Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Inscrivez-vous àla Lettre des Bibliothécaires.

Bibliothécaires,partagez vos découvertes.

Clubs de lecture,envoyez vos choix.

Editeurs,valorisez vos livres.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

.. Rom@

Couverture du livre Rom@

Auteur : Stéphane Audeguy

Date de saisie : 10/11/2011

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Gallimard, Paris, France

Collection : Blanche

Prix : 17.50 €

ISBN : 978-2-07-012321-6

GENCOD : 9782070123216

Sorti le : 25/08/2011

  • Les présentations des éditeurs : 20/09/2011

«Quatre lettres tirées aux loteries de l'histoire : Roma. Et tous ces grands savants qui se penchaient sur moi ; certains me déclarant femelle, comme une louve ou comme une putain, d'autres disant que je devais mon nom au mâle fondateur qui traça mon enceinte. Moi, je ne disais rien, naturellement ; mais n'en pensais pas moins. Au petit jeu fastidieux de la vérité je leur souhaitais bien sûr tout le plaisir du monde, et ne m'en mêlais pas. Enfin j'avais vécu, comme toi, mon amour, comme tout le monde : une vie, toute une vie, rien qu'une vie.»
Pourquoi la ville de Rome ne prendrait-elle pas la parole dans un roman ? Les animaux le font bien dans les fables. Et l'on peut espérer qu'une ville a autant à nous dire que la plupart des hommes.
Au reste, on se lasse de tout, y compris d'être éternel. Il arrive que Rome ait des moments d'absence. Il se passe alors des choses étranges : Audrey Hepburn reprend des vacances romaines, Mussolini du service, et des fauves de nouveau bondissent dans l'arène du Colisée. Quand le temps est hors de ses gonds, d ne reste aux hommes comme aux villes qu'à tenter d'en sortir : cela s'appelle l'amour.

Stéphane Audeguy est romancier ; il a publié La théorie des nuages (2005), Fils unique (2006), Nous autres (2009).



  • La revue de presse Francine de Martinoir - La Croix du 9 novembre 2011

Après avoir inventé une vie au frère oublié de Jean-Jacques Rousseau dans Fils unique et, dans Nous autres, fait parler les morts d'une région d'Afrique, Stéphane Audeguy donne la parole à Rome. Qu'il l'imagine, suivant les moments, en femme ou en homme, il fait entendre la voix d'un être fatigué, désabusé, bavard, lassé par sa propre histoire et les mirages qu'elle a provoqués, furieux de voir comment le paysage s'est détérioré au fil des ans. Et cette voix redessine un lieu, un espace où de multiples civilisations se sont succédé, se mêlant un peu, disparaissant, laissant des strates d'où parfois sont encore dégagés des vestiges...
C'est aussi un mouvement, un rythme endiablé qui évoquent ce que Bakhtine appelait «la vision carnavalesque» du monde.


  • La revue de presse Dominique Fernandez - Le Nouvel Observateur du 25 août 2011

Son séjour romain a inspiré à Stéphane Audeguy une fantaisie à la fois charmante et cruelle, un «caprice» qui mêle à la gaieté sombre de Goya la férocité rieuse de Daumier. Le talent est là, partout...
C'est Rome qui prend la parole et raconte son histoire comme elle seule peut le faire, brouillant la chronologie, sautant par-dessus les lieux et les siècles, ratissant jusqu'en Pologne et en Inde, avec un détour savoureux par le Canada, où sa description de la vie gay est un morceau d'anthologie...
Tout cela est drôle, triste, bien vu, et renouvelle, dans le langage de notre temps, l'impression que tant de voyageurs ont éprouvée, de Montaigne à Chateaubriand, qui qualifiait l'Urbs de «capitale de l'ennui» bien avant le désastre de la globalisation.


  • Les courts extraits de livres : 20/09/2011

Ville éternelle

Parfois j'aurais voulu être un homme, mon amour. Ou alors une femme. Je ne suis pas sectaire. Non que les différences m'échappent, mais que rêver de faire sinon de les mêler ? Encens sucrés des vulves marines, papillons de nuit des caresses secrètes, coquillages de nacre, verges de sang lourd, flancs doux des collines du Lazio où danse la poussière des insectes bleutés, corps fourbus écrasés au printemps de leurs draps, fesses musculeuses qui balancent en cadence, je vous chéris. Mes obélisques et mes colonnes bandent au ciel tout aussi bien que les seins roses de mes dômes. Mes fenêtres s'ouvrent aux désirs du vent qui tord les rideaux. Quatre lettres tirées aux loteries de l'histoire : Roma. Et tous ces grands savants qui se penchaient sur moi ; certains me déclarant femelle, comme une louve ou comme une putain, d'autres disant que je devais mon nom au mâle fondateur qui traça mon enceinte ; d'autres encore, qui se voulaient malins, exhumant un vieux nom de mon fleuve, me proclamaient la fille de Rumon. Moi, je ne disais rien, naturellement; mais n'en pensais pas moins. Au petit jeu fastidieux de la vérité je leur souhaitais bien sûr tout le plaisir du monde, et ne m'en mêlais pas. Enfin j'avais vécu, comme toi, mon amour, comme tout le monde : une vie, toute une vie, rien qu'une vie.
Mais pour refaire l'amour, j'aurais inventé d'autres sexes et d'autres mondes, à donner le vertige. À la gare ferroviaire d'Ostia Antica des touristes appliqués descendent en feuilletant leurs guides, à Roma Ostiense mon amour et moi-même courons comme les autres vers la sortie, le claquement des portes en talons militaires, les soupirs déchirants de l'autocar bondé. Des paysages mornes défilent dans un bruit de métal et de freins, ensuite la plaine file jusqu'à la mer dans le bruissement doux des roseaux gris du Tibre, où glissent des poules d'eau et des sacs en plastique.
Nous marchons au milieu des familles à glacières, des amoureux blottis, des enfants trop sérieux qui bâtissent des empires de sable à tours crénelées qui durent jusqu'au soir, et dans l'émotion grecque nous retrouvons la mer. Je m'avance dans l'eau tiède jusqu'à la poitrine, et ma main palpite dans la tienne, à quelques mètres du rivage nous refaisons l'amour, sous un ciel bleu clair que griffent des cirrus, gracieux comme des chats, et nous ne cherchons pas pourtant à choquer les passants, ni les familles agglutinées, ni les vendeurs de coco, ni les vieillards calés dans leurs chaises de toile, parasols alanguis; d'ailleurs le bleu incandescent de la mer Tyrrhénienne dissimule nos sexes, tandis que nous jouissons à l'école des vagues.


  • Le courrier des auteurs : 20/09/2011

1) Qui êtes-vous ? !
Aucune importance.

2) Quel est le thème central de ce livre ?
Comment refaire l'amour, aujourd'hui.

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ?
"Enfin, j'avais vécu, comme toi, mon amour, comme tout le monde : une vie, toute une vie, rien qu'une vie".

4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ?
La musique des sphères.

5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ?
La joie d'être vivant.


Copyright : lechoixdesbibliothecaires.com 2006-2019 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia