Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Inscrivez-vous àla Lettre des Bibliothécaires.

Bibliothécaires,partagez vos découvertes.

Clubs de lecture,envoyez vos choix.

Editeurs,valorisez vos livres.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

.. Un concours de circonstances

Couverture du livre Un concours de circonstances

Auteur : Waldman Amy

Traducteur : Laetitia Devaux

Date de saisie : 30/11/2012

Genre : Romans et nouvelles - étranger

Editeur : Ed. de l'Olivier, Paris, France

Collection : Littérature étrangère

Prix : 23.00 €

ISBN : 9782879296470

GENCOD : 9782879296470

Sorti le : 07/06/2012

  • Les présentations des éditeurs : 15/06/2012

Quelques années après le 11-Septembre, un jury se réunit pour choisir un projet de monument à la mémoire des victimes. À la stupeur générale, le vainqueur du concours est un musulman, l'architecte Mohammad Kahn. La presse s'empare de cette nouvelle et un débat féroce déchire l'opinion. Familles endeuillées, journalistes, jurés, tous réagissent avec violence. Les uns crient à l'outrage, les autres en appellent à la liberté. Considéré comme Le Bûcher des vanités des années 2000, Un concours de circonstances dresse le portrait d'un pays aux prises avec ses paradoxes. Avec un sens aigu du suspense, Amy Waldman explore les conséquences médiatiques, politiques et intimes de ce jour funeste qui a transformé à jamais l'Amérique.

Amy Waldman est journaliste. Elle a travaillé pendant près de dix ans pour le New York Times et a été correspondante pour The Atlantic. Spécialiste des questions internationales, elle a couvert les événements du 11-Septembre. Un concours de circonstances, son premier roman, a été un immense succès aux États-Unis.

«Un rythme et un suspense dignes d'un thriller.»
The Daily Telegraph

«Le lecteur sort bouleversé de ce roman qui donne une vision juste des réactions viscérales d'une ville, New York, et d'un pays tout entier.»
The New York Times



  • La revue de presse - Lire, novembre 2012

Dans ce roman ô combien sulfureux qui a suscité pas mal de débats outre-Atlantique, Amy Waldman sonde remarquablement les plaies du 11 Septembre, une crise spirituelle vertigineuse qui continue à attiser le feu des passions.


  • La revue de presse Elisabeth Franck-Dumas - Libération du 28 juin 2012

New York, écrivait le poète Wallace Stevens, est le creuset d'«intérêts infatigables et antagonistes». Ces forces contradictoires, qu'elles soient politiques, sociales ou ethniques, fournissent un formidable matériau romanesque à qui sait les exploiter. Ce fut le cas de Tom Wolfe dans le Bûcher des vanités, et c'est aussi celui de la journaliste Amy Waldman, qui dans son premier roman, Un concours de circonstances, met à profit littéraire les événements qui ont secoué la ville depuis dix ans, pour en tirer un remarquable portrait de l'Amérique post-11 Septembre...
Les personnages du livre sont certes chargés d'incarner diverses revendications identitaires, mais Waldman leur donne une densité qui leur évite de tomber dans la caricature. Asma Anwar, particulièrement, qui se souvient d'une croisière en bateau avec son mari dans les eaux de Manhattan, lorsqu'ils «s'étaient tenus par la main en regardant l'eau et avaient observé la ville, comme si, de loin, ils pouvaient enfin la comprendre» est le coeur vibrant du livre.


  • La revue de presse Marie-Laure Delorme - Le Journal du Dimanche du 10 juin 2012

Un concours de circonstances empoigne les contradictions de l'Amérique post-11-Septembre avec maestria...
Le ton est mordant, vif, profond. Amy Waldman aborde de front le problème, propre à l'art, de la complexité des choses. Toute réalité possède de multiples facettes, tout être humain possède des zones d'ambiguïté. Comment affirmer sans simplifier ? Comment raconter sans biaiser ? Comment juger sans dénaturer Les passages sur les médias, toujours à l'affût de "quelque chose" sur "quelqu'un", sont particulièrement bien vus. La personnalité de Mohammad Khan est fouillée, de fond en comble, au nom de la transparence. L'information n'est rien sans l'analyse. Ça alimente le débat mais ça ne l'enrichit pas. On trouvera toujours quelque chose de mal sur quelqu'un de bien. Il faut apprendre à vivre avec l'ombre d'un doute.


  • La revue de presse André Clavel - L'Express, juin 2012

Avec ce Concours de circonstances, Amy Waldman plonge sa plume dans les blessures de sa patrie en examinant -jusqu'au paradoxe- les conséquences à la fois sociales et spirituelles du mardi noir : une crise morale sans précédent, où le feu des passions et des peurs continue à couver. Au-delà de la question de l'islam et du sort de cette religion aux Etats-Unis, la romancière montre aussi comment les Américains réagissent face à leurs immigrés. Et comment les tensions s'exacerbent dans un pays où, imagine-t-elle, les musulmans se liguent en milices d'autodéfense et où les ennemis du Coran arrachent les foulards en pleine rue, en réplique à l'offense du 11 Septembre. Malgré son réalisme brûlant, Un concours de circonstances n'est pas un simple reportage sur une nation traumatisée. C'est un vrai roman, avec des personnages secondaires qui ne jouent pas les figurants...


  • Les courts extraits de livres : 15/06/2012

«Et les noms, demanda Claire. Où seront les noms ?
- Il s'agit uniquement d'une énumération, ça n'a rien à voir avec l'oeuvre», répondit Ariana, la sculptrice.
Il y eut des hochements de tête chez les différents artistes, le critique d'art et les deux spécialistes d'art public assis à la table du dîner. Tous étaient sous le charme d'Ariana Montagu - le membre le plus illustre du jury, sa personnalité dominante, et le problème majeur de Claire.
Ariana était en bout de table, à croire qu'elle présidait. Quatre mois durant, ils avaient délibéré autour d'une grande table ronde dépourvue de toute hiérarchie dans un immeuble de bureaux du sud de la ville surplombant de très haut la terre éventrée. Les autres jurés avaient toujours accepté que Claire, la veuve, soit assise dos à la fenêtre afin que le charnier se limite pour elle à un halo grisâtre le temps qu'elle rejoigne sa chaise. Mais ce soir-là, alors qu'ils étaient tous réunis à la table rectangulaire de la Gracie Mansion pour une ultime délibération, Ariana s'était adjugé - sans le moindre scrupule, sembla-t-il - la place d'honneur.
«La liste des morts y figurera, reprit Ariana. Le règlement du concours le stipule. Mais dans un mémorial réussi, ce ne sont pas les noms qui suscitent l'émotion.
- Pour moi, si», lança Claire d'un air crispé, non sans tirer une certaine satisfaction à voir les yeux baissés et les mines coupables des autres jurés.
Ils avaient tous perdu quelque chose, bien sûr. Ils avaient perdu l'idée que leur nation était intouchable; ils avaient perdu les icônes les plus reconnaissables de leur ville, et des amis ou des connaissances peut-être. Mais seule Claire avait perdu son mari.
Elle ne se priverait pas de le leur rappeler à la fin de la soirée, lorsqu'ils choisiraient enfin le mémorial. Ils avaient examiné cinq mille dossiers anonymes jusqu'à n'en garder que deux. La décision finale aurait dû être simple. Mais, au bout de trois heures de discussion, deux tours de vote et de trop nombreuses bouteilles de vin en provenance de la cave personnelle du maire, la conversation était devenue hachée, hargneuse et redondante. Le Jardin était trop beau, n'arrêtaient pas de répéter Ariana et les autres artistes à propos du choix de Claire. Ils gagnaient leur vie grâce à leur vision des choses, mais dès qu'il s'agissait du Jardin, leur regard divergeait du sien.


Copyright : lechoixdesbibliothecaires.com 2006-2019 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia