apprendre que le passé dort d'un sommeil léger, et que certaines additions finissent par se régler. Un nain inquiétant, une beauté fatale tombée en catatonie l'attendent pour lui présenter la note...

Bernard Foglino est l'auteur, entre autres romans, du Théâtre des rêves et de Bienvenue dans la vraie vie, parus chez Buchet/Chastel.



  • La revue de presse Dominique A. - Le Monde du 25 avril 2013

Celle qui dort est une fable, évidemment cruelle, comme toute fable. C'est aussi une métaphore, qui se révèle à mesure que le voile se lève sur le héros, une fois celui-ci introduit dans l'antre du monstre, qui n'est finalement pas tel qu'on l'imaginait. Les apparences sont trompeuses et les dents du loup émoussées...
La question " On n'est pas bien, ici ? " revient comme un mantra passé de bouche en bouche, d'un personnage à l'autre, symbole de tous les renoncements, de l'infidélité à soi-même, au prix d'un bonheur inquiet.


  • Les courts extraits de livres : 31/05/2013

Or donc...
- C'est à quel nom ?
- Belle. Pour Belle, croassa la voix.
Pascal Cheval leva les yeux du bouquin qu'il s'apprêtait à dédicacer. Il rattrapa du coin des lèvres un sourire standard qui partait en capilotade. Non, ce n'était pas un petit garçon qui se tenait en tête de la file. C'était un nain, un nain avec une tête démesurée et un front comme une falaise. Surmonté d'une crinière rousse.
La tête monstrueuse semblait posée de l'autre côté de la table. Elle le toisait d'un air sarcastique et mauvais.
- Belle ?
- C'est ce que je vous ai dit. Vous n'avez qu'à écrire : «Pour Belle. Amicalement.» Ou : «A ma fidèle lectrice.» Parce qu'elle a tous vos bouquins. Et n'oubliez pas la signature, c'est important la signature, il faut que ça vienne de vous.
- Je vois, marmonna Cheval en se penchant sur le livre.
Il rédigea les quelques mots habituels, tendit le bouquin au bonhomme, pria pour qu'il disparaisse au plus vite. L'autre le prit, lut d'un air soupçonneux. Cheval regardait ses pieds. À quoi la femme d'une créature pareille pouvait-elle ressembler ? Il bougea sur sa chaise, adressa un sourire crispé à celle qui attendait son tour.
- Je reviendrai demain.
- Mais si vous voulez, ce sera avec plaisir.
- Ne vous fatiguez pas, Della Torre, je sais très bien ce que vous pensez. Au fait, je m'appelle Walter.
Cheval le regarda s'éloigner. Une mauvaise plaisanterie de la nature. Ce que son corps n'avait pas gagné en hauteur, il l'avait pris en largeur. Un cou d'animal probablement disparu et certainement monstrueux, un torse de bonbonne d'où dévalaient des plissements hercyniens de graisse mal contenus dans une chemise de bûcheron. Et puis... Mais aussi... Il roulait des hanches, un balancement, qui donnait quelque chose d'écoeurant et d'hypnotique à sa démarche. Cheval chassa ces pensées, accueillit avec un enthousiasme neuf la petite dame rougissante, qui, fidèle admiratrice, ne manquait jamais son dernier roman, elle les avait tous lus, et même les relisait, et ces trois-là étaient pour sa belle-fille, dentiste à Montélimar.
Il signa encore une volée d'ouvrages, jetant parfois un coup d'oeil entre les piles de livres. Puis les visiteurs se firent plus rares. Le Salon du Livre de Sournois était un des plus déprimants qu'il ait fréquentés. L'événement culturel du département avait lieu dans un ancien comptoir désaffecté et mal chauffé de la Banque de France, pompeux et sévère cube de pierre soutenu par des cariatides aveugles. On avait laissé aux fenêtres du bâtiment d'énormes barreaux de fer qui donnaient à Cheval l'impression d'être pensionnaire d'un asile pour fous dangereux. Un public clairsemé y errait, sous le regard vitreux de la centaine d'auteurs invités. (...)


Copyright : lechoixdesbibliothecaires.com 2006-2019 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia