Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Inscrivez-vous àla Lettre des Bibliothécaires.

Bibliothécaires,partagez vos découvertes.

Clubs de lecture,envoyez vos choix.

Editeurs,valorisez vos livres.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

.. Petit précis de mondialisation. Volume 3, Sur la route du papier

Couverture du livre Petit précis de mondialisation. Volume 3, Sur la route du papier

Auteur : Erik Orsenna

Date de saisie : 27/05/2012

Genre : Documents Essais d'actualité

Editeur : Stock, Paris, France

Prix : 21.50 €

ISBN : 978-2-234-06335-8

GENCOD : 9782234063358

Sorti le : 29/02/2012

  • Les présentations des éditeurs : 19/06/2012

«Un jour, je me suis dit que je ne l'avais jamais remercié.
Pourtant,.je lui devais mes lectures.
Et que serais-je, qui serais sans lire et surtout sans avoir lu ?
Pourtant, c'est sur son dos que chaque matin, depuis près de soixante années, je tente de faire avancer, pas à pas et gomme aidant, mes histoires.
Et que serait ma vie sans raconter ?
Je n'avais que hop tardé. L'heure était venue de lui rendre hommage. D'autant qu'on le disait fragile et menacé.
Alors j'ai pris la route. Sa route.
De la Chine à la forêt canadienne, en passant par la Finlande, la Suède, la Russie, l'Inde, le Japon, l'Indonésie, l'Ouzbékistan, le Brésil, l'Italie, le Portugal et bien sûr la France, j'ai rendu visite aux souvenirs les plus anciens du papier. Mais je me suis aussi émerveillé devant les technologies les plus modernes. Saviez-vous que le chiffre d'affaires planétaire du papier l'emporte sur celui de l'aéronautique ?

Comme je me préparais au départ, une petite voix m'avait soufflé : "Deux mille ans que la planète et le papier cohabitent. Plus tu en sauras sur lui, mieux tu apprendras sur elle." La petite voix n'avait pas tort.»

E. O.



  • La revue de presse Fabrice Drouzy - Libération du 3 mai 2012

Papiers des temps jadis, précieux manuscrits racontant l'histoire des royaumes et des dieux, oeuvres d'art, livres, cartons, journaux ou emballages de yaourt et lingettes hygiéniques... L'histoire du papier est également celle d'un combat pour sans cesse améliorer la qualité, produire en quantité suffisante, recycler - et, dans ce domaine, les efforts sont réels et la technologie, au rendez-vous. Une histoire sans fin, cyclique, riche en allégories et métaphores, que l'on feuillette avec bonheur.


  • La revue de presse Marianne Payot - L'Express, mars 2012

L'académicien aventurier narre l'histoire du papier, inventé par les Chinois un siècle et demi avant notre ère. Le lecteur le suit volontiers dans son périple. Pour qui connaît son petit Orsenna sur le bout du doigt, la recette - une question, un lieu, un personnage - est simple, efficace et gagnante. Tout le monde, en effet, s'y retrouve avec ce triptyque : les assoiffés de connaissances, les friands de géopolitique, les amoureux d'histoires vécues. Après l'avoir étrenné avec le coton (sans parler du caoutchouc, roi de sa lointaine Exposition coloniale, Goncourt 1988) et appliqué à l'eau, c'est aujourd'hui au papier qu'il consacre son troisième Petit précis de mondialisation. Heureux Orsenna ! Qui, pour avoir trouvé la formule magique, assouvit son insatiable curiosité et sa frénésie de voyages. Et bienheureux lecteur, qui, faute de pouvoir accumuler les miles, pérégrine en compagnie du malicieux académicien !


  • La revue de presse Jacques Drillon - Le Nouvel Observateur du 8 mars 2012

Pour vous raconter l'histoire et la géographie du papier, Erik Orsenna prend son temps. Il vous enseigne des choses. Il est un professeur qui aurait revêtu l'uniforme du reporter. Il prend garde à n'être ni trop spirituel ni trop brillant : on n'est pas là pour l'admirer, mais pour apprendre, comme à la dure époque des documentaires animaliers de la télévision. De manière que vous le suiviez sans effort, il s'émerveille, fait des gaffes, s'inquiète : «A la descente du train, avions-nous choisi le bon taxi ?»; et nous, les lecteurs, qui nous émerveillons, qui gaffons, qui nous inquiétons, ne sommes jamais abandonnés - c'est bien agréable.


  • La revue de presse Mohammed Aïssaoui - Le Figaro du 1er mars 2012

Bienvenue chez Erik Orsenna pour son nouveau livre : Sur la route du papier, petit précis de mondialisation. L'académicien y rend hommage à un vieil ami de l'écrivain : le papier, en présentant ses techniques de fabrication ancestrales ou, au contraire, ses procédés de traitement les plus modernes. Pour cela, il a fait le tour de la planète (et exhumé des histoires incroyables là où l'on s'attendait à un essai). Bien sûr, on n'est plus surpris : on sait que l'écrivain possède cet art de rendre passionnants les sujets les plus ardus. Les deux premiers Précis de mondialisation étaient déjà de cette veine-là,Voyage au pays du coton et L'Avenir de l'eau. Immenses succès en librairie.


  • La revue de presse Bruno Frappat - La Croix du 29 février 2012

Erik Orsenna, le jubilatoire écrivain, s'est avisé un jour qu'il n'avait pas assez remercié le papier pour le rôle joué dans sa vie. Que serait devenu un écrivain, sans papier ? Il a donc entrepris, comme un Tintin moderne, d'aller sur ses traces, de se remettre dans ses pas, tant du point de vue géographique qu'historique, pour en faire l'éloge. Cela donne cette jolie balade spatio-temporelle, troisième tome de son Petit précis de mondialisation (après le coton et l'eau)...
Pour écrire son enquête enjouée, notre écrivain s'est transporté de la Chine à la Finlande, du Canada à la bonne ville de Grenoble (auprès des chercheurs du Centre technique du papier), des forêts saccagées de Sumatra où veillent des mafias papetières à celle des Landes, voulue par Napoléon III ou à celles du Minas Gerais (Brésil) où l'on commence à faire attention à ne pas désespérer la nature...
Mais chaque jour vérifie cette constatation contre laquelle ne peuvent lutter les prophètes du numérique : tout finit par du papier. Tout aspire au papier. On en reparle dans vingt-deux siècles ?


  • Les courts extraits de livres : 19/06/2012

Introduction

Un jour, je me suis dit que je ne l'avais jamais remercié. Pourtant, je lui devais mes lectures. Et que serais-je, qui serais-je sans lire et surtout sans avoir lu ?
Pourtant, c'est sur son dos que chaque matin, depuis près de soixante années, je tente de faire avancer, pas à pas et gomme aidant, mes histoires.
Et que serait ma vie sans raconter ?
Je n'avais que trop tardé. L'heure était venue de lui rendre hommage D'autant qu'on le disait fragile et menacé. Alors j'ai pris la route. Sa route. Cher papier !
Chère pâte magique de fibres végétales !

* * *

Comme pour me souhaiter bon voyage, un souvenir m'est revenu. Lorsque, début juillet, nous partions pour deux mois de Bretagne, le bonheur de retrouver ma chère île de Bréhat était gâché par l'obligation de quitter mes amis livres. J'avais beau ruser, cacher Les Trois Mousquetaires entre les cirés, le catalogue des Armes et Cycles de Saint-Étienne sous les bottes, Sans famille ou le Bon petit diable au milieu des boîtes de confiture cinq kilos fraises et pommes ou prunes et pommes, ou pêches et pommes (pourquoi toujours de la pomme dans les confitures de l'après-guerre ?), mon père détectait infailliblement ces intrus et les renvoyait dans ma chambre.
- Mais qu'est-ce que tu crois ? Regarde par la fenêtre. Je n'ai pas un camion mais une Frégate (ou une Chambord).
C'est alors que, rituellement, ma mère s'exclamait, sans doute pour me consoler, et aussi pour humilier mon père dont elle avait une bonne fois pour toutes décidé que les connaissances historiques étaient nulles :
- Ma parole ! Erik se prend pour le vizir de Perse ! Je jouais la stupéfaction.
- Quel vizir maman ?
- Mais voyons, Abdul Kassem Ismaïl.
Internet n'existait pas à l'époque, je ne parvenais pas à en savoir plus sur ce Grand Vizir, relation personnelle de ma mère.
Son principal trait de caractère semblait être la passion qu'il éprouvait pour ses cent dix-sept mille livres. L'idée de se séparer d'eux un seul jour lui était insupportable. Alors, chaque fois qu'il se déplaçait, il les emportait. Ou plutôt, il avait confié cette tâche à quatre cents chameaux.
Mais le plus étonnant n'était pas là. Nombre de monarques et de présidents se font suivre en convois par leurs objets et courtisans favoris. Abdul Kassem Ismaïl avait le goût de l'ordre autant que des livres. En conséquence, les quatre cents chameaux avançaient selon l'ordre alphabétique des ouvrages dont ils avaient la charge.
Comme on s'en doute, ma mère ne laissait pas passer cette occasion d'une petite leçon de vie.
Soudain, elle soupirait à fendre l'âme.
- Quand je constate le désordre de ta chambre, je me dis que tu ne seras jamais vizir.
In petto, je jurais, bien sûr, de lui donner tort. Et, durant tout notre long voyage, je m'évadais de cette RN 12 qui nous menait vers l'Ouest, je rêvais de sable et d'oasis, de ma future bibliothèque nomade de cent dix-sept mille volumes.
Quand mon premier chameau (livres AA à AC) atteindrait Saint-Hilaire-du-Harcouët, où en serait le quatre centième, celui des Z ?


  • Le courrier des auteurs : 19/06/2012

Chers amis libraires,

«Au commencement était la librairie...»

Je n'oublie pas les premiers mots d'une Exposition coloniale que j'ai eue la chance de publier au Seuil à la fin des années quatre-vingts.

Je ne vous écris pas si souvent ; notre relation affective est telle qu'il m'est toujours apparu saugrenu de vous conseiller tel ou tel livre, de vous faire part de mes coups de coeur. Je choisis aujourd'hui de vous adresser ces quelques lignes car il me semble que notre vie, comme notre survie, n'a jamais été aussi liée et menacée.

La meilleure défense de notre activité passionnée la voilà : exprimée dans le nouveau livre d'Erik Orsenna qui conserve au papier toute sa reconnaissance et son attachement.

Une occasion unique de parcourir deux millénaires d'histoires d'hommes et de vies, car n'oublions jamais que ce seront toujours les hommes, main dans la main, qui écriront, fabriqueront, diffuseront, conseilleront, liront et préserveront les livres.

Et comme le dit Erik Orsenna, que serions-nous, qui serions-nous sans lire et surtout sans avoir lu ?

Dans le contexte très délicat que nous connaissons, je veux renouveler mon indéfectible soutien au métier essentiel qui est le vôtre.

Amicalement,
Jean-Marc Roberts


Copyright : lechoixdesbibliothecaires.com 2006-2019 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia