Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Inscrivez-vous àla Lettre des Bibliothécaires.

Bibliothécaires,partagez vos découvertes.

Clubs de lecture,envoyez vos choix.

Editeurs,valorisez vos livres.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

.. Le dernier stade de la soif

Couverture du livre Le dernier stade de la soif

Auteur : Frederick Exley

Préface : Nick Hornby

Traducteur : Philippe Aronson | Jérôme Schmidt

Date de saisie : 11/05/2013

Genre : Biographies, mémoires, correspondances...

Editeur : 10-18, Paris, France

Collection : 10-18. Littérature étrangère, n° 4630

Prix : 8.80 €

ISBN : 978-2-264-05743-3

GENCOD : 9782264057433

Sorti le : 17/01/2013

  • Les présentations des éditeurs : 11/05/2013

Sous un soleil aveuglant, Frederick Exley s'effondre, le corps rongé par la boisson. Ainsi débute la confession d'un marginal, errant à travers l'Amérique, noyant sa quête de gloire au gré des bars et déboires. De l'ivrogne au poète, du loser au rescapé, il signe une épopée titubante et féroce dont Nick Hornby, dans sa préface, salue l'époustouflant talent.

"On découvre, ému, avec plusieurs décennies de retard, ce roman d'assoiffé héroïque, sorte de testament bohème et férocement désabusé."
Emily Barnett - Les Inrockuptibles

Frederick Exley est néà Watertown en 1929. Après avoir obtenu, en 1953, un diplôme à l'Université de Californie du Sud, il rejoint New York, puis Chicago, ou il enchaîne divers boulots, notamment dans l'hôtellerie, comme greffier ou comme remplaçant de professeur d'anglais. Du côté familial, le parcours d'Exley n'est pas moins chaotique. Deux mariages, deux divorces. Deux enfants (des jumeaux). Beaucoup d'alcool, d'errances, d'échecs. En 1958, il effectue un premier séjour à l'hôpital psychiatrique. C'est au cours du second séjour qu'il commencera à écrire Le Dernier Stade de la soif. Paru en 1964, le livre remporte un vif succès auprès de la critique, et vaut à Exley de recevoir bourses et prix des fondations Rockefeller et Guggenheim. L'écrivain est né, qui entretiendra des correspondances avec les auteurs de son temps, comme John Cheever ou Don Delillo... A l'épreuve de la faim, son deuxième roman inédit, a paru aux éditions Monsieur Toussaint Louverture. Il meurt en 1992 à l'âge de 63 ans, à la suite de deux attaques cardiaques.


  • Les courts extraits de livres : 11/05/2013

Extrait de la préface de Nick Hornby

Les éditions Monsieur Toussaint Louverture - qui, dans leur sagesse infinie, ont décidé de sauver Le Dernier Stade de la soif du triste sort dont il était victime en France, celui du livre invisible - éditent des livres surprenants. Et, bien que Frederick Exley ait écrit un roman-autobiographie-fîctive-quel-que-soit-le-nom-qu'on-lui-donne qui contient quelques méditations sur le sport (et plus particulièrement sur les New York Giants et leur héros, Frank Gifford), il ne s'agit pas du tout - ne soyez pas surpris -d'un livre sur le sport. Il est vrai que les Giants hantent Le Dernier Stade de la soif - on pourrait même défendre l'idée qu'ils en constituent l'épine dorsale : le roman s'ouvre sur Frederick Exley dans un bar, au nord de l'État de New York, souffrant de ce qu'il croit être une attaque cardiaque, alors qu'il encourage son équipe en beuglant vers le poste de télévision. Mais cet après-midi de match n'est que l'annonce du point culminant de la narration, une infâme et honteuse bagarre nocturne entre ivrognes. Car, en revanche, il s'agit réellement d'un livre sur l'alcoolisme, l'écriture, le sexe, l'échec, l'autodestruction et l'Amérique - et quand je dis «réellement», je n'entends pas ce mot-là dans son sens critique habituel - comme on dirait, par exemple : «Gatsby le Magnifique est réellement un livre sur la mort des promesses», ou «Moby Dick est réellement un livre sur une baleine». L'alcool et l'échec ne sont pas des thèmes sous-jacents habilement recouverts d'une couche d'intrigues et de personnages, et vous n'aurez en aucun cas besoin de lire entre les lignes pour arriver jusqu'à eux. Exley se précipite sur ces sujets comme un taureau enragé, c'est ce qui rend ce livre si inoubliable - et, parfois, si dérangeant.
Ces dernières années, on a beaucoup entendu parler des romans-confessions à la première personne ; il s'agirait apparemment d'un genre «nouveau» inventé par Blake Morrison ou Giles Smith ou bien moi, qui avons simplement adapté, comme les écrivains le font souvent, une forme déjà existante à nos propres fins («Saint Augustin n'y serait-il pas pour quelque chose ?» me demanda sèchement un ami après avoir lu un article là-dessus dans les pages Livres du Guardian.) Mais à vrai dire, aucun d'entre nous n'a en fait jamais confessé pour de bon son terrible et véritable sort dans ses livres. En partie parce que nous espérons toujours toucher la corde sensible de nos lecteurs, or, pour cela, il est impératif que les lecteurs soutiennent notre cause, et non pas qu'ils soient effrayés. Alors, on peut confesser avoir brisé le mariage d'un ami à cause d'un match de foot - car tout le monde a fait ça un jour, c'est sûr - mais les histoires de sous-vêtements en vinyle, de poster géant de Margaret Thatcher... mieux vaut mettre le doigt dessus, les triturer, les bonifier, voire les faire disparaître. L'identification à l'auteur et la sympathie qu'on va lui accorder peuvent devenir problématiques si le livre qu'on est en train d'écrire s'aventure trop franchement sur le terrain de la vérité.


Copyright : lechoixdesbibliothecaires.com 2006-2019 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia