Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Inscrivez-vous àla Lettre des Bibliothécaires.

Bibliothécaires,partagez vos découvertes.

Clubs de lecture,envoyez vos choix.

Editeurs,valorisez vos livres.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

.. Reflets de l'âme : projection et recueillement selon la psychologie de C.G. Jung

Couverture du livre Reflets de l'âme : projection et recueillement selon la psychologie de C.G. Jung

Auteur : Marie-Louise von Franz

Traducteur : Jacqueline Steib-Blumer

Date de saisie : 24/11/2011

Genre : Psychologie, Psychanalyse

Editeur : Entrelacs, Paris, France

Prix : 18.00 €

ISBN : 978-2-908606-74-4

GENCOD : 9782908606744

Sorti le : 25/10/2011

  • Les présentations des éditeurs : 20/12/2011

Nouvelle traduction de l'édition allemande revue par Jacqueline Steib-Blumer

Depuis toujours, le phénomène de la projection passionne les grands psychologues du monde, et au premier chef Carl Gustav Jung, car elle est l'une des principales causes de souffrance de l'âme et de l'esprit humains.

Collaboratrice d'élection de Jung, Marie-Louise von Franz, avec la vitalité que nous lui connaissons, nous livre, dans Reflets de l'âme, tout ce qui permet de bien comprendre comment, de manière inconsciente, nous renvoyons à l'extérieur de nous-mêmes ce qui s'y trouve caché, enfoui, le positif comme le négatif. Une sorte «d'effet de miroir» nous conduit à observer ces reflets chez les autres, comme s'il s'agissait de quelque chose d'extérieur à nous.

Marie-Louise von Franz assoit sa magistrale démonstration sur une analyse rigoureuse remontant aux racines de l'histoire et aux sources des mythes et nous invite ardemment à élucider avec courage chacune de nos projections. De nombreuses difficultés, douleurs et conflits, personnels ou collectifs, pourraient ainsi être évités.

Marie-Louise von Franz a travaillé avec Carl Jung, qu'elle a rencontré en 1933 et l'a suivi jusqu'à sa mort en 1961. Elle a fondé l'Institut C. G. Jung de Zurich. En tant que psychothérapeute, elle dit avoir interprété plus de 65 000 rêves, elle a surtout pratiqué à Küsnacht, en Suisse. Marie-Louise von Franz a également écrit plus de 20 volumes sur la psychologie analytique, notamment sur les contes de fées qui se rapportent à la psychologie des profondeurs. Elle a également écrit sur des sujets tels que l'alchimie. Ses livres ont tous été traduits en français.


  • Les courts extraits de livres : 20/12/2011

QU'EST-CE QUE LA PROJECTION

La Projection au quotidien

Le terme de projection a été emprunté à Sigmund Freud par Carl Gustav Jung ; mais en raison de sa conception différente de l'inconscient, ce terme a cependant fait l'objet d'une interprétation tout à fait nouvelle. En effet, Jung désigne par projection un état de fait psychologique qui peut s'observer partout dans la vie quotidienne des hommes, à savoir le fait que nos idées concernant autrui et diverses situations sont très souvent erronées, sujettes à de faux jugements qu'il convient de corriger ensuite à la faveur d'une vision plus juste des choses. En pareil cas la plupart des gens se contentent de constater qu'ils s'étaient trompés sans chercher davantage à savoir d'où le préjugé ou la conception inadéquate a bien pu leur venir. Or, le psychologue ne saurait faire l'économie de cette question puisqu'il s'occupe plus particulièrement de réajuster ce genre de faux jugements chez des êtres humains normaux quelque peu névrosés, car il doit souvent combattre en premier lieu de tels complexes d'idées «dérangées» dans la mesure où celles-ci empêchent ses patients de s'adapter convenablement à la vie. Et s'il lui arrive d'être confronté à des idées maniaques pathologiques ou même à tout un système de manies comme on en trouve, par exemple, chez les paranoïaques, la question de savoir d'où proviennent de telles conceptions fausses se pose avec acuité parce que, comme on le sait, ces systèmes maniaques ne se laissent pas défaire aisément par une compréhension plus rationnelle ; il semble bien au contraire que le malade s'y cramponne avec toutes les fibres de son être. La question des origines d'un tel complexe fantasmatique capable de rendre malade est dès lors posée.
Freud a été frappé en particulier par le fait que les imprégnations justes ou fausses, reçues au cours des premiers contacts de l'enfant avec ses parents ainsi qu'avec ses soeurs et frères, jouent un rôle primordial. Ainsi, par exemple, un enfant qui a eu une expérience spécifique du père ou de la mère sous forme négative, aura tendance, plus tard dans sa vie, à projeter la même image négative du père ou de la mère sur des hommes ou des femmes plus âgés, ce qui l'empêchera de rencontrer ces personnes et d'en faire l'expérience en dehors de tout préjugé. L'image négative habite son intérieur, en quelque sorte mise en réserve, et sera «projetée» sur l'objet extérieur à la première occasion.
À y regarder de plus près, il ne s'agit cependant pas d'une image mémorisée, comme on pourrait le croire, mais il y a là un complexe de propriétés qui caractérisent une partie de la personne qui les abrite. Prenons l'exemple d'un fils qui ressent son père comme quelqu'un de fort tyrannique. Non seulement il projettera souvent les propriétés d'un tyran sur les personnes revêtues d'autorité ou sur des figures paternelles telles que le médecin, le supérieur au travail ou sur l'État, mais lui-même fera montre - quoiqu 'inconsciemment - d'un comportement tyrannique. De nos jours, on n'a plus guère besoin d'amener les preuves de ces réalités là : Tout le monde peut voir à quel point ceux qui prônent l'anti-autoritarisme arborent des manières de faire tyranniques et autoritaires. Cette nature «tyrannique» n'est pas un souvenir du père qui fausserait l'aperception de la réalité, mais c'est surtout l'image d'une qualité tout à fait réelle propre à celui qui la projette, mais dont il n'est pas conscient le moins du monde.
C'est en cela que la projection diffère de la simple erreur de jugement. Cette dernière peut se corriger sans difficultés par une information plus adéquate ; elle se dissout alors comme la brume du matin dispersée par les rayons du soleil. En revanche, s'il s'agit d'une projection, la personne concernée se défend le plus souvent avec véhémence contre toute tentative de réajustement ou, si elle l'accepte, elle tombe en dépression. Elle se sent diminuée et déçue parce que l'énergie psychique, investie dans la projection, lui a été retranchée au lieu de lui revenir.
C'est pourquoi Jung définit la projection comme une transposition inconsciente, non intentionnelle, non perçue, d'un état psychique subjectif vers le dehors, sur un objet extérieur. On y «voit» quelque chose qui en réalité n'y est pas ou n'y est que très peu. Il arrive très rarement, sinon jamais, que, dans l'objet choisi, il n'y ait aucune trace de ce qui est projeté. Jung parle par conséquent du «crochet» offert par l'objet, servant à celui qui projette d'y accrocher sa projection comme on suspendrait un manteau à une patère. Prenons pour exemple l'«antiautoritaire» qui projette : il aura du mal à accrocher son image du tyran à un pauvre ver de terre docile et humble. Mais aussitôt qu'il se trouvera face à une personne faisant tant soit peu preuve d'affirmation de soi ou de pouvoir, l'image du tyran, gardée latente dans celui qui projette, sautera sur elle. (...)


Copyright : lechoixdesbibliothecaires.com 2006-2019 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia