Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Inscrivez-vous àla Lettre des Bibliothécaires.

Bibliothécaires,partagez vos découvertes.

Clubs de lecture,envoyez vos choix.

Editeurs,valorisez vos livres.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

.. Une terre si froide

Couverture du livre Une terre si froide

Auteur : Adrian McKinty

Traducteur : Florence Vuarnesson

Date de saisie : 27/06/2013

Genre : Policiers

Editeur : Stock, Paris, France

Collection : La cosmopolite. La cosmopolite noire

Prix : 21.50 €

ISBN : 9782234072039

GENCOD : 9782234072039

Sorti le : 20/03/2013

  • Les présentations des éditeurs : 11/03/2013

«Par moments Une terre si froide fait penser à James Ellroy par la précision et l'intensité de la langue.»
The Glasgow Herald

Printemps 1981. Nouvellement promu et envoyé à Carrickfergus, en Irlande du Nord, le détective Duffy a à peine le temps de défaire ses valises qu'il est envoyé sur deux affaires apparemment différentes : ce qui apparaît comme le tout premier serial killer d'Irlande, et le suicide d'une jeune femme qui n'est pas tout à fait ce qu'il semble être. La tâche n'est pas simple, surtout quand l'une des victimes, directement impliquée avec l'IRA, a été aperçue juste avant sa mort faisant des affaires avec leur ennemi juré, le UVF. Pour Duffy, la question de savoir de quel côté pencher ne se pose pas : étant policier et catholique, tout le monde le déteste...L'Irlande des " événements " est décrite avec une intensité vibrante et le personnage de ce détective hors du commun donne à voir les effets de la haine entre catholiques et protestants.

Adrian McKinty est né et a grandi à Carrickfergus, Irlande du Nord. Après avoir étudié la philosophie à l'université d'Oxford, il a émigré aux États-Unis puis en Australie. Une terre si froide est le premier opus d'une trilogie consacrée à Sean Duffy.


  • Les courts extraits de livres : 11/03/2013

La ligne bleue

L'émeute revêt une beauté particulière à présent. Arcs de flammes au-dessus des feux d'essence, sous le croissant de lune. Balises pourpres de paraboles mystiques. Phosphorescence des canons de fusils à balles en caoutchouc. Au loin, une clameur, comme venue d'un navire torpillé où les hommes seraient restés prisonniers des cales. Trombe écarlate, sifflements mouillés des cocktails Molotov au contact de surfaces solides. Et partout, les hélicos, et leurs projecteurs qui se cherchent et se trouvent, tels des amants dans le ciel de l'au-delà.
Scène vue à travers l'objectif trouble de la pluie sur Belfast.
Depuis Knockagh Mountain, j'observe avec les autres, à proximité de la Land Rover. Personne ne parle. Les mots sont inappropriés. Pour ce tableau, il faut un Picasso, pas un poète.
Policiers et émeutiers forment deux fronts irréguliers, répartis sur une dizaine de rues, dont les extrémités sont tour à tour illuminées par les flashs des reporters et les projectiles enflammés, bouteilles de lait remplies d'essence, qui tombent en roulé-boulé sur le no man's land, telles des offrandes votives à la divinité des courbes.
De temps à autre, un camp donne la charge. Les deux lignes de front se touchent alors brièvement puis se découplent, pour revenir à leur position initiale.
Il règne une puanteur de société civilisée : poudre noire, cordite, mèches à retardement, kérosène.
Ça touche à la perfection.
C'est Giselle.
Le Lac des cygnes.
Et pourtant...
Pourtant, on a le sentiment d'avoir vu mieux.
En fait, on a vu mieux pas plus tard que la semaine précédente quand, dans le bâtiment hospitalier de la prison de Maze, Bobby Sands, un commandant de l'IRA, a définitivement passé l'arme à gauche.
Bobby était un gars du coin, il venait de Newtownabbey. C'était un pilier du mouvement, comme il était d'un milieu mixte catholique-protestant et qu'il n'avait jamais tué personne. Et un barbu, un bon Jésus, ce qui ne gâchait rien.
Bobby Sands était le maitreya, le maître universel, le martyr qui allait racheter l'humanité par ses souffrances.
Lorsqu'il est mort, au soixante-sixième jour de sa grève de la faim, les quartiers catholiques de la ville se sont soulevés, poussés par la rage et la frustration.
Mais il y avait une semaine de cela et Frankie Hughes, second gréviste de la faim à avoir succombé, n'avait aucun des atouts de Bobby. Personne ne pensait que c'était Jésus. Frankie aimait tuer et il faisait ça très bien. Frankie ne pleurait pas sur les enfants morts. Pas même devant les caméras.
Et les émeutes à l'occasion de son décès donnaient l'impression d'être quelque peu... orchestrées.


Copyright : lechoixdesbibliothecaires.com 2006-2019 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia