Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Inscrivez-vous àla Lettre des Bibliothécaires.

Bibliothécaires,partagez vos découvertes.

Clubs de lecture,envoyez vos choix.

Editeurs,valorisez vos livres.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Les coups de cœur de Michel Boyer de la bibliothèque MÉDIATHÈQUE COMMUNAUTAIRE FRANÇOIS MITTERRAND à AURILLAC, France


Roman après roman, Arnaud Cathrine séduit le lecteur sensible aux failles de l'absence, de la perte et d'une part d'intime toujours dévoilée avec pudeur et talent.
Le ton était donné dès son premier roman : "Les Yeux secs". Depuis, Arnaud Cathrine façonne une oeuvre originale à la tonalité très personnelle et au style affirmé.
Dans "Le Journal intime de Benjamin Lorca", le lecteur retrouve avec bonheur cette écriture élégante et intimiste.
Un roman à plusieurs voix, à plusieurs tons, tout en nuance au service d'une intrigue véritable : que contient ce journal intime ? quelle part de vérité détiennent les quatre narrateurs ?
La réponse est quelque part dans les silences, dans les points de suspension ou dans les ellipses que chaque lecteur interprète à sa façon.
Un grand roman d'un jeune auteur parmi les plus doués et les plus originaux de sa génération.


  • Le choix des bibliothécaires : Nos bonheurs fragiles - Laurent Fialaix - Léo Scheer, Paris, France - 14/07/2012

Il est des livres dont les premières phrases sont des promesses qui ne pourront qu'être tenues.
"Rester debout n'est pas si compliqué, il suffit que la vie nous l'apprenne. Bien sûr on chancelle, parfois on tombe. Mais à se savoir attendu, on se relève, presque toujours".
"Nos bonheurs fragiles", de Laurent Fialaix, puisque c'est de ce récit, paru aux éditions Léo Scheer, dont il s'agit, commence par ces phrases fortes.
Perdu dans le flot de la rentrée littéraire, absent des journaux et magazines, ce récit est pourtant une "béquille" qui soutient par son humanité, sa force et son authenticité.
Volontairement, je ne souhaite rien dévoiler de l'histoire qui étaye le premier livre de Laurent Fialaix.
Je voudrais simplement inciter le lecteur à pousser la porte, l'inviter à se glisser dans ces pages d'une rare intensité.
Il en ressortira grandi, certainement meurtri mais conscient que l'homme révèle des ressources parfois insoupçonnées : celles qui aident à percevoir, au bout de sa nuit, un chemin sur lequel avancer n'est plus une impossibilité.


  • Le choix des bibliothécaires : Le pardon - Danielle Berthier - MLD, Saint-Brieuc, France - 14/07/2012

"Nous n'avons de la lumière que le reflet", phrase forte qui balise, dès les premières pages, le récit de Danielle Berthier, "Le Pardon", en lui offrant d'entrée le ton juste et un écrin à des sentiments universels, et ici vivement incarnés : drame personnel, douleurs de l'intime, de l'absence, et grandeur du pardon.
Dans les plis de ces pages d'une rare intensité s'affrontent des sentiments exacerbés par des références subtilement adossées au fatum antique : besoin de violence du père, nécessité de compréhension de la mère, présence du choeur attendant le dénouement, opposition entre l'obscurité de la "caverne" où se tapit celui par qui le malheur arrive et la lumière qui irradiait celui qui est parti.
Au bout de la nuit reste l'absence avec laquelle continueront de vivre toujours la narratrice et son entourage.
Au bout de la nuit filtre aussi la lumière du pardon, celle qui aide à percevoir, au bout de ses propres ténèbres, une lueur et un chemin sur lequel avancer n'est plus une impossibilité.
Il est des livres dont les premières pages sont des promesses qui ne peuvent qu'être tenues : "Le Pardon" rejoint ces récits denses et intenses écrits "à coeur ouvert".
Son battement vous accompagne longtemps, longtemps...


  • Le choix des bibliothécaires : La part de l'ange - Ahmed Kalouaz - le Bruit des autres, Limoges, France - 14/07/2012

Lire Ahmed Kalouaz, c'est s'offrir une respiration d'humanité, s'accorder une pause au fil de récits d'une rare intensité où s'étirent l'élégance d'un style et le parcours d'un homme de coeur.
"Les gens de peu", chers au sociologue Pierre Sansot, sont très présents dans les récits d'Ahmed Kalouaz : réfugiés, prisonniers, hommes et femmes cabossés par la vie retrouvent dans ses lignes une dignité qui leur est trop souvent refusée.
Ahmed Kalouaz lit aussi ses textes à voix haute. Comment alors rester insensible à la prose de cet auteur qui "sait encore offrir une poignée de main" à "cet homme qui, à l'hiver de sa vie, avait connu son dernier gel".
La plupart de ses récits sont publiés par une "petite maison d'édition" sans laquelle nombre de textes ne trouveraient pas de lecteurs : Le bruit des autres.
Animée par un passionné, Jean-Louis Escarfail, cette maison organise depuis quatre ans un salon de la rentrée littéraire buissonnière à Limoges (87).
Une occasion rare de sortir des sentiers battus et de rencontrer des auteurs et des éditeurs qui ont beaucoup à dire et à écrire.
Un conseil : entrer dans l'univers d'Ahmed Kalouaz en frappant à la porte de son récit le plus récent, "La Part de l'ange". Le besoin de découvrir sa bibliographie viendra ensuite naturellement.


  • Le choix des bibliothécaires : Le coeur régulier - Olivier Adam - Ed. de l'Olivier, Paris, France - 13/01/2011

Écrivain de l'absence, du deuil et des vies cabossées, Olivier Adam séduit les lecteurs sensibles à son écriture en équilibre sur les failles du doute et les vertiges de la fragilité.
Roman après roman, Olivier Adam sculpte une oeuvre reconnaissable à ses thèmes toujours puisés dans les marges et à un style d'une rare élégance et d'une puissante efficacité.
"Le Coeur régulier" bat au rythme d'une double dérive : celle de Nathan, le frère disparu, suicidé ( ?) qu'accompagnent les errements de sa soeur Sarah.
Saura-t-elle réinventer sa vie, trouver les ressources pour se relever ou se laisser tomber du haut de ces falaises où veille Natsume Dombari ?
Si vous n'avez le temps de lire que deux ou trois romans de cette rentrée littéraire, ne ratez pas "Le Coeur régulier". Son battement vous accompagnera longtemps, longtemps...


Pierre SEGHERS lui écrivait, en janvier 1979, "...il y a dans votre poème une vivacité, une réalité, quelque chose de déchirant et de déchiré qui me touche.
J'aime cette écriture de fouet et de vent..."
Nul doute que Pierre SEGHERS, poète et "maître en poésie" aujourd'hui disparu, aurait aimé partager les poèmes que Jean-Marie BERTHIER nous offre ces jours-ci dans un magnifique recueil.
Ouvrir "Attente très belle de mon attente" paru aux éditions MLD, c'est entrer en émotion, percevoir ces déchirures muettes dans lesquelles Jean-Marie BERTHIER puise une inspiration qui bouleverse le lecteur et le brûle par l'incandescence des sons et du sens.
Un recueil de poésie à l'intensité rare, écrit "à coeur ouvert", qui interpelle, éveille ou apaise mais qui ne peut pas laisser indifférent.
Du même auteur, deux autres recueils tout aussi "lumineux" : "Les mots du jour et de la nuit" (L'edelweiss, 2007) et "Les arbres de passage" (Fanlac, 2007)


  • Le choix des bibliothécaires : Partage de l'île - Jean-Pierre Spilmont - MLD, Saint-Brieuc, France - 01/06/2010

Ce n'est ni à l'épaisseur ni au poids que se juge la qualité d'un bel ouvrage. Pour preuve la dernière parution de la jeune et exigeante maison d'édition bretonne basée à Saint Brieuc : MLD (Mérédith Le Dez).
"Partage de l'Île" de Jean-Pierre Spilmont, murmure, en cinquante pages et quatre récits, une mélodie couleur pastel à l'oreille du lecteur. Des variations où s'expriment la grâce d'une écriture et la cohérence d'un parcours, véritable carte du Tendre offerte au lecteur en partage.
Lecteurs, approchez vous et écoutez : "Après ? Après commence un autre désert, une autre vie, une autre histoire. Après commence le voyage. La lente remontée vers d'autres lieux, vers d'autres terres ou vers d'autres visages" (P. 16)
"Et nous serons semblables à ces rochers égarés dans la brume. Déchirés. Pesant du poids de leur attente. Surgis on ne sait d'où pour naître à la lumière de l'aube, à la tiédeur du jour, aux gerçures de la pluie d'hiver.
Atteindrons-nous jamais ces lieux que nous guettions à l'orée du voyage ?" (P. 19) Au fil de ses parutions, la jeune maison d'édition MLD tient ses promesses et assume pleinement son objectif de départ : "bâtir, dans la durée, un catalogue qui "se tienne".
Jean-Pierre Spilmont apporte, avec délicatesse et talent, sa pierre à un édifice où oeuvrent déjà Line Aressy, Jean-Marie Berthier, François Perche, Sophie Grenouilleau et autres ciseleurs de jolis mots.
Force est de constater qu'"aux âmes biens nées, la valeur n'attend pas le nombre des années" !


  • Le choix des bibliothécaires : Oeil - Line Aressy - MLD, Saint-Brieuc, France - 01/06/2010

Qu'il est réconfortant de plonger simplement dans une histoire ! Une histoire, oui, faite de mystères, d'interrogations, de fausses pistes, de rêves, de réalité et déroulée avec talent.
Avec "Oeil", Line Aressy nous fait le cadeau d'ouvrir le champ des possibles et de l'imaginaire. Celui qui cherchera un roman léger passera son chemin. Celui qui au contraire reconnaît le talent à cette faculté de prendre à contre-pied, de s'engager dans un chemin pour mieux s'en écarter sera séduit.
Tout part d'un oeil de verre, de sa transmission et du mystère lié à ce "merveilleux colifichet". Rêve éveillé, réalité "hallucinée", folie suggérée, parcours initiatique étrange, secret de famille ? où est cachée la clé ?
Elle se dissimule sûrement dans la capacité si particulière de Line Aressy à entraîner le lecteur dans les failles où il accepte d'aller.
Line Aressy suggère, invite à l'aventure de l'étrange et fait don au lecteur d'une histoire parfaitement maîtrisée.
Un véritable tour de force pour un roman construit en équilibre et en finesse, baigné d'une atmosphère soyeuse un brin inquiétante.
Tels les tennismen ou les footballeurs talentueux, dans l'alchimie du don et du travail, l'auteur joue avec les lignes, à une touche de balle ; le lecteur est tout à la fois acteur et spectateur.
Après deux premiers ouvrages parus chez MLD, "Profil perdu», nouvelles (2007) et "Chat blanc, récit suspendu" (2008), Line Aressy confirme, avec ce premier roman, sa capacité à ciseler les mots avec élégance et maîtrise.
Attention talent !


  • Le choix des bibliothécaires : Triaise - François Perche - MLD, Saint-Brieuc, France - 01/06/2010

Dernière parution des éditions MLD et nouveau bonheur de lecture avec "Triaise" de François Perche.
En une centaine de pages à l'écriture sensible et émouvante, François Perche nous accompagne dans la vie de recluse de Triaise, enfermée parmi les sarcophages d'un cimetière près de Poitiers vers 350.
Comme bien souvent chez les auteurs publiés par MLD, le lecteur possède sa propre clé pour entrer dans l'histoire.
Ne serait-ce pas cela une ligne éditoriale ?
François Perche offre quelques pistes, des interrogations qui peuvent suggérer au lecteur qu'il convient de se projeter au-delà des mots et de leur primitive évidence.
"Où se cache ce que l'on voudrait mettre en lumière ? A quoi bon voir clair dans cette histoire ? La vérité ? (P. 17) "Je continue d'inventer Triaise" (P. 51) Itinéraire éphémère d'une vie de recluse certes, questionnement sur la foi et ses dérives peut-être, mais aussi, en creux tout au long du récit, un hymne à la femme, sensible, puissant et dont l'écho vous poursuit longtemps après la dernière phrase.
Ne serions-nous pas tous des reclus, quelque part ?


  • Le choix des bibliothécaires : Le compagnon de voyage - Curzio Malaparte - Quai Voltaire, Paris, France - 14/07/2009

Inédit en France jusqu'à ces derniers mois, "Le Compagnon de voyage" de Curzio MALAPARTE est de ces récits qui se lisent d'une traite.
Paru en Italie il y a deux ans à l'occasion du cinquantième anniversaire de la mort de l'auteur, ce livre est en quelque sorte l'allégorie du parcours politique sinueux de MALAPARTE, passé du fascisme à l'extrême gauche.
Calusa, un soldat originaire du nord de l'Italie, perdu dans la débandade de 1943 en Calabre après la chute de Mussolini, a fait le serment de ramener la dépouille mortelle de son lieutenant dans l'aristocratique maison napolitaine de ce dernier.
Le lecteur assiste à la longue remontée de la Péninsule en ruines, marquée par la présence de figures dignes ou méprisables. Un portrait du peuple italien, abruti par la faim et la peur, corrompu par la défaite, capable des pires bassesses, mais aussi plein de générosité et de courage.
Pour ceux que l'Italie inspire, comment aussi ne pas conseiller les fabuleux romans de Dino BUZZATI, Léonardo SCIASCIA, Marcello FOIS et autre Mario RIGONI STERN, de magnifiques moments de lecture en perspective.


Copyright : lechoixdesbibliothecaires.com 2006-2019 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia