Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Inscrivez-vous àla Lettre des Bibliothécaires.

Bibliothécaires,partagez vos découvertes.

Clubs de lecture,envoyez vos choix.

Editeurs,valorisez vos livres.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

.. Tu ne seras jamais seule : Oran-Paris, lettres d'une femme libre

Couverture du livre Tu ne seras jamais seule : Oran-Paris, lettres d'une femme libre

Auteur : Karima Perin

Date de saisie : 17/02/2011

Genre : Biographies, mémoires, correspondances...

Editeur : Ed. du Toucan, Paris, France

Prix : 15.00 €

ISBN : 9782810003440

GENCOD : 9782810003440

Sorti le : 09/02/2011

  • Les présentations des éditeurs : 11/03/2011

«Tu sais ma fille, après l'indépendance, il n'y avait plus de travail à Oran. Les Français étaient partis et l'économie avec. A l'époque, la France nous accueillait les bras ouverts. Je n'ai pas eu peur de tenter ma chance. Même si au début, c'est vrai que les bidonvilles n'étaient pas tout à fait ce que j'avais prévu pour nous.»

Une jeune femme d'aujourd'hui raconte la vie de sa mère, Linda, disparue bien trop tôt. Arrachée à cinq ans à son Algérie natale, elle connut la vie dure d'une immigrée dans la France des années soixante, la pauvreté, la solitude quand sa propre mère était déjà à l'usine et la volonté acharnée qu'il fallait à une «petite arabe» pour s'en sortir, pour apprendre. Elle y parvint pourtant mais elle eut encore à affronter de douloureuses souffrances; séparation, maladie et surtout la découverte de sa vraie identité.

Ce livre témoigne de la force de caractère exceptionnelle de ces femmes : elles ne furent jamais les épouses soumises qu'elles avaient connues «au pays» et réussirent à reconstruire leurs vies, toujours libres. Aujourd'hui, Karima en est sûre, elle entend sa mère lui chuchoter dans ses rêves : «tu ne seras jamais seule».

Karima Perrin a aujourd'hui 27 ans. Elle est journaliste indépendante et collabore régulièrement à plusieurs magazines féminins.


  • Les courts extraits de livres : 11/03/2011

1. PAR LA FIN, TOUT COMMENCE

22 février 2003
J'ai froid, j'ai chaud. J'ai peur. J'ai mal. Je suis là devant ce miroir, à même le sol, le crâne nu, les membres fragiles. Je nage dans ce pyjama pastel. Une image de bébé. Une image de souffrance. Mon reflet. Plus on vieillit, plus on régresse. Poussière tu es, poussière tu redeviendras. Je suis fatiguée, lasse. J'ai mal aux tripes. A quoi bon ? Pour quoi faire ? La lutte est trop dure, trop longue. Je retire les gants. J'ai perdu la partie. Je capitule. Fière dans l'arène, la tigresse tire sa révérence. Sans regrets, sans larmes. Rien de rien, je ne regrette rien. L'hymne à la vie... À la mort ? Je ne regrette pas le tourbillon de ma vie. Ma destinée palpitante, torturée, tourmentée, riche et belle. Elle me ressemble.
Mon reflet me trahit : mon regard est fatigué. Ma peau est sillonnée. Mon sourire est gris. Mes yeux embués se souviennent. Mon coeur se vide. Je lâche prise. C'était écrit comme ça. Le mektoub, comme disait Maman. Pour une fois, je lui donne raison et je déteste ça. Partir avant elle ? Sa silhouette cassée mais son oeil hargneux. Elle se bat, elle lutte. Je n'ai pas cette lueur. La fatalité me gagne, l'heure approche, je l'ignorais. Pas tout de suite, pas maintenant, pas si vite, je vous en supplie. Et ce reflet... cette image hideuse. Linda, «belle» en portugais, n'est plus. Où est passée la femme envoûtante ? La femme d'Orient à la peau qui brille, au regard franc, au rire facile. Je ne suis plus moi. Qui est cette inconnue ? Quel étranger est venu me transformer ? Et pourquoi moi ? Pourquoi ce mal m'a-t-il choisie, moi qui voulais écrire ma fin avec vue sur la mer ? Ce satané cancer, cette pourriture. Il ne me lâche pas, il m'aime trop et moi je le hais. Je le déteste de m'avoir ôté ma force. D'avoir moisi ma carapace. D'avoir gobé ma dignité. D'avoir pompé ma féminité. J'ai gravi bien des collines dans ma vie mais là, je l'admets, ce mont est inatteignable. Je n'y arrive plus. La côte est raide, abrupte, crevassée à la fois. J'ai peur de tomber, je marche à reculons, à petits pas. Je peux faire marche arrière ? Je n'y vois plus clair. J'avais pourtant juré qu'il n'y arriverait pas, qu'il n'aurait pas le dernier mot. Je l'avais juré ! Je ne veux pas partir, je ne veux pas m'enfuir, je ne veux pas perdre. C'est vrai, j'ai bluffé, mais je ne veux pas perdre. Quelle ironie, moi qui déteste les jeux de cartes, j'ai pourtant misé gros toute ma vie. Et ce reflet qui ne me lâche pas. Je suis laide, je suis mal, je ne suis plus moi-même devant ce miroir. Mes os me torturent, mes poumons me serrent, mes muscles me lâchent. Et ma tête... Je ferme les yeux.


Copyright : lechoixdesbibliothecaires.com 2006-2019 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia