Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Inscrivez-vous àla Lettre des Bibliothécaires.

Bibliothécaires,partagez vos découvertes.

Clubs de lecture,envoyez vos choix.

Editeurs,valorisez vos livres.

A ne pas manquer

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

Jérôme Ferrari

livre son plus beau texte depuis Où j'ai laissé mon âme...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Gaëlle Nohant

carbure au thé (au gingembre)...

Elmore Léonard

a résumé son art en «Dix règles d'écriture»...

DOA

est romancier à la Série Noire, Gallimard...

Jean-Robert Pitte

est un géographe heureux de vivre et de voyager...

Fanny Chiarello

suit avant tout son intuition...

Laurent Joffrin

est directeur de Libération, historien amateur, marin d'eau douce, guitariste malhabile, journaliste toujours passionné...

Xavier Mauduit

est un docteur en histoire qui joue au saltimbanque ou une sorte de saltimbanque qui fait de l'histoire....

Jake Hinkson

fils de prêcheur baptiste, a pioché son inspiration dans ses souvenirs d'enfance...

Madeleine Chapsal :

"Les librairies sont des endroits sacrés, comme les églises !"

Alexakis Vassilis

décrit Paris comme au premier jour d'un amour...

Anne Percin

aimerait partager un secret...

Gwenaëlle Abolivier

voyage dans les pas de Cendrars...

Raphaëlle Bacqué

écrit la nuit, son chat sur les genoux...

Russell Banks

affectionne la nouvelle...

Larry Tremblay

est né à Chicoutimi, au Québec...

Roger Béteille

est un esprit cartésien dévoyé par le virus de l'écriture...

Jean-Jacques Carrère,

enseignant puis responsable mutualiste, se consacre désormais à l'écriture...

Michèle Lesbre

emprunte les chemins buissonniers de la mémoire...

Emmanuelle Pagano

explore nos relations avec l'eau et ses détours...

Sylvie Gracia

réalise une broderie fine à petits points serrés...

Jean-Noël Orengo

a tout abandonné pour écrire La Fleur du Capital...

Pour Jean-Luc Hees

Le journalisme est un des plus beaux métiers du monde...

Antoine Piazza

raconte l'hospitalisation de son épouse gravement accidentée...

Christel Noir

écrit avant que le soleil se lève...

Iegor Gran

mène une réflexion vertigineuse sur l'identité et ses failles...

Josef Winkler

livre son «requiem pour une mère»...

Thibaut Chatel

est un enfant de la balle

Tiffany Tavernier

aimerait partager l'émerveillement...

Gérard de Cortanze

aime les livres en papier...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Laurent Graff

est un ermite sur pattes...

Arnaldur Indridason

dépasse le thriller...

Karin Müller, dans le passé,

s'est mise dans la peau et les pinceaux de Nicolas de Staël...

Paula Jacques

"fonctionne" avec la régularité d'un clerc de notaire

Alain Guyard

est philosophe forain, bonimenteur de métaphysique, décravateur de concept, et pétomane mental (uniquement sur rendez-vous).

Raphaëlle Riol

écrit nécessairement en compagnie de mon chat...

Hayao Kawai

a cette rare qualité de sourire en se remettant en question...

Miguel Bonnefoy

est soutenu par la presse, et par les libraires...

Michel Maisonneuve

aimerait partager le rire, l'émotion, la fraternité...

Océane MADELAINE

est céramiste et écrivain

Alexakis Vassilis

poursuit son dialogue avec Jean-Marc Roberts, son éditeur et ami, trop tôt disparu...

Laurence Garcia

aime la petite et la grande histoire...

Cécile Huguenin

est une nomade...

Maurice Ravel

rejoint Bar-le-Duc, puis Verdun, en mars 1916...

Valérie PARENT

est amoureuse des chats...

François Foll

partage sa foi dans les vertus de la curiosité intellectuelle...

Arrigo Lessana

a été chirurgien du coeur pendant plus de trente ans...

L'épopée de Jean Rolin

réussit le tour de force d'être aussi flippante que burlesque...

Riad Sattouf

est né d'un père syrien et d'une mère bretonne...

Jacques Expert

n'écrit jamais de plan, et ne connait pas la fin de ses histoires...

Félicie Dubois

enfant, rêvait d'être posthume...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Jérôme Garcin

est maître de la littérature généreuse...

Aude Fieschi

propose une promenade dans les «souvenirs» du peintre et dessinateur de génie Hokusaï

Mathilde Bach

est la raductrice d'Aucun homme ni dieu, de William Giraldi

Russell Banks

revient avec douze nouvelles qui sont autant de pépites...

Abdellah Taïa

brise les tabous...

La maîtrise de Virginie Despentes

impressionne...

Léonor de Récondo

excelle à promener un regard très contemporain sur les époques passées...

La parution de LoveStar en Islande

a lancé la carrière ­d'Andri Snaer Magnason...

Olivier Cadiot

navigue de théâtre en poésie...

Jean Rolin

est du côté des rêveurs...

Alain Dual

est juriste la journée et dessinateur la nuit...

Le philosophe Marcel Conche

ne pourrait se passer des librairies...

Franck Thilliez

Homme du Nord, raconte des histoires aussi noires que le charbon...

L'histoire du vitrail

est une passion...

Mathieu Burniat

raconte la passion de la cuisine...

Alain Rey

recherche la beauté...

Emmanuel Pierrat

écrit tard la nuit, et très longtemps...

Renaud Lavillenie

raconte sa passion pour la perche...

Gaëlle Heureux

aime partager une certaine mélancolie et le goût d'en rire...

Andrea H. Japp, la reine du crime

voulait devenir cantatrice, mais elle chante faux...

Frédérique Martin

est une infatigable voyageuse immobile...

Denise Bombardier

ne s'enfange pas dans les fleurs du tapis (elle ne fait pas de manières...)

André Brink

fait merveille...

Le Journal de Paul Nizon

est poignant...

Quand on aime lire on n'est jamais seul !

Découvrez le portrait d'Alexandra de Broca...

Lieve Joris

tente de saisir l'extrême complexité du monde...

Clémence Weill, Grand Prix de littérature dramatique 2014

écrit principalement des dialogues, les dessine, les teste, les ratiboise...

Eddie Breuil

propose une relecture des Illuminations...

Renata Ada-Ruata

souhaite partager ses émotions de lecture...

François Esperet

est un poète épris de raconter...

Jean Rouaud

écrit le matin, dans son bureau, en silence...

Lawrence Block

a rejoint le club très fermé des maîtres américains du roman noir...

Emma Dayou

fait confiance à son inconscient...

Alfred Brendel

met sa fantaisie au service de l'écriture...

Kamel Daoud

n'imagine pas sa vie sans écrire...

Lydie Salvayre, Prix Goncourt 2014,

est soutenue, aussi, par les libraires...

Geluck

signifie «chance» ou «bonheur» en flamand...

Pierre-Marie Beaude

partage sa passion pour le judaïsme ancien et les origines chrétiennes...

Virginie Megglé

nous invite à devenir auteur et acteur de notre vie...

Jean d'Ormesson

parle de la consolation...

Patrick Modiano,

Prix Nobel de littérature, raconte le mystère de l'inspiration et son amour infini des librairies...

Laurent Mauvignier

est l'invité de La Grande Librairie...

Éric Vuillard

est l'invité de La Grande Librairie...

Alice Ferney

est l'invitée de La Grande Librairie...

Un monde flamboyant

est soutenu par les libraires et par la presse...

Ito Ogawa

enchante par la poésie le monde réel...

Frédérique Hébrard

a grandi sur les genoux de Malraux, Guilloux, Saint Exupéry, Prévost...

ZEP :

Le trait du dessinateur est comme sa voix...

David Foenkinos

le sait : l'amour sauve...

Geneviève Brisac

baigne dans le fleuve immense des livres...

Olivier Bellamy

partage l'amour des pianistes solitaires et courageux...

Daniel Lacotte

est un écriveur...

Emmanuel Carrère

est un des chocs de la rentrée...

Francine Perrot

invite à découvrir les trésors qui sont en nous...

Jean-Louis Fournier

a voulu acheter une brosse à dents...

.. Petite musique pour amoureux

Couverture du livre Petite musique pour amoureux

Auteur : Lawrence Durrell

Préface : Michel Déon

Traducteur : Annick Le Goyat

Date de saisie : 21/06/2012

Genre : Romans et nouvelles - étranger

Editeur : Buchet Chastel, Paris, France

Collection : Littérature étrangère

Prix : 22.00 €

ISBN : 978-2-283-02520-8

GENCOD : 9782283025208

Sorti le : 16/02/2012

  • Les présentations des éditeurs : 07/03/2012

Lawrence Durrell (1912-1990) aurait eu cent ans cette année. Pour célébrer cet anniversaire, Buchet/Chastel, son éditeur historique depuis 1957, nous propose sa toute première oeuvre, écrite à l'âge de vingt ans et jamais traduite à ce jour.
Publié à Londres en 1935, Petite musique pour amoureux est le roman d'apprentissage du jeune Walsh Clifton, écartelé entre son Inde maternelle et son Angleterre paternelle, contraint d'abandonner une enfance libre et sauvage dans l'Himalaya pour se plier aux conventions de l'Angleterre étriquée et décadente des années vingt...
Marqué par l'Inde coloniale et animé par une conscience aiguë de l'exil et de la perte, Walsh nous touche par sa candeur désarmante face aux blessures à vif de la passion...
Parce que Petite musique pour amoureux est très largement autobiographique et fait la part belle à une expression intimiste des émotions, Lawrence Durrell n'en a jamais autorisé la réédition de son vivant.

Lawrence Durrell est né en Inde le 27 février 1912. Il quitte très vite l'Angleterre pour s'installer en Grèce avant d'exercer diverses fonctions diplomatiques.
De ses affectations dans le monde notamment méditerranéen, il tire des toiles de fond exceptionnelles pour ses romans, en particulier pour son chef-d'oeuvre, Le Quatuor d'Alexandrie. Il s'éteint à Sommières, dans le sud de la France, le 7 novembre 1990.



  • La revue de presse Josyane Savigneau - Le Monde du 21 juin 2012

Pour les 100 ans de l'auteur du " Quatuor d'Alexandrie ", voici traduit son premier roman...
Durrell l'avait écrit à 20 ans et, après sa publication à Londres en 1935, il avait interdit sa réédition. Probablement parce que ce roman d'apprentissage lui semblait à la fois trop autobiographique, trop naïf et comportant quelques longueurs. On est cependant heureux de découvrir l'histoire de Walsh Clifton, jeune Anglo-Indien qui, comme Durrell, a passé en Inde une enfance enchantée et libre. Son père, John, veuf, est ingénieur des chemins de fer et il emmène son fils avec lui, jusqu'à ce que sa tante Brenda décide de prendre en main l'éducation du petit Walsh.


  • La revue de presse Marianne Payot - L'Express, février 2012

L'enfant naquit aux premiers jours de la mousson." C'est ainsi que débute Petite Musique pour amoureux, le premier roman, inédit en France, qu'écrivit Lawrence Durrell à l'âge de 20 ans et qu'il publia à Londres en 1935. Un premier roman largement autobiographique, qu'il refusa de rééditer de son vivant. "Cela dit, l'auteur est-il bon juge de lui-même ?", s'interroge Michel Déon dans la préface de l'ouvrage, considèrant ces pages superbement traduites comme "d'un intérêt majeur".


  • Les courts extraits de livres : 07/03/2012

Maclean resta longtemps assise sur l'une des chaises inconfortables. L'air maussade, indifférent, elle feuilletait lentement un manuel de construction de ponts choisi au hasard sur l'étagère ; de temps à autre, elle tournait le livre de côté pour regarder les illustrations. Dans la clarté du petit matin, le sommeil la gagnait peu à peu. La température avait fraîchi. Les reflets de la lumière du jour sur les flaques d'eau, dans les replis du terrain, troublaient la vue. Elle était exténuée, et seul le mouvement mécanique de son doigt tournant les pages la tenait en éveil. La perspective du voyage de retour à Akyad la rendait morose. Il lui fallait se mettre en route sans délai, pendant que la pluie se renforçait en vue d'un prochain assaut ; mais même en partant sur-le-champ, se disait-elle pour excuser son apathie, le chemin serait un véritable marécage, et Dieu seul savait quels dégâts avait causés la crue de la rivière.
Elle se demandait où avait disparu Clifton. Il allait prendre froid à errer sous la bruine. Elle l'imaginait trébuchant sur les terrassements, marmonnant dans sa barbe, écartant les débris à coups de bottes. Quel âge avait-il ? S'offenserait-il si elle envoyait un domestique lui porter un manteau ?
Ses paupières se fermaient. Fatiguée... pas fautive...
Elle fut réveillée en sursaut par ces mots, hurlés dans sa tête. Non. Pas fautive. Les circonstances avaient joué contre elle. Les circonstances. Un mot inapproprié pour résumer de maudites défaillances... la faim, la peur, la lassitude... Les circonstances. L'écho se prolongea dans le silence. Elle espérait être assez forte pour chasser le cri de sa tête, mais cet espoir la mettait au supplice car elle se savait trop faible pour le satisfaire. Un immense apitoiement sur elle-même l'envahit. Elle murmurait par intermittence sa vaine consolation : «Pas fautive. Pas fautive.» Ses lèvres étaient à vif, craquelées.
Pour Clifton, c'était différent, se dit-elle en effleurant de sa langue la gerçure salée de sa lèvre inférieure. Il avait pour lui la vigueur de la jeunesse, la force et l'énergie, et toutes sortes d'activités qui facilitaient la convalescence affective. La récupération était une question de temps et il avait la vie devant lui. Elle chercha à se rappeler une phrase lue quelque part... chez Ella Wheeler Wilcox peut-être... Kipling... ou un autre, mais la citation lui échappait. Elle avait oublié.


Copyright : lechoixdesbibliothecaires.com 2006-2015 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia