Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Inscrivez-vous àla Lettre des Bibliothécaires.

Bibliothécaires,partagez vos découvertes.

Clubs de lecture,envoyez vos choix.

Editeurs,valorisez vos livres.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

.. Quand nous serons frère et soeur

Couverture du livre Quand nous serons frère et soeur

Auteur : Sophie Adriansen

Date de saisie : 09/06/2013

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Myriapode, Bordeaux

Prix : 18.00 €

ISBN : 978-2-35945-019-4

GENCOD : 9782359450194

Sorti le : 16/02/2013

  • Les présentations des éditeurs : 05/06/2013

«II n'était tout simplement pas comme elle.
Il ne serait jamais son frère, c'était aussi simple que cela.
On ne pouvait se décréter frère et soeur par volonté commune ou désir profond, ni même décision unilatérale, et encore moins parce qu'on avait reçu un bout de papier l'affirmant.»

Louisa, la trentaine dynamique et urbaine, n'a jamais connu son père. Par une chaude journée d'avril, elle apprend la mort de celui-ci et découvre dans la foulée qu'il lui a laissé un conséquent héritage. Mais cet argent inespéré est soumis à une condition : elle doit cohabiter un mois avec un frère dont elle ignorait jusqu'à l'existence. Ne se doutant pas qu'elle prend un aller simple pour le début du reste de sa vie, Louisa fait sa valise et débarque à Lougeac, village du centre de la France où elle n'est pas la bienvenue et où les rumeurs vont bon train.
Quand nous serons frère et soeur est une ode à l'échange et à la simplicité qui met en scène l'étonnante rencontre d'une jeune femme enlisée dans son passé, que le mystère de ses origines a rendu méfiante, avec un homme concentré sur le présent, dans un récit servi par une écriture lumineuse.

Sophie Adriansen est l'auteur de plusieurs ouvrages en littérature générale (Je vous emmène au bout de la ligne aux Editions Max Milo, Trois années avec la SLA aux Editions de l'Officine, Un meeting aux Editions StoryLab) et en littérature jeunesse (Ca fait longtemps que j'ai passé l'âge d'aller en colo aux Editions Volpilière). Ses nouvelles ont été publiées en recueil et dans différentes revues.
Chroniqueuse et jurée littéraire, elle est membre de la Société des Gens de Lettres.
Quand nous serons frire et soeur est son premier roman.


  • Les courts extraits de livres : 05/06/2013

Les choses avaient un sens, au-delà des lieux communs qui affirmaient que rien ne survenait jamais par hasard. Et ce sens était à déceler dans l'environnement, à lire dans les éléments, à percevoir dans les attitudes. Il ne fallait négliger ni le langage des corps, ni les métamorphoses des objets, ni les changements météorologiques. Tout cela révélait de menus indices, envoyait d'infimes signaux.
Les choses avaient un sens - à moins que ce sens ne leur fût donné a posteriori.

- Y a plus de saisons ! avaient répété toute la journée ses collègues. D'habitude, Louisa regrettait qu'ils n'eussent rien d'autre à lui dire que cette formule convenue, ne sachant pas s'ils ne savaient parler d'autre chose avec elle parce que leur vie ne contenait rien de plus palpitant ou si c'était elle - elle espérait vraiment que non - qui suscitait des réflexions aussi plates et dénuées d'intérêt.
Il fallait pourtant bien admettre que c'était vrai : après des années d'oppression et de mauvais traitements, la nature, à défaut de reprendre ses droits, rappelait qu'elle faisait bien ce qu'elle voulait, nonobstant les températures théoriques. On était en avril comme d'autres années en août : écrasé par la chaleur, étouffé par l'absence d'air, à scruter le ciel avec l'espoir fou de voir le signe d'un orage rompre l'insoutenable uniformité du bleu cuisant.
Le métro était une fournaise - pire, une fournaise malodorante, où le bénéfice des quelques secondes de fraîcheur drainée par l'arrivée du train à cinquante kilomètres/heure se trouvait annihilé aussitôt après par la nécessité de se coller à des corps transpirants, condition sine qua non pour rentrer chez soi. En cette fin de journée, les vestes repliées et coincées dans les plis des coudes ou fourrées dans les sacs offraient un étalage de chairs que la moindre secousse forçait à entrer en contact entre elles.
L'enfer doit ressembler à cela.
Comme les autres autour d'elle, Louisa transpirait. Elle était épuisée par sa journée et aurait donné n'importe quoi pour la terminer autrement qu'ainsi. Rentrer à pied si elle n'avait pas habité si loin. Prendre un taxi si elle en avait eu les moyens. Passer des vêtements frais et amples avant de quitter le bureau. Pourquoi la règle était-elle aux vêtements moulants pour les femmes ? Pourquoi fallait-il que les silhouettes des hommes eussent des contours flous et que les représentantes de l'autre sexe s'enveloppassent dans des tissus qui disaient tout du moindre défaut, révélaient les détails des sous-vêtements, affichaient les grammes pris depuis l'achat ?
La double peine. Être une femme et avoir une peau de couleur sombre. Même si de plus en plus de voix s'élevaient pour défendre l'égalité la plus stricte, la plus fondamentale, celle qui n'aurait jamais dû être bafouée, Louisa savait bien que les choses n'étaient pas près de changer. Son entreprise, par exemple, était bien loin de ces prises de position hypocrites que l'on retrouvait sur le papier glacé des magazines disponibles à 'accueil. Et le fait qu'il y eût toujours un Noir, un Maghrébin ou un Asiatique dans les groupes photographiés pour les publicités n'y changeait rien - au contraire, ces minorités visibles devenaient caution, alibi. La diversité en vitrine. Il y avait deux poids, deux mesures. Même si Louisa n'était, dans le fond, pas mécontente de son poste d'assistante marketing, elle ne voyait par exemple pas ce qui justifiait qu'elle ne fût pas chef marketing ou responsable marketing. Six ans qu'elle se coltinait ce terme d'assistante dans toutes ses fonctions. Son destin était-il d'être assistante ? D'être éternellement une numéro deux ?
Les éléments, la vie, la société, les hommes semblaient s'être ligués contre elle. Tous. Depuis toujours.


  • Le courrier des auteurs : 09/06/2013

1) Qui êtes-vous ? !
Une femme qui écrit pour les jeunes et les moins jeunes, de la fiction et de la non-fiction - mais en réalité, si j'avais la réponse à cette question j'arrêterais d'écrire.

2) Quel est le thème central de ce livre ?
La fraternité, la différence, les quêtes individuelles de bonheur.
Et plus précisément : la fraternité s'apprend-elle ? Se travaille-t-elle ? S'entretient-elle ? Les liens du sang ont-ils plus ou moins d'importance que le temps passé ensemble ? Comment composer avec l'autre quand celui-ci ressemble précisément à ce que l'on rejette ? Quelles formes prennent les quêtes individuelles de bonheur, comment se révèlent-elles et s'expriment-elles ?

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ?
«Il n'est jamais trop tard pour se découvrir une famille.»

4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ?
Pour la mélodie, le sublime «Lérida (dans la ville de)» de Véronique Sanson, et toutes les couleurs par lesquelles le morceau fait passer.
Pour les paroles, «L'agriculteur» de Ridan et notamment cette phrase : «Je préfère vivre pauvre avec mon âme que vivre riche avec la leur.»

5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ?
Le champ des possibles. L'idée que qu'on agisse ou non, se poser des questions marque le début du changement. La conviction qu'il n'est jamais ni trop tôt ni trop tard pour chercher à être à sa place.


Copyright : lechoixdesbibliothecaires.com 2006-2019 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia